Sale temps pour les capitalistes : Rabasse.info rejoint le réseau Mutu pour relayer les luttes de Franche-Comté !

La terre, les corps, la mort, réflexion sur la condition terrestre



Mercredi 30 novembre à partir de 19h, l’espace activités des Tanneries accueillera Pierre Madelin pour la présentation de son livre « La terre, les corps, la mort, réflexion sur la condition terrestre ».

Ce livre lie le désastre écologique au refus de la mort et à la dévalorisation de la Terre, et fait le vœu d’une écologie qui comprenne le tragique de notre finitude.
Charge salutaire contre les velléités délirantes du transhumanisme contemporain - expression paroxystique de la société technoscientifique.

4e de couverture :

Existe-t-il un lien entre notre rapport à la mort, les représentations que nous formons de celle-ci et la destruction des conditions de la vie sur Terre ? Y a-t-il une relation entre la façon dont nous concevons notre propre finitude et la façon dont nous concevons les limites de la biosphère, de ses cycles et de ses ressources ? Autrement dit, la difficulté à accepter la mort, qui prend à l’époque moderne la forme d’un véritable déni, n’est-elle pas l’une des sources de notre incapacité actuelle à habiter notre foyer, la Terre, sans le détruire ?? Le déni de la mort et celui de notre condition terrestre culminent aujourd’hui dans le projet transhumaniste et son rêve d’immortalité. Pourtant la mort est l’horizon indépassable du vivant. C’est seulement à l’aune de la prise en compte réelle de cette condition que nous pourrons partager peu à peu un autre récit fondé sur notre co­-appartenance à la Terre avec tous les autres existants plutôt que sur leur exclusion et leur domination.
Cet ouvrage expose les formes majeures du déni de la mort dans l’histoire du monde occidental et propose une approche écologique de ces grands processus de civilisation.

Quelques liens pour travailler la question en amont de la rencontre :
> la conclusion sur le site de la revue terrestres
https://www.terrestres.org/2022/08/25/vers-ithaque-avec-ulysse/
> une interview éclairante récemment sortie sur Reporterre
https://reporterre.net/Pierre-Madelin-Une-societe-qui-a-peur-de-la-mort-est-mortifere

déroulé de la soirée
19h - Début de la discussion dans la bibliothèque.
21h - Repas à prix libre (vegan et sans gluten)

Espace activité des Tanneries
37 rue des Ateliers 21000 Dijon
à 5 min à pied de l’arrêt de Tram Carraz

JPEG - 289.2 ko


Proposer un complément d'info

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Se connecter
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Lien hypertexte

(Si votre message se réfère à un article publié sur le Web, ou à une page fournissant plus d’informations, vous pouvez indiquer ci-après le titre de la page et son adresse.)

Ajouter un document

Articles de la même thématique : Rapport au corps

Une histoire de chiffres

Témoignage : droit à l’avortement à Dijon, conditions de l’avortement médicamenteux, méthode Karman, Annie colère

Avec la langue

Des livres, des revues, des lectures, des performances et des échanges avec Élodie Petit, Roberte la Rousse et Trou Noir, pour voir tout ce qu’on peut faire avec la langue.
[Chalon-sur-saône / la Méandre / 22/06 à 17h]

Articles de la même thématique : Écologie

Création d’une ferme solidaire et autogestionnaire

Nous sommes un collectif réuni au sein d’une association exploitante agricole dénommée Caracol, installée dans le parc naturel régional des Causses du Quercy (département du Lot, Occitanie). Parce que nous souscrivons à l’idée que « l’impossibilité d’accéder à la nourriture est une violence qui s’exerce contre les plus pauvres » (Bénédicte Bonzi, 2023), nous avons débuté la création d’une ferme en maraîchage biologique dont le produit sera distribué par une caisse autogérée de sécurité sociale de l’alimentation. Article en partie paru sur IAATA.

[En images] Sainte Soline, un an après !

Rendez-vous était donné pour un banquet samedi 23 mars sur la place Wilson pour fêter l’anniversaire de la manifestation de Sainte Soline et témoigner de la persistance des mouvements écologistes malgré la répression.