[Besançon] Manif contre les mégabassines : réunion d’information vendredi 10 mars


Doubs

Réunion d’information contre les mégabassines le 10 mars à 18h à la MSHE à Besançon.

Mégabassines : pourquoi ces réservoirs d’eau sont-ils contestés ?

Intervention : Nicolas Girod (Confédération paysanne et Soulèvements de la Terre)
Vendredi 10 mars 2023
18h, entrée libre
MSHE, rue Charles Nodier, Besançon
Plus d’infos : contact@alternatiba-besançon.fr

Organisé par Alternatiba Besançon, avec la participation de : Extinction Rebellion, Confégération Paysanne, Soulèvements de la Terre.

JPEG - 118.3 ko


Proposer un complément d'info

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Se connecter
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Lien hypertexte

(Si votre message se réfère à un article publié sur le Web, ou à une page fournissant plus d’informations, vous pouvez indiquer ci-après le titre de la page et son adresse.)

Ajouter un document

Articles de la même thématique : Soulèvements de la Terre

Victoire contre Lafarge à Saint-Colomban (44) !

Lafarge vient d’annoncer l’abandon de son projet d’extension de carrière de sable sur 37ha à Saint-Colomban. Les paysan·nes du territoire, les collectifs locaux et les Soulèvements de la Terre luttent depuis plusieurs années pour protéger ce bocage déjà dévoré par les carrières de sable existantes et le maraîchage industriel !

Déferlante d’actions contre Lafarge et le béton

Le rendez-vous lancé il y a quelques semaines par des dizaines d’organisations et luttes locales a donné lieu à une déferlante inédite d’actions (plus de 40) contre Lafarge et le monde du béton, en France, Suisse et Belgique.

Articles de la même thématique : Eau

L’activisme écologiste, nouveau terrain d’expérimentation de la Technopolice

Plusieurs affaires récentes ont mis en lumière la surveillance particulièrement intensive subie par les militantes écologistes. Outre l’arsenal administratif et répressif déployé par l’État pour les punir, c’est la nature des moyens utilisés qui interpelle : drones, reconnaissance faciale, marqueurs codés… Le ministère de l’Intérieur expérimente et perfectionne sur les activistes écologiques ses outils technopoliciers.