Attaque policière en Limousin : solidarité avec La Bogue et les inculpé·e·s



Suite aux perquisitions et arrestations du mardi 15 juin, qui ont eu lieu en Creuse et Haute-Vienne, la police s’est beaucoup interessée au site local du réseau mutu : labogue.info. Différents sites du réseau ont souhaités apporter leur solidarité avec les inculpés et défendre les médias participatifs.

Mardi 15 juin, des arrestations et des perquisitions ont eu lieu en Creuse et Haute-Vienne visant un grand nombre de personnes. Cette opération résulte d’une coordination entre la Sous-Direction Anti-Terroriste (qui s’est déjà tristement illustrée en Limousin lors de l’affaire Tarnac), le Peloton Spécial d’Intervention de la Gendarmerie, la Police Judiciaire et la gendarmerie du secteur. Elle paraît totalement disproportionnée par rapport à l’enquête qui porte sur deux événements : un incendie, en début d’année, d’antennes TDF [1] de diffusion de la TNT et de la téléphonie mobile et celui, un an auparavant, de véhicules Enedis. Pour plus d’infos vous pouvez retrouver une synthèse des événements ici.

Au cours des interrogatoires et des perquisitions la police s’est beaucoup interessée au site local du réseau Mutu : La Bogue. Sous prétexte que le communiqué de revendication a été publié par La Bogue, ils ont interrogé les personnes sur leur connaissance ou leur participation supposée au site. Ces interrogatoires sont une manière d’utiliser une enquête pour obtenir des informations et criminaliser l’utilisation d’un site d’information libre. Or la modération des articles n’a pas vocation à juger les actes, leur pertinence ou leur légalité, mais à donner une voix aux personnes qui luttent contre les différentes oppressions et n’en ont pas dans les médias dominants. La coexistence de modes d’actions et de pensées différentes est l’essence même d’un média libre. Le même communiqué a été publié partiellement dans des médias locaux mais les enquêteurs n’ont demandé à personne si ielles connaissaient ou participaient à la rédaction d’articles dans ces médias.

Nous ne pouvons que nous inquiéter de voir l’antiterrorisme utilisé une fois de plus contre des actes de dégradation matérielle mais également pour criminaliser les médias de luttes. En Limousin, comme ailleurs, l’autonomie de l’information et de la communication sur les luttes est d’une importance première. Elle est indispensable à la construction de mouvements sociaux complexes, forts et diversifiés pour viser l’émancipation individuelle et collective. Cependant, elle n’en est qu’un relais et ne saurait ni s’y substituer ni servir de bouc émissaire pour satisfaire l’obsession répressive de l’État.

Des activités associatives ont également fait l’objet d’investigations identiques, ce qui est tout aussi inquiétant : que reste-t-il de la « démocratie » lorsque la liberté d’association, et avec elle des activités impliquant des centaines de personnes, est ainsi soumise aux pressions et aux scrutations policières ?

Nous appelons à soutenir et à continuer de faire vivre les sites d’information coopératifs et libres de manière foisonnante. Nous appelons également au soutien à toutes les personnes mises en cause dans cette affaire.

Différents sites du réseau Mutu


Notes

[1Télédiffusion de France est un opérateur d’infrastructures du secteur nuérique et audiovisuel qui exploite la diffusion radio, la TNT, le très haut débit mobile et la fibre optique.

Proposer un complément d'info

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Se connecter
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Lien hypertexte

(Si votre message se réfère à un article publié sur le Web, ou à une page fournissant plus d’informations, vous pouvez indiquer ci-après le titre de la page et son adresse.)

Ajouter un document

Articles de la même thématique : Justice

[Besançon] Le parquet annonce l’impunité des néonazis

Le 17 juillet dernier, le journaliste de radio BIP/média 25 Toufik-de-Planoise était victime d’une agression perpétrée en marge d’une mobilisation contre le pass sanitaire. L’auteur, un néonazi notoire, a été clairement identifié, et filmé dans ses basses œuvres. Alors que la profession a fait part de sa solidarité, une plainte a été déposée. Mais le 17 septembre dernier, le Procureur Étienne Manteau s’est répandu dans la presse que l’enquête patinait à cause de difficultés à « identifier les auteurs. » Une annonce invraisemblable, et qui frise plutôt avec une politique d’impunité.

Deux nouveaux Centres Éducatifs Fermés dans la région

La presse locale a relayé début septembre la construction de deux nouveaux centres éducatifs fermés (CEF) en Bourgogne Franche Comté, un à Chantenay-Saint-Imbert dans la Nièvre [1] et un autre à Varennes-le-Grand en Saône et Loire [2].

Articles de la même thématique : Médias libres

Dijoncter, les dessous de la modé

Dijoncter.info est un site participatif animé par une équipe de modération. Mais au fait... Ça consiste en quoi la modération ?

Dijoncter Papier #3 est sorti !

Dijoncter Papier #3 vient de sortir des presses ! Si vous voulez savoir où le trouver, combien il coûte ou lire l’édito avant de l’avoir en main, cet article est pour vous.