Batterie Ministérielle - (De la gestion sanitaire à la Maison d’arrêt de Massama)

Ce texte daté au 10 juillet et traduit ci-après, a été publié le 16 juillet sur Carmilla on line.
Il a valeur de témoignage, d’un traitement contraire à la dignité humaine d’une personne malade, sans doute gravement, et pour ainsi dire privée des soins que son état nécessiterait.

Ce texte daté au 10 juillet et traduit ci-après, a été publié le 16 juillet sur Carmilla on line.
Il a valeur de témoignage, d’un traitement contraire à la dignité humaine d’une personne malade, sans doute gravement, et pour ainsi dire privée des soins que son état nécessiterait.
Or la demande à pouvoir « cantiner » comme n’importe quel autre détenu, et à fortiori dans le cadre d’une hépatite, a été reçue par un battage médiatique d’une grande obscénité en Italie.

Vous pouvez également, si vous le préférez, écouter l’enregistrement vocal par l’équipe de « La Criée » (radiolutte Tcb)

Batterie Ministrérielle - La criée


Merci de garder en tête que Traduire, c’est toujours un peu trahir.
Si cette traduction suscitait des questions, elles seront les bienvenues.

Batterie ministérielle

JPEG - 15.3 ko

Dire qu’en prison on souffre de privations sans égales est sans doute une tautologie.
Tout comme il est presque impossible de parler de la prison sans tomber dans le cliché.
Je me suis demandé quelques millions de fois s’il avait jamais été possible de restituer l’idée, de restituer une seule image, aussi banale soit-elle, mais révélatrice, de l’insaisissable souffrance que seul un prisonnier peut comprendre. Je me suis posé cette question atrocement au cours de ces 40 années de semi-liberté arrachées à la férocité de mes poursuivants. Chaque fois que m’apparaissait de loin et sous toutes les latitudes, l’enceinte spectrale d’une prison. Si c’était dans un pays au climat torride, je savais qu’au-delà du gris sale de ces murs, des centaines de personnes suffoquaient sous la chaleur - dans les hivers européens, j’imaginais le silence glacé d’une cellule, le poids exagéré de couvertures qui ne réchauffent pas. J’ai fait de ces images un bouclier pour ne pas me laisser entraîner par mille autres douleurs qui m’auraient consumé sur place. Car, pour combattre l’insupportable oppression, l’inconscient nous secourt en éliminant tout ce que nous ne pouvons pas nommer. Même aujourd’hui, depuis la cellule où je me trouve, je maudis le bruit de mes pas qui s’éloignent pour m’empêcher d’entendre les gémissements derrière ces murs.

Pourtant, la prison résiste à tous les civismes, voire pire encore. Et les souffrances que le prisonnier espère pouvoir faire comprendre, ne doivent jamais trop se détacher des souffrances que les gens de l’extérieur subissent également. C’est pourquoi les prisonniers, qui renonceraient sans hésiter même à manger ou à dormir en échange du sentiment d’être encore des femmes ou des hommes, se retrouvent à réclamer ce qui est le plus facile à nommer.

C’est la raison pour laquelle j’ai souhaité rendre publique une demande simple, formalisée ce jour 10 juillet 2020 devant le juge.

Après un transfert spectaculaire jusqu’au Tribunal de Cagliari – Surtout maintenir haut l’indice de dangerosité du monstre ! - quelques minutes m’ont été concédées pour tenter de dire l’indicible, sous le regard horrifié du P.M., et joindre à l’audience le document suivant, qui, bien que personnel, reflète de manière spéculaire la situation de milliers d’autres personnes enterrées vivantes.

Au Bureau de surveillance de Cagliari

"Suite à l’intervention de ce Bureau de surveillance ces derniers mois, les aliments industrialisés, souvent périmés, trempés dans la graisse et autres aliments frits similaires ont été suspendus. Remplacé par à peine un petit morceau de fromage au déjeuner et une mozzarella au dîner. Il arrive rarement de recevoir une tranche de bœuf, si sèche et si dure qu’on ne peut pas honnêtement la considérer comme comestible à moins d’avoir des dents de requin.

Cela fait plus d’un an que je n’ai pas pris de repas chaud, parce que je dois choisir entre un repas et une heure pour prendre l’air, qui pour moi a lieu à l’heure où les autres prisonniers libèrent le passage pour aller manger. À mon retour en cellule, les pâtes, de mauvaise qualité et assaisonnées de graisse d’origine indéterminée, sont devenues un bloc compact. Les fruits sont souvent deux fois moins nombreux que prévu. Le soir, le dîner se compose presque toujours de deux œufs bouillis et d’une soupe. Il faut se contenter de quelques achats à l’économat.

Même sans disposer de données précises sur les dépenses alimentaires prévues, il n’est pas possible de croire que la qualité et la quantité des aliments soient conformes aux attentes. Et on ne peut réduire le tout à une question de nombre de calories, de protéines, de glucides, etc., comme ils sont contraints de le soutenir au service de santé tel qu’imposé par la direction (les médecins et les infirmières admettent qu’on ne leur laisse pas une marge de manœuvre qui leur permette de remplir correctement leur mission). Si c’était le cas, c’est-à-dire un régime alimentaire composé de nombres agrégés, une pilule arrangerait tout et serait également plus digeste.

Je souhaite faire noter juste deux épisodes qui montrent une certaine intimidation pour me dissuader de ce genre de déclarations :
Le lundi 6 juillet à 17h15, j’étais au service de santé en raison d’un malaise qui se produit régulièrement depuis un certain temps, ma pression artérielle était effectivement inférieure à 100 [1], lorsqu’un agent s’est introduit dans la pièce et, interférant dans une conversation entre le médecin et le patient, m’a agressé verbalement, m’empêchant ainsi de rendre compte des carences alimentaires. Je tiens à souligner que, compte tenu de ma conduite irréprochable dans l’institution, rien ne justifie un tel comportement de la part d’un agent, surtout dans cette institution.

Le deuxième épisode concerne cette audition qui, si je ne me trompe, était prévue depuis plus d’un mois et aurait dû être prise en compte dans l’agenda de la direction. Il se trouve pourtant qu’il y a tout juste six jours, la direction a réservé, le même jour (que cette audience) et à la même heure, un examen clinique externe, demandé par le spécialiste depuis février. Et comme si cela ne suffisait pas, hier matin seulement, à un jour de l’audience, un agent est venu m’informer du malheureux contretemps, en insistant toutefois sur le fait que j’aurais bien fait d’abandonner cette audience, puisqu’il faudrait attendre encore 6 mois pour l’examen.

Voilà, il me semble que cette cour a de quoi tirer ses conclusions.
Massama 10 juillet,

Cesare Battisti




Ce texte daté au 10 juillet et traduit par 1Mot2Cesare, sur Thechangebook.org
(corrections bienvenues au besoin),
a été publié le 16 juillet sur Carmilla on line


  • Cesare annonce qu’il commence une grève de la faim et des soins

    Le 8 septembre, Cesare Battisti annoncait qu’il commencait une grève totale de la faim et des soins pour obtenir un traitement égal aux autres prisonniers :

    Exiger un traitement égal à celui de tout autre prisonnier est un acte continu, épuisant et impliquant les actes les plus ordinaires de ma vie quotidienne : l’heure d’air ; l’isolement forcé et injustifié ; l’attention médicale insuffisante ; la rétention arbitraire de textes littéraires ; les questions systématiquement ignorées ; les objets d’utilité diverse et les outils de travail refusés même s’ils sont prévus par le système carcéral, etc.

    Ayant épuisé tous les autres moyens de faire valoir mes droits, je me trouve contraint de recourir à une grève de la faim totale et au refus de thérapie (je souffre d’hépatite B chronique et d’insuffisance pulmonaire), jusqu’à obtention d’un transfert dans une maison d’arrêt facilitant les relations avec les membres de la famille et avec les organismes extérieurs prévus par la loi ainsi que les relations professionnelles pour la subsistance et la réinsertion.

    Lire le texte en entier sur TheChangeBook


Plus de contenu -> 1Mot2Cesare - Blog Médiapart LeNous - Carmilla OnLine - Page FB (via dontolink) La vendetta dello Stato : il caso Cesare Battisti


P.-S.

Pour rappel de la situation mise à jour, Cesare est actuellement soumis à une classification AS2 (haute sécurité). Une classification réservée normalement à une personne hautement dangereuse (40 années après les faits, d’une vie d’écrivain bien remplie avec plus d’une quinzaine de publications à son actif, toujours parfaitement intégré socialement malgré de constants obstacles).
Il est à l’isolement de fait depuis 16 mois à ce jour, étant le seul de ce régime spécial de sa prison.
À la demande de transfert vers la prison de Rome ou celle de Milan, plus près de son avocat et de sa famille, à été opposé un projet de transfert vers la Calabre, dans une prison dédiée au terrorisme islamiste. Projet annulé après que Cesare ait accepté dans l’espoir de voir enfin finir un isolement d’une durée destructrice autant que choquante.

  • La visio-conférence, finalement concédée, pour voir son fils de 5 ans (qui vit au Brésil) est limitée à 10 ou 15mn.
  • Le repas chaud est toujours en option au choix avec l’heure de promenade de façon à interdire toute interaction avec les autres détenus qui partent manger à la même heure.
  • Sa santé se dégrade. Une hépatite a été diagnostiquée, et il y a une suspicion de prostatite.
  • Un régime alimentaire compatible avec son état de santé ne lui a pas été accordé, pas plus que le réchaud qui lui aurait permis de « cantiner » comme les autres détenus, de façon à pourvoir lui-même tant bien que mal aux exigences de la maladie en matière nutritive.
  • Il rapporte également plusieurs situations d’intimidations préoccupantes venues entraver ses démarches pour obtenir des conditions de détentions plus dignes.

Notes

[1La pression artérielle est dite normale lorsqu’elle est inférieure à 14,5/9 ou 145/90 mmHg et supérieure à 10/7 ou 100mmHg /7mmHg

Proposer un complément d'info

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Se connecter
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Lien hypertexte

(Si votre message se réfère à un article publié sur le Web, ou à une page fournissant plus d’informations, vous pouvez indiquer ci-après le titre de la page et son adresse.)

Ajouter un document

  • Le 16 septembre à 00:49, par 1mot2Cesare

    Cesare Battisti annonçait le 8 septembre une grève de la faim et des soins thérapeutiques, ayant épuisé en vain tous les recours possibles pour faire respecter ses droits en détention. Aussitôt, une manipulation médiatique s’est déversée, y compris en France et au Brésil, laissant entendre que son maintien à l’isolement venait d’être validé par la cour de cassation, sans préciser qu’elle cassait en réalité un recours contre les 6 mois d’isolements purgés au tout début de son incarcération. Et le 12 Septembre, l’information tombe : ils l’ont transféré, sans préavis, semble-t’il, en Calabre, dans une prison qui regroupe les djihadistes, encore plus inaccessible aux visites de sa famille et de son avocat.
    Détails de la mise à jour
    Retrouver également l’appel à soutien publié sur Lundi matin

Articles de la même thématique : Autonomie italienne 70’s

« Vous voulez condamner à mort Battisti, faites-le franchement »

Pour avoir demandé instamment le respect de ses droits en détention, Cesare a brutalement été transféré en Calabre cette semaine, plus loin encore de sa famille et de ses avocats, vers un environnement carcéral à dominante djihadiste. Il nous fait savoir que le climat y est délétère, et que tout sera tenté pour le faire passer pour dangereux.
L’interview de Davide Steccanella, avocat de Cesare, traduisait il y a un mois tout juste, la sensation de négation de son métier dans « cet État de non-droit » face à l’acharnement médiatique et judiciaire obscène réservé à Cesare. A relire à la lumière des derniers évènements.

Les invisibles

« il dit qu’il ne savait pas qu’il y avait grève sinon il l’aurait faite ils se mettent d’accord lui et le syndicaliste ils vont tous sortir et nous on contrôle le mouvement jusqu’à la fin les jaunes prennent leurs voitures et sortent dehors toute la manif fait la haie ils sont obligés de rouler au pas à leurs têtes on voit qu’ils ont peur ils ont monté les vitres et bloqué les portières quelques crachats giclent et des coups de pied dans la carosserie »

Articles de la même thématique : Lutte armée

[Rojava] Féministe révolutionnaire, #metoo ?!

À l’heure où les luttes féministes rassemblent un nombre incalculable de femmes en France, où sommes-nous pour défendre la révolution du Rojava ? Les femmes du Rojava appellent à prendre position contre le fascisme. Nos luttes ont beaucoup à apprendre des leurs pour faire du féminisme un projet de transformation sociale radical.