[Besançon] Vérité et Justice pour Seïf !


Doubs

Demain samedi 30 juillet à Besançon, aura lieu une marche blanche appelée par le collectif « Vérité et Justice pour Seïf. »

Dans la nuit du samedi 23 au dimanche 24 juillet 2022 à Besançon, Seïf souhaite passer la soirée dans une boite de nuit avec ses copains. Mais il est recalé par la sécurité, sans plus d’explications. Il insiste, puis s’en suit une altercation avec le patron. Celui-ci apparaît énervé, armé, et menace d’appeler la police. Paniqué, le jeune homme prends la fuite... pourchassé par ce responsable. Après cinq-cent mètres de course, Seïf est acculé sur un promontoire rocheux. À flanc de falaise, dans un bois, en pleine nuit. Alors que les forces de l’ordre arrivent, il fait une chute de huit mètres. Elle lui sera fatale. Il avait vingt-cinq ans. Ce drame aurait pu être évité. C’est pourquoi nous réclamons vérité et justice, que toute la lumière soit faite sur cette affaire. Pour Seïf et sa famille bien sur, mais aussi afin que plus jamais un gamin ne meurt dans ces conditions !

Vous pouvez signer notre pétition, participer à notre cagnotte, et nous retrouver demain samedi 30 juillet à 17h00 place Louis Pasteur.

JPEG - 192.7 ko

À lire aussi : Besançon : un jeune meurt lors d’une opération de police



Proposer un complément d'info

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Se connecter
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Lien hypertexte

(Si votre message se réfère à un article publié sur le Web, ou à une page fournissant plus d’informations, vous pouvez indiquer ci-après le titre de la page et son adresse.)

Ajouter un document

Articles de la même thématique : Police

Bilan de la répression et défense collective à Sainte Soline

« Pas moins de 7 hélicoptère et plus de 1700 FDO, un dispositif dont le coût est estimé à plus d’un million d’euros. », « une soixantaine de [manifestant·es] blessé·es dont 6 hospitalisé·es », 4 personnes placées en garde à vue", une personne arrêtée sur son lit d’hôpital... retour sur la répression des manifestations anti-bassines.

[Besançon] Une « free party » interrompue par la police

Cent-cinquante personnes s’étaient retrouvées aux Près-de-Vaux ce week-end, autour de musiques électroniques et alternatives. Une occupation maîtrisée mais illégale de l’espace public, ayant conduit les services de police à intervenir pour stopper la fête.

Articles de la même thématique : Violences policières

S3 EP4 - Iran (2/2) : Marg Bar Dictator

L’Actu des Oublié.es évoque deux fois par mois l’actu des luttes dans le monde. Cette semaine, deuxième volet sur la Révolution en cours en Iran.