[Bézier] Interpellé pour non-respect du confinement, un homme meurt au commissariat

Article paru dans Le Poing

« Mercredi 8 mars, vers 22h30, un homme de 33 ans a été conduit par les policiers municipaux de Béziers au commissariat. Il venait d’être interpellé pour non-respect du couvre-feu qui court de 21h jusqu’à 5h du matin. Il est décédé quelques instants plus tard dans les locaux de la police nationale alors que les gardiens de la paix avaient tenté un massage cardiaque et fait appel aux pompiers pour venir en aide à la victime. Une autopsie a été ordonnée par le procureur de la République de Béziers, Raphaël Balland. Elle aura lieu demain vendredi 10 mars dans la journée. » Le parquet a ouvert une enquête pour homicide involontaire. Voici les faits rapportés dans l’introduction d’un article de Midi Libre publié ce matin.

Le reste de l’article vise à convaincre le lecteur que la mort de cet homme importe peu : « La victime [est] un accro aux stupéfiants bien connu de la ville. […] Les policiers municipaux auraient eu du mal à l’arrêter, mais c’est souvent le cas avec les toxicomanes. Ce dernier était très connu de la justice et avait posé des problèmes à plusieurs reprises aux forces de l’ordre. Le 5 avril, il avait d’ailleurs été placé en garde à vue pour un vol à l’arraché. » Le média Métropolitain parle d’un « SDF » qui « avait déjà été interpellé dans la journée pour des dégradations volontaires d’un véhicule ». Il était donc SDF, mais n’avait pas respecté le couvre-feu ?

Ces informations proviennent de sources policières, mais elles sont livrées sans conditionnel, alors que les policiers cherchent précisément à se protéger, et cela passe par la diffusion dans la presse d’éléments de langage visant à les disculper et à marginaliser la victime. Midi Libre et Métropolitain reçoivent quotidiennement des messages de la police pour remplir leur sinistre rubrique « faits divers », et ils rendent la pareille à diverses occasions, notamment en les protégeant lors de suspicions d’homicide.

Depuis 1977, on compte au moins 82 personnes mortes alors qu’elles étaient en état d’arrestation dans un commissariat ou une gendarmerie, ou lors de leur transfert alors qu’elles venaient d’être interpellées, sans évoquer toutes les victimes qui n’ont pas été recensées.

Rappelons que le maire de Béziers Robert Ménard, élu en 2014 avec le soutien de l’extrême-droite et réélu en mars 2020, a été l’un des premiers à instaurer un couvre-feu, et vient de faire retirer les bancs municipaux pour faire respecter le confinement.



Proposer un complément d'info

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Se connecter
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Lien hypertexte

(Si votre message se réfère à un article publié sur le Web, ou à une page fournissant plus d’informations, vous pouvez indiquer ci-après le titre de la page et son adresse.)

Ajouter un document

Articles de la même thématique : Crimes policiers

Vers une abolition de la police ?

Le mouvement international contre le racisme et la violence de la police a révélé l’existence de quelques organisations aux États-Unis dont l’objectif est d’abolir la police. C’est le moment de s’y pencher de plus près et de s’en inspirer.

Abolir la police

Presque une quinzaine de personnes ont été tuées lors d’« interventions policières » depuis le début du confinement. Une quinzaine de noms qui viennent s’ajouter à la liste interminable des victimes de crimes policiers, aux côtés de Zyed et Bouna en 2005, Wissam el Yamni et Amin Bentounsi en 2012, Rémi Fraisse en 2014, Adama Traoré et Mehdi (à Lyon) en 2016, Zineb Redouane en 2018, Steve Maia Caniço en 2019. Sans parler de tous ceux qui n’ont pas fait la une. Une vingtaine par an si on veut s’adonner à un décompte macabre.

« Violences inter-quartiers », violences d’Etat : deux faces d’une même pièce

Communiqué du Comité Vérité et Justice 31.

Articles de la même thématique : Coronavirus

Réduction des risques en période de Covid

Pratique méconnue, la réduction des risques (RDR) fait partie, entre autres, des pistes de la « stratégie de déconfinement respectueuse des droits et des populations les plus fragiles », élaborée par l’association AIDES, qui lutte depuis de nombreuses années contre le VIH notamment.

Rentrée scolaire : la gratuité des masques n’est pas négociable

Communiqué de la CGT Educ-Action Dijon.

[MàJ] 17 juin : action à Dijon !

« Mercredi 17 juin nous répondrons à l’appel national à agir contre la réintoxication du monde. Nous souhaitons mettre en avant d’autres manières de vivre la ville, de ne pas nous laisser déposséder de nos quartiers et des quelques espaces de respirations qui subsistent. »