[Bure] Rassemblement antinucléaire et féministe, c’était comment ?

En septembre dernier à Montiers-sur-Saulx (pas loin de Bure) a eu lieu un rassemblement en mixité choisie. Le dimanche nous avons récolté quelques retours à chaud sur le week-end.

Dimanche, le lendemain de la marche, tout juste reveillées d’une soirée mouvementée, on a voulu prendre un moment pour revenir sur le week-end. On avait envie d’avoir un retour à chaud, vivant et intime des personnes présentes. Ces échanges ont été l’occasion pour nous de réfléchir à ce qu’on venait de vivre. Sans être représentatif de l’ensemble des points de vue, ces témoignages permettent d’avoir un aperçu des enjeux du week-end.

Bonne écoute

« Il fallait au moins un événement féministe pour que je me sente bien et à l’aise de revenir. »

« Génération nan nan ! »

« On est pas des uluberlus, on sait ce qu’on fait, mais on le fait avec joie. »

« Ici j’hésiterais pas à mettre une bûche dans le feu ou à réparer une vanne qui déconne. »

JPEG - 118.3 ko

« J’aime être dans les backstages »

« J’aurais voulu faire une belle marche bien plus longue, je suis un peu restée sur ma faim »

« J’aurais aimé qu’on aille plus en profondeur sur le contexte et les enjeux de la lutte »

Bonus*

JPEG - 88.6 ko


Proposer un complément d'info

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Se connecter
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Lien hypertexte

(Si votre message se réfère à un article publié sur le Web, ou à une page fournissant plus d’informations, vous pouvez indiquer ci-après le titre de la page et son adresse.)

Ajouter un document

Articles de la même thématique : Nucléaire

Dixième vigie citoyenne mensuelle concernant le CEA-Valduc

Mardi 17 novembre, les lanceurs d’alerte du « Collectif Bourgogne-Franche-Comté pour l’abolition des armes nucléaires », munis de leurs masques et de leurs attestations de déplacement dérogatoires, ont profité de leurs achats de première nécessité ou de leur activité physique à Dijon pour faire valoir leur cause.

Articles de la même thématique : Féminisme(s)

Putes, fières et féministes

Communiqué des travailleur.euse.s du sexe, en réponse aux positions putophobes officielles de la ville de Besançon, et de ses certaines associations locales.