Cigeo/Bure : enjeu industriel démesuré, répression et injustice hors normes !

Suite au rapport publié le 20 juin par la Ligue des Droits de l’Homme (LDH), huit associations écologistes demandent l’arrêt de la militarisation et de l’escalade répressive à Bure.

Communiqué commun - Lundi 1er juillet 2019

Burestop 55, Cedra 52, Habitants vigilants de Gondrecourt, Eodra, Meuse Nature Environnement, Lorraine Nature Environnement, France Nature Environnement Grand Est, Réseau Sortir du nucléaire

Cigeo/Bure : enjeu industriel démesuré, répression et injustice hors normes !

Dans un rapport publié le 20 juin 2019, la Ligue des Droits de l’Homme (LDH) dénonce la répression et la partialité du tribunal de Bar-le-Duc envers le mouvement d’opposition à la poubelle nucléaire Cigéo prévue à Bure. Pour nos associations, cette répression hors norme est à la mesure de la démesure du projet.

Cigéo : Le projet qui ne tient pas la route

L’ANDRA [1] n’arrive pas à prouver que la sûreté du stockage sera assurée : risque d’explosion souterraine, d’incendie ingérable à 500 m sous terre, de contaminations radioactives en tout genre... Malgré cela, le dépôt de demande de création du site est prévue prochainement (2020 ?).
 Dans les autres pays nucléarisés : même topo, même inconnues, même impasse phénoménale [2] : l’homme ne sait pas gérer les déchets atomiques.

Le scénario à craindre : ça passe ou ça craque

Il est impossible d’escamoter les risques réels du stockage géologique, que ce soit en France ou dans les autres pays nucléarisés.
Il est impossible de neutraliser l’argumentation développée par l’opposition depuis des décennies.
Le feu vert au projet industriel le plus controversé du siècle sera-t-il acquis en pulvérisant les fondements démocratiques de notre société ? Cigéo et toutes ses incohérences pourraient bien être imposés de manière brutale, ainsi qu’en témoignent les signaux actuels.

L’opposition, née il y a trente ans, cible d’une répression sans pareille

C’est au moment de passer à l’acte - construire la poubelle atomique- et d’engager le pays sur une voie irréversible, que se mesure l’enjeu à BURE. Ici se joue l’avenir du nucléaire, passé et à venir. 
Aucun projet à fort impact environnemental n’a fait l’objet d’une telle politique répressive, développée depuis 3 ans : surveillance sophistiquée, contrôles incessants, intimidations, perquisitions, gardes à vue, procès pour de multiples motifs...
Focaliser l’attention publique sur l’opposition occulte à dessein le véritable danger : une poubelle atomique aux risques technologiques, financiers et environnementaux inouïs et un nucléaire aux effets délétères.

Le rapport de la LDH est accablant et va jusqu’à demander le dessaisissement du Tribunal de Bar-le-Duc de l’ensemble des procédures

La LDH considère que "les autorités publiques se livrent à un harcèlement contre les opposants au site d’enfouissement à Bure, destiné à criminaliser leur position et leur manifestation et qui a pour effet de porter atteinte aux libertés individuelles".
 L’observateur d’un procès au tribunal de Bar-le-Duc décrit bien ce que ressent la population meusienne : "je peux témoigner qu’en dehors des procès mettant en cause des terroristes ou des faits de grand banditisme, je n’avais jamais ressenti, tant aux alentours que dans le palais et dans la salle d’audience, un tel sentiment d’oppression alimentée par la présence surdimensionnée des forces de l’ordre, pour la plupart en tenue d’intervention." [3]

La LDH et la FIDH confirment la traque et le harcèlement de la part des autorités publiques dont fait l’objet le mouvement d’opposition à Cigéo, au point de mettre en doute l’impartialité des institutions judiciaires. Dans ces conditions, les mises en examen et les contrôles judiciaires qui touchent des personnes engagées dans cette lutte deviennent de plus en plus en plus injustifiables en plus d’être liberticides.

Les associations Burestop 55, Cedra 52, Habitants vigilants de Gondrecourt, Eodra, Meuse Nature Environnement, Lorraine Nature Environnement, France Nature Environnement Grand Est, Réseau Sortir du nucléaire demandent en urgence :


  • l’arrêt de l’escalade de la politique répressive actuelle envers les lanceurs d’alerte autour du projet Cigéo

  • l’arrêt de l’utilisation des forces de l’ordre à des fins de mise en scène et d’instauration d’un climat de peur

  • l’arrêt de la militarisation du territoire et de la judiciarisation de la lutte contre Cigéo
  • la levée des contrôles judiciaires, maintenu depuis plus d’un an dans le cadre de l’instruction pour association de malfaiteurs, en ce qu’ils portent atteinte aux liberté d’association, d’expression et de manifestation. 

Bure : La LDH dénonce le harcèlement des opposant·es au projet CIGEO

Jeudi 20 juin 2019, la Ligue des Droits de l’Homme (LDH) a présenté lors d’une conférence de presse son « rapport sur les événements survenus à Bure et sur leur traitement judiciaire ».

30 juin 2019

Revue de presse
LIBERATION 20/06 2019 : Bure : la Ligue des droits de l’homme dénonce le « harcèlement » à l’encontre des militants écologistes
REPORTERRE 20/06 2019 : La Ligue des droits de l’Homme dénonce le harcèlement des opposants au site de déchets nucléaires de Bure
LE FIGARO 20/06 2019 : Bure : la LDH dénonce le « harcèlement » à l’encontre des opposants au projet Cigéo
EST REPUBLICAIN 27/06/2019 : La charge de la LDH contre le tribunal de Bar-le-Duc
BASTAMAG 20/06/2019 : A Bure, un « état d’urgence permanent » et une « surveillance généralisée » pour réprimer les opposants



Notes

[1Agence Nationale pour la gestion des Déchets RAdioactifs NdlR

[2En Belgique, le projet MOL rencontre les mêmes difficultés sur son site argileux saturé d’eau. Le gouvernement suédois vient quant à lui de reporter une seconde fois l’autorisation de lancer le chantier d’enfouissement en milieu granitique à Forsmark. Que fera la Finlande qui a bâti son projet sur la même technologie, laquelle vise à emballer la radioactivité dans des conteneurs en cuivre qui se corroderont très vite ? Les Etats-Unis ont testé grandeur nature les effets de l’explosion à 600m sous terre d’un colis de déchets nucléaires mal conditionné et il en coûtera 2 milliards de dollars pour couler une chape de béton sur les centaines de fûts déjà enfouis et que personne n’ira chercher. Enfin, l’Allemagne a fait la désastreuse expérience de l’abandon des déchets atomiques dans une ancienne mine de sel à Asse : l’eau salée a rongé les conteneurs et emporte la radioactivité avec elle. Et personne ne sait que faire.

[3EXTRAIT du Rapport d’observation judiciaire FIDH / Jacques Englebert

« 5. Le déploiement des forces de l’ordre, à l’extérieur du palais et dans le palais, y compris dans la salle d’audience, est un troisième élément qui renforce les tensions, d’une part en confirmant la position en surplomb des magistrats et singulièrement celle du procureur qui s’applique à manifester son rapport étroit avec les forces de l’ordre ; d’autre part, en accentuant le soupçon, dans le chef du public, d’une volonté de l’appareil judiciaire de le « coincer », outre le sentiment du caractère dès le départ biaisé de la séquence judiciaire à laquelle il est venu assister. Ayant, en trente années de barreau, eu l’occasion de fréquenter de nombreux palais de justice et de nombreuses salles d’audience, je peux témoigner qu’en dehors des procès mettant en cause des terroristes ou des faits de grand banditisme, je n’avais jamais ressenti, tant aux alentours que dans le palais et dans la salle d’audience, un tel sentiment d’oppression alimentée par la présence surdimensionnée des forces de l’ordre, pour la plupart en tenue d’intervention.
Un telle présence policière oppressante est incompatible avec les valeurs qui portent l’œuvre de justice, dont la publicité des débats et la sérénité des audiences. »

Proposer un complément d'info

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Se connecter
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Lien hypertexte

(Si votre message se réfère à un article publié sur le Web, ou à une page fournissant plus d’informations, vous pouvez indiquer ci-après le titre de la page et son adresse.)

Ajouter un document

Articles de la même thématique : Nucléaire

La semaine antinucléaire à Bure aura finalement lieu du 5 au 11 octobre

Annonce et informations sur la semaine « pratiques et histoires des luttes antinucléaires » à Bure, qui avait du être reportée à cause du confinement.

La Gazette des confiné·es #17 - Black Lives Matter, licenciements de masse et Covid en Afrique

Cette ultime Gazette commence par l’espoir d’un soulèvement fertile contre l’oppression raciste. Et si des semaines de confinement nous avaient plus uni·es que séparé·es ? Faisons ce pari, car d’âpres combats commencent, tant contre l’immense casse sociale facilitée par les ordonnances Macron que pour faire obstacle aux grands projets inutiles et imposés. Sans parler de l’aide aux exilé·es, notamment à Lesbos.

40 ans du Tricastin : évitons un confinement nucléaire

Le réseau Sortir du Nucléaire Côte-d’Or s’oppose à la prolongation de la centrale nucléaire du
Tricastin et adresse cette lettre à l’ Autorité de Sûreté Nucléaire de Lyon.

Articles de la même thématique : Bure Stop

La Gazette des confiné·es #15 - Occupations et Zad, économie vs écologie et locataires étranglés

Sous Macron, l’économie est reine et les promesses écologiques du vent. Ou du greenwashing pour les multinationales. Bien réelle, la répression s’abat sur les classes populaires et les luttes. Violences policières, Zad détruites, squats menacés... Dans les immeubles de New-York, Bologne et peut-être bientôt de Rennes ou Paris, les menaces d’expulsions locatives poussent à la solidarité. Se transformera-t-elle en mouvement politique ?

La Gazette des confiné·es #12 - Autonomie alimentaire, contrôle de l’info et carte tricolore

Sauver les apparences quand les faits vous échappent, c’est ce à quoi s’emploient Philippe, Borne et Véran. Sommés par le château de remettre tout en marche, ils occupent sans compter presque tous nos écrans. « Masques et tests manquent ? C’est bien embarrassant. Vite ! publions une carte des départements. Génératrice de stress, c’est l’intention qui compte. Croyez-nous sur parole, elle sera prête à temps. Comme nous aimons la presse, se trouvent à notre adresse les meilleurs « fact-checking » sur le confinement. Cette sélection vous choque ? Vous la dites orientée ? Montrez-nous vos papiers ! Quittez Bure prestement ! »

Pour que cesse le confinement de notre lutte et de nos amitiés

Ce texte, publié sur le blog Nous sommes tou-te-s des malfaiteur-euse-s, est porté par des personnes mises en examen dans le cadre de l’information judiciaire ouverte sur des militants de Bure. Il a été rédigé par le biais de complexes allers-retours du fait de leurs contrôles judiciaires qui les obligent à « s’abstenir de rentrer en relation » entre elles. Par cette tribune, publiée également sur Reporterre et Mediapart et faisant suite à une enquête en trois volets elles souhaitent se réapproprier tant bien que mal une expression collective face à cette répression atomisante.