Collecte de vêtements chauds pour les précaires

A l’intérieur de la 6e puissance économique mondiale, les précaires, SDF et réfugié.es meurent encore du froid. Rien n’a changé depuis le 19e siècle. La rage nous dévore, mais la priorité est à l’urgence, en priant pour que ce vieux monde pourri brûle pour nous réchauffer. Force à tous.tes celles et ceux dans la lutte en permanence. Continuons à agir et comploter.

𝗣𝗮𝗿 𝗹𝗮 𝗠𝗶𝘀𝘁𝗼𝘂𝗳𝗹𝗲-𝗙𝗔 Ⓐ

  • L’automne s’installe dans ce contexte gris de crise sanitaires, d’explosion du chômage, et de perpétuation de la misère, chez les précaires, chez les étudiant.es, chez les chômeurs/chômeuses, pour les SDF, pour les migrant.es,etc...
  • Si l’automne est triste, l’automne annonce l’hiver, et l’hiver rajoute un poids à celui de la misère qui elle sévit peut importe la saison, celui du froid. Celui du froid qui tue celui qui dort dehors, qui rend malade ceux qui n’ont pas les moyens de se chauffer, le froid toujours qui gèle les pieds de celles et ceux qui chassé.es de leurs pays par la guerre et la faim se retrouvent à tenter un passage les routes de montagnes à travers les Alpes qui séparent l’Italie et la France.
  • Au Groupe la Mistoufle cet état des chose dramatique et scandaleux nous révolte, le problème revient chaque année sans que les États européens ne lèvent le petit doigts pour y pallier. Cette année nous avons pris la décisions d’agir à notre échelle pour soutenir les femmes et les hommes qui souffrent, et ceux sans distinctions d’origine, d’origine ou de genre !
    𝙉𝙤𝙩𝙧𝙚 𝙞𝙙𝙚́𝙚 𝙚𝙩 𝙙’𝙤𝙧𝙜𝙖𝙣𝙞𝙨𝙚𝙧 𝙪𝙣𝙚 𝙜𝙧𝙖𝙣𝙙𝙚 𝙘𝙤𝙡𝙡𝙚𝙘𝙩𝙚 𝙙𝙚 𝙫𝙚̂𝙩𝙚𝙢𝙚𝙣𝙩𝙨 𝙘𝙝𝙖𝙪𝙙𝙨, 𝙢𝙖𝙣𝙩𝙚𝙖𝙪𝙭, 𝙜𝙖𝙣𝙩𝙨, 𝙚́𝙘𝙝𝙖𝙧𝙥𝙚𝙨, 𝙗𝙤𝙣𝙣𝙚𝙩𝙨 𝙚𝙩 𝙨𝙪𝙧𝙩𝙤𝙪𝙩 𝙙𝙚𝙨 𝙘𝙝𝙖𝙪𝙨𝙨𝙪𝙧𝙚𝙨 𝙙𝙚 𝙢𝙖𝙧𝙘𝙝𝙚𝙨 𝙨𝙤𝙡𝙞𝙙𝙚𝙨 𝙚𝙩 𝙚́𝙩𝙖𝙣𝙘𝙝𝙚𝙨 𝙘𝙖𝙧 𝙘𝙚𝙡𝙡𝙚𝙨 𝙘𝙞 𝙢𝙖𝙣𝙦𝙪𝙚𝙣𝙩 𝙘𝙧𝙪𝙚𝙡𝙡𝙚𝙢𝙚𝙣𝙩.
  • Une fois un stock important constitué nous le feront parvenir aux camarades qui luttent et soutiennent les migrants à la frontières italienne mais aussi à d’autres qui équipent et aident les précaires et SDF géographiquement plus proche de nous.
  • Ainsi les critiques incessantes et malhonnêtes de l’extrême droite qui déplore l’aide aux migrants au détriment des personnes dans le besoin d’origine française pourront être balayé d’un revers de main, nous et celles et ceux qui nous soutiennent en apportant des vêtements et des chaussures ne mettrons jamais en concurrence les victimes du capitalisme toujours plus sauvage.
    𝑳𝒐𝒊𝒏 𝒅𝒆 𝒍𝒂 𝒄𝒉𝒂𝒓𝒊𝒕𝒆́ 𝒄𝒆𝒕𝒕𝒆 𝒂𝒄𝒕𝒊𝒐𝒏 𝒄𝒐𝒏𝒔𝒕𝒊𝒕𝒖𝒆 𝒖𝒏𝒆 𝒓𝒊𝒑𝒐𝒔𝒕𝒆 𝒅𝒆 𝒄𝒍𝒂𝒔𝒔𝒆 𝒑𝒐𝒖𝒓 𝒔𝒆𝒎𝒆𝒓 𝒍𝒆𝒔 𝒈𝒓𝒂𝒊𝒏𝒆𝒔 𝒅𝒆 𝒍𝒂 𝒓𝒆́𝒗𝒐𝒍𝒕𝒆 !
JPEG - 208.2 ko

P.-S.

Retrouves nous chaque Samedi après midi (14/17H) à l’extérieur des Tanneries II
Stickers/Brochures/Boisson chaude


Proposer un complément d'info

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Se connecter
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Lien hypertexte

(Si votre message se réfère à un article publié sur le Web, ou à une page fournissant plus d’informations, vous pouvez indiquer ci-après le titre de la page et son adresse.)

Ajouter un document

Articles de la même thématique : Anarchisme

Dénégations. Dénégation et radicalité : une hypothèse ou quand le Chat Botté réduit l’ogre en souris..

Chaque événement démesuré voit naître ses détracteurs et ses réducteurs. Ils considèrent (comme le Chat Botté de la fable qui mange l’ogre après l’avoir réduit en souris) que réduire la représentation de ce qu’il se passe pour le mettre à sa portée serait en mesure de donner les moyens de triompher sur ce qui terrifierait, si toutefois on le regardait dans toutes ses dimensions. Ce triomphe obtenu au nom de la peur condamne à l’impuissance et la pandémie de Covid-19 qui est en train de se répandre sur la planète ne fait pas exception à la règle. Elle aussi a ses réducteurs et ses détracteurs. Pourtant il y a bien des choses à redire, à contester, à attaquer face à ce qui se passe, ne serait-ce que l’État et le capitalisme. Mais L’Histoire pousse parfois les adeptes de la perplexité dans le grand bain, et les salariés contraints de continuer à travailler avec le virus comme les émeutiers de la faim ou les révoltés de l’enfermement n’ont pas besoin de dénier la réalité du virus ou de réduire la pandémie à une taille moins effrayante pour se révolter et lutter à la fois contre le virus et contre les modalités de sa gestion par le pouvoir.

Articles de la même thématique : Communisme

« Lutter ensemble, pour de nouvelles complicités politiques »

“Ce livre n’est pas un livre de théorie politique, mais un livre de pratiques de lutte. Il répond à l’urgence d’apprendre à nous organiser pour faire face à ce qui est déjà là, à créer des solidarités entre personnes subissant différentes oppressions, à articuler nos espaces sans entamer nos autonomies, à nouer d’autres complicités. Ce livre invoque la puissance transformatrice dont les luttes sont parfois capables”.