Sale temps pour les capitalistes : Rabasse.info rejoint le réseau Mutu pour relayer les luttes de Franche-Comté !

Communiqué des étudiant.e.s contre la loi immigration



Communiqué rédigée par la mobilisation étudiante du campus de Dijon contre la loi immigration, appelant à l’Assemblée Générale le Mercredi 14 Février, à Midi. RDV sur l’Université devant le Batîment Droit-Lettres.

Le 26 janvier 2024 a été promulguée la loi asile immigration. Cet événement marque une tournure décisive dans la politique française. En effet, cette loi est éminemment raciste et ne s’en cache pas ! Une vraie victoire idéologique pour l’extrême droite !

Pour l’État aujourd’hui, il est évident qu’il n’y a plus ni liberté, ni égalité, ni fraternité.

Les modifications apportées par le Conseil Constitutionnel à cette loi relevaient de remarques sur la forme et non même sur son fond raciste et certainement anti-constitutionnel. Certains articles de la loi n’ont donc pas été censurés pour leurs contenus plus que dérangeants mais par leur absence de lien avec la loi. Cela n’exclut donc pas que ces articles reviennent dans d’autres lois à l’avenir.

Comment pouvons-nous aujourd’hui, dans le « pays des droits de l’homme », avoir à notre tête des politiques capables de proposer des lois à ce point racistes et xénophobes ? Comment est il possible que la seule raison pour qu’elles ne soient pas promulguées repose sur une question de procédure, de forme ?

Cette loi accumule les exemples de déshumanisation xénophobes et dangereuses : Difficulté d’accès aux prestations sociales, perte progressive des droits sociaux, mise en danger du droit du sol, préférence nationale, durcissement de l’accès au séjour... Notons également la mise en place d’un contrat et d’un contrôle de la maîtrise de la langue française comme condition d’accès au séjour. Représentation
d’une France au racisme le plus brut, qui veut conformer et mettre au pas sinon laisser pour mort.

Les macronistes ont vite oublié qu’ils se sont hissés au pouvoir pour contrer l’extrême droite et marchent aujourd’hui main dans la main avec elle. Face à cette loi, face à la tournure générale que prend ce pays,
faisons entendre nos voix !

Exigeons le retrait de cette loi ! Demandons la destitution du gouvernement ! Appelons à une gestion de l’État véritablement démocratique ! Nous ne voulons pas de ce pays qui ouvre grand les portes au fascisme, qui précarise la société, qui expulse ceux qui ont besoin d’aide…. Nous ne voulons pas de la construction de 11 nouveaux centres de rétentions administratifs ! Structures inhumaines et déshumanisantes.

Face au système raciste, face à la montée du fascisme : organisons-nous localement, collectivement, soyons présents, faisons du bruit, occupons l’espace !

SISTONS

L’AG contre la loi immigration, l’AUBE, la FEBIA, Solidaire étudiant.e.s et l’UNEF



Proposer un complément d'info

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Se connecter
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Lien hypertexte

(Si votre message se réfère à un article publié sur le Web, ou à une page fournissant plus d’informations, vous pouvez indiquer ci-après le titre de la page et son adresse.)

Ajouter un document

Articles de la même thématique : Université

Festival contre la Loi Immigration à l’Université

Nous, assemblée générale étudiante, aux côtés notamment de Solidaires Étudiant-e-s Dijon, UNEF, LDH, SOS Refoulement, SUD Éducation, CGT, Bancale, Lentillères... vous invitons au FESTiVAL contre la Loi Immigration les 3 & 4 Avril 2024, à l’Université !

Articles de la même thématique : Loi asile et immigration

[Podcast] CRA, 115 propos d’hommes séquestrés

Un projet de CRA (Centre de Rétention Administrative) menace de s’implanter à Dijon, un collectif s’organise pour empêcher cela. Dans ce cadre, une soirée a eu lieu le jeudi 23 mai à la Librairie la Fleur qui pousse à l’intérieur pour échanger autour du livre CRA, 115 propos d’hommes séquestrés de Mathieu Gabard.