Contexte sanitaire, explosion du trafic colis, les postiers sont à bout !



« La direction de la PPDC (Plate-forme de Préparation et Distribution du Courrier) de Dijon a pris l’initiative de faire travailler les agents de Coliposte 5 dimanches et le 11 novembre avec compensation et sur la base du volontariat. Cette initiative est inacceptable ! »
Communiqué de la CGT-FAPT.

Communiqué de la CGT-FAPT de Côte-D’Or

Le trafic colis explose, la charge de travail est inédite ! Cette surcharge concerne tous les services, pas seulement la branche courrier-colis (distribution, centre de tri), mais aussi les bureaux de Poste avec la gestion des instances des colis.
La Poste réorganise tous les services depuis plusieurs années afin de faire des économies à court terme en supprimant des emplois.

Conséquence, La Poste n’a pas pu faire face convenablement à cette crise sanitaire. Lors du 1er confinement et jusqu’au mois de juillet, les agents ont distribué quotidiennement un trafic colis équivalent à la période de Noël ! Actuellement, le trafic colis explose toutes les prévisions. Les facteurs doivent aussi distribuer le courrier, la presse, les recommandés, les imprimés publicitaires...
Les postiers sont donc usés et fatigués. La Poste a embauché des CDD et des intérimaires pour quelques semaines avec une formation très rapide voire inexistante. La qualité de service public postal n’est donc pas à la hauteur et certains d’entre eux quittent rapidement La Poste. Pour la CGT, il faut massivement embaucher en CDI, afin d’assurer une bonne formation et une bonne qualité de service public postal.

La Poste a généré un chiffre d’affaire conséquent cette année, et a bénéficié des aides publiques de l’état, elle a donc la possibilité d’embaucher et d’investir dans du matériel de qualité.

La direction de la PPDC (Plate-forme de Préparation et Distribution du Courrier) de Dijon a pris l’initiative de faire travailler les agents de Coliposte 5 dimanches et le 11 novembre avec compensation et sur la base du volontariat. Cette initiative est inacceptable ! C’est en plus faire courir un risque sanitaire supplémentaire aux personnels. Non le travail du dimanche, même avec des compensations, ne doit pas être une solution, cela doit rester une journée de repos.
Dans un contexte d’angoisse et de stress les agents doivent pouvoir souffler. Aujourd’hui c’est Dijon et demain ? Aujourd’hui le trafic est exponentiel et demain ? Si l’expérience est concluante, rien n’empêchera La Poste de vouloir la pérenniser, même si elle prétend le contraire ! La CGT propose de renforcer tous les services avec des moyens en personnel supplémentaire.

Cet engrenage doit être combattu et la CGT porte des revendications crédibles :

  • Embauche en CDI de tous les précaires pour l’amélioration des conditions de travail et un maintien du service public postal universel,
  • Augmentation des salaires, 13e mois,
  • Partage du travail avec la mise en place de 32 h.

Par manque de personnels et de moyens matériels, les conditions de travail sont déjà largement dégradées, dans tous les secteurs d’activités. Avec la pandémie que nous traversons et les décisions de nos directions, cette situation va encore s’aggraver, impactant durablement l’équilibre vie professionnelle-vie privée.

Le Syndicat Départemental CGT-FAPT de Côte d’Or



Proposer un complément d'info

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Se connecter
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Lien hypertexte

(Si votre message se réfère à un article publié sur le Web, ou à une page fournissant plus d’informations, vous pouvez indiquer ci-après le titre de la page et son adresse.)

Ajouter un document

Articles de la même thématique : Syndicalisme

Pour les sages-femmes, maintenant assez joué : game ovaire !

Pour la 5e fois cette année, les sages-femmes de Côte-d’Or seront en grève ce vendredi. Le 7 octobre, les sages-femmes étaient plus de 6000 à manifester à Paris : une mobilisation sans précédent ! Leurs attentes n’ont toujours pas été entendues. C’est pourquoi, du 22 au 24 octobre, les sages-femmes des maternités publiques, privées et exerçant en libéral appellent à un week-end noir.

Assistants d’Education d’Hippo : une situation scandaleuse !

Début octobre, les assistant·es d’éducation du lycée Hippolyte Fontaine à Dijon ont reçu leurs salaires avec parfois plus d’une semaine de retard. « La modicité des salaires, la précarité des contrats, les missions pour autant exigées de ces collègues justifient que les salaires soient versés à temps, c’est non seulement une question économique, mais aussi une question de respect pour des personnels qui ont souvent le sentiment d’être méprisés. »