Dijon Métropole se lance dans la communication « #Dijon achetons local » sur fond de greenwashing



Depuis quelques jours, Dijon Métropole communique sur les panneaux d’informations des arrêts de tram avec le message « Soutenons le commerce de proximité » avec le hachtag « #Dijon achetons local ». L’association Les Amis de la Terre Côte-d’Or tient à soutenir cette initiative, mais dénonce le greenwashing qu’il y a derrière.

Mehrnoush (Traiteur iranien, quartier Chevreuil-Parc), Nicolas et François-Xavier (Cavistes, quartier Varennes Toison d’Or-Joffre), Sophie (Epicière, quartier Montchapet), Christophe (Vendeur de vélos, quartier Bourroches), Maude (Fleuriste, quartier université), Anne-Sophie, Anne-Claire et Annabelle (Restauratrices de cuisine plaisir, quartier Varennes Toison d’Or-Joffre) sont des commerçants indépendants avec une activité locale. Ils et elles sont visibles sur de grandes affiches aux arrêts de tram. Soutenons–les !

Il y a environ un an Dijon Métropole communiquait déjà pour soutenir le commerce local avec des affiches sur fond jaune. À chaque fois une communication de seulement quelques semaines. Mais pendant ce temps et depuis des années, des dizaines de milliers d’affiches publicitaires font la promotion d’activités commerciales non locales.

Toute l’année Dijon métropole laisse dire « N’achetez pas local », ni sain, ni Bio !
Nos rues sont en permanence inondées de publicités pour de la malbouffe, de l’alcool, des transports polluants en voitures puissantes, des objets rapidement obsolètes, des banques climaticides... Cette semaine dans les rues de la métropole ce sont Mauboussin (88 points de vente en France, 120 dans le monde [1] ), Quick (Plus de 100 restaurants en France et Belgique [2]), Burger King (objectif 600 restaurants en France [3] et plus de 13 000 dans le monde [4]), Géant Casino (Le groupe Casino c’est 12 100 points de vente dans le monde [5]). Mais aussi régulièrement d’autres comme McDonald (37 855 restaurants dans le monde [6]). Ces mêmes sociétés expertes en évasion fiscale...

Toute l’année les dijonnais et dijonnaises sont incités à NE PAS ACHETER LOCAL lorsqu’ils regardent les publicités qui envahissent notre espace public sur les abribus et panneaux sucettes.

Cette situation n’est pas une fatalité. Pour que cela cesse, il suffit que Dijon Métropole ne renouvelle pas le contrat de mobilier urbain avec Clear Channel en 2022. Dans cette lettre ouverte [7] du mois de février 2021, nous avons alerté Monsieur François Rebsamen, président des Dijon Métropole, en l’invitant à s’engager officiellement en ce sens. Un trimestre plus tard, nous n’avons toujours pas de réponse.

Il est si facile de soutenir le commerce local SANS soutenir les multinationales comme nous le proposons, via des aubettes gérées par la métropole [8]. Notre questionnaire envers les associations et commerçants indépendants nous montrent déjà leur intérêt pour nos propositions [9].

Nous renouvelons notre appel à Monsieur Rebsamen et à tous les élus de Dijon Métropole de déclarer officiellement que vous ne renouvellerez pas le contrat avec Clear Channel (et autres publicitaires), et que vous mettrez en place des aubettes où les associations et commerçants locaux pourront mettre en avant leurs activités, ceci dès 2022. Nettoyons la métropole dijonnaise des publicités toxiques !

Il est du devoir de nos élus de tenir compte des besoins financiers, sociaux et écologiques de ceux et celles qui les élisent...

Tous ensemble nous pouvons changer le système, pas le climat.



Proposer un complément d'info

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Se connecter
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Lien hypertexte

(Si votre message se réfère à un article publié sur le Web, ou à une page fournissant plus d’informations, vous pouvez indiquer ci-après le titre de la page et son adresse.)

Ajouter un document

Articles de la même thématique : Politique locale

[Besançon] Jean-Philippe Allenbach, prophète du vide

Pour celui qui affirme incarner la voix du « régionalisme », la logorrhée apparaît parfois plus proche des thèses du Front comtois [1] que de celles du RPFC [2]. Connu pour ses mots vifs et son franc parler, le président du MFC [3] Jean-Philippe Allenbach enchaîne toutefois les dérapages depuis quelques années. Après un parallèle douteux entre la candidate EÉLV Anne Vignot et le Maréchal Pétain en juin 2020, c’est la diffusion d’une vidéo aux relents haineux début décembre 2021 qui jette désormais le trouble. Par ce relais d’un contenu islamophobe et fallacieux, les simples bévues jadis fâcheuses prennent une tournure autrement plus avilissante.

La guerre Belfort-Montbéliard ? Plutôt la guerre des mots et la guerre des classes !

Les élus des agglomérations de Montbéliard et de Belfort jouent un « drama » digne des meilleur.es influenceur.ses des « réseaux sociaux ». Ces politiciens ont encore choisi le clash et la médiocrité pour cacher leur incapacité à gérer notre territoire industriel globalement. Devant cette nullité politicienne et l’urgence de virer tous ces parasites, la presse du Crédit Mutuel (L’Est Républicain) décrit tout ceci comme une « guerre ». Décryptage :

Articles de la même thématique : Publicité

Action antipub d’extinction rebellion à Dijon

La veille de la vélorution pour le climat,une dizaine d’activistes d’extinction rébellion ont remplacé les affiches publicitaires pour lutter contre l’omniprésence de la pub à Dijon.

The Chomeuse go on // Lutter par l’image

Face au matraquage de la pub et des médias, notre collectif « THE CHOMEUSE GO ON » essaie de contribuer à un imaginaire populaire et engagé. Pour cela, nous proposons sur notre site une série de créations.