[Dijon] Ville connectée = ville surveillée ?



Rendez-vous Voisins/Voisines : ville connectée = ville surveillée ? Organisé par la Maison-Phare, avec la Ligue des Droits de l’Homme.

Une « ville connectée » est une ville utilisant les technologies de l’information et de la communication pour améliorer la qualité des services urbains ou réduire leurs coûts. En d’autres termes, c’est une zone urbaine qui utilise différents capteurs électroniques de collecte de données pour fournir des informations permettant de gérer efficacement les ressources et les actifs de la ville.

Mais est-ce qu’une ville connectée signifie que celle-ci (et donc ses citoyen·ne·s) est surveillée ? Peut-on parler de surveillance de masse ? Qu’en est-il de nos libertés individuelles ?

Nous vous proposons d’échanger et de réfléchir ensemble sur ce sujet !

Rendez-vous donc aux Ateliers d’Été (cour de l’école Alsace, 7 allée de Saint-Nazaire à Fontaine d’Ouche) le jeudi 8 juillet à 18h !

Gratuit, nous proposons un mode de garde pour vos enfants (pas de repas prévu). Petit grignotage sur place offert.

JPEG - 122.3 ko


Proposer un complément d'info

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Se connecter
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Lien hypertexte

(Si votre message se réfère à un article publié sur le Web, ou à une page fournissant plus d’informations, vous pouvez indiquer ci-après le titre de la page et son adresse.)

Ajouter un document

Articles de la même thématique : Videosurveillance

Le Conseil d’État sauve la reconnaissance faciale du fichier TAJ

"Le 26 avril 2022, le Conseil d’État a rejeté nos critiques contre l’utilisation massive de la reconnaissance faciale par la police dans le TAJ traitement des antécédents judiciaires »). Il s’agit d’une défaite cinglante, qui affirme encore davantage le Conseil d’État dans son rôle de défenseur de la surveillance de masse, sans plus aucune considération pour le respect des droits des personnes. Nous avons l’habitude de perdre et de ne pas nous résigner : trouvons dans cette défaite les futures pistes de notre lutte."

Articles de la même thématique : Surveillance, fichage

Contre la dissolution de « La Gale »

Le 11 mai prochain, le juge des référés doit examiner le cas du Groupe antifasciste Lyon et environs (Gale), dissous le 30 mars en Conseil des ministres.