[Dijon] Ville connectée = ville surveillée ?



Rendez-vous Voisins/Voisines : ville connectée = ville surveillée ? Organisé par la Maison-Phare, avec la Ligue des Droits de l’Homme.

Une « ville connectée » est une ville utilisant les technologies de l’information et de la communication pour améliorer la qualité des services urbains ou réduire leurs coûts. En d’autres termes, c’est une zone urbaine qui utilise différents capteurs électroniques de collecte de données pour fournir des informations permettant de gérer efficacement les ressources et les actifs de la ville.

Mais est-ce qu’une ville connectée signifie que celle-ci (et donc ses citoyen·ne·s) est surveillée ? Peut-on parler de surveillance de masse ? Qu’en est-il de nos libertés individuelles ?

Nous vous proposons d’échanger et de réfléchir ensemble sur ce sujet !

Rendez-vous donc aux Ateliers d’Été (cour de l’école Alsace, 7 allée de Saint-Nazaire à Fontaine d’Ouche) le jeudi 8 juillet à 18h !

Gratuit, nous proposons un mode de garde pour vos enfants (pas de repas prévu). Petit grignotage sur place offert.

JPEG - 122.3 ko


Proposer un complément d'info

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Se connecter
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Lien hypertexte

(Si votre message se réfère à un article publié sur le Web, ou à une page fournissant plus d’informations, vous pouvez indiquer ci-après le titre de la page et son adresse.)

Ajouter un document

Articles de la même thématique : Videosurveillance

Plainte collective contre la Technopolice

La surveillance de nos rues est devenue totale : vidéosurveillance généralisée, fichage de masse, reconnaissance faciale et détection automatisée de comportements. Pour mettre un coup d’arrêt à cela, nous lançons une plainte collective contre le ministère de l’intérieur.

Articles de la même thématique : Surveillance, fichage

Bure : Retour sur le procès des Malfaiteurs·euses

L’appel du procès pour association de malfaiteurs de Bure a commencé par un (heureux) coup de théâtre : au premier jour du procès lundi au matin, juste avant le début de l’audience, nous apprenions que l’accusation d’association de malfaiteurs était définitivement abandonnée et que nos ami-es ne seraient pas jugé-es sur ce chef d’accusation !