Expulsion de la CPAM : à nos collègues fonctionnaires

Lettre à nos collègues fonctionnaires.
Nous ne nous adressons pas, ici, aux femmes et hommes portant des uniformes à la couleur bleue.

Aux collègues des services préfectoraux, des services municipaux et aux autres.

Ce lundi 09 septembre, vous avez travaillé comme tous les jours dans votre service. Des consignes sont arrivées. Il fallait donc les exécuter. Il faut toujours fonctionner.

La mission ?

  • « Expulser un squat ».
  • Ou bien, « mettre des dizaines de personnes à la rue et envoyer certaines d’entre elles en CRA [1] ».
  • Vraisemblablement, dans un jargon plus étatico-bureaucrate « remise en état d’un bâtiment occupé illégalement par des ressortissants étrangers en situation irrégulière ».

La mission ? Une réussite.

Environ 70 personnes mises à la rue, quelques-unes - encore moins chanceuses - sont envoyées en CRA.
Les affaires (vêtements, couchages, etc) sont subtilisées.
Les occupants sont laissés à nu, une nouvelles fois sonnés.
La mission est terminée.

Cher.e.s collègues, comme vous le savez certainement ce squat devait passer ce mardi 10 septembre en audience devant le juge de l’exécution. Alors oui, bla-bla-bla, le précédent rendu n’était pas suspensif, mais quel affreux sentiment se dégage de ce timing. Quelle drôle de fraternité.

Heureusement, nous pouvons nous réconforter ensemble de la solution proposée par la ville de Dijon (8h après l’expulsion) d’offrir pour une nuit ou deux, et si le monde est fou peut-être trois, un merveilleux terrain de gravats sans eau, ni électricité ce lundi soir.

Dans la douceur légendaire des nuits dijonnaises, 70 personnes ont « dormi » sans leurs affaires au Chemin des Cailloux.

Liberté, Égalité, Fraternité, il paraît.

Des collègues
[Fil info] Expulsion au squat de la CPAM

Lundi en début d’après-midi, les forces de l’ordre ont engagé une opération d’expulsion de l’ancienne CPAM de Chenôve, occupée depuis octobre 2018 par environ 80 personnes migrantes. Depuis, des interventions et des rassemblements ont lieu tous les jours pour obtenir leur relogement.

27 septembre 2019


Notes

[1Centre de Rétention Administrative

Proposer un complément d'info

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Se connecter
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Lien hypertexte

(Si votre message se réfère à un article publié sur le Web, ou à une page fournissant plus d’informations, vous pouvez indiquer ci-après le titre de la page et son adresse.)

Ajouter un document

Articles de la même thématique : Accueil des migrants

Une remise de lettre à la société SEM, propriétaire du bâtiment occupé par des demandeurs d’asile

Une cinquantaine de personnes, habitant.es et soutiens, sont venues assister à la remise du courrier adressé à l’entreprise propriétaire du bâtiment occupé par des demandeur, d’asile rue Becquerel. le lieu devient est expulsable à partir du 10 juillet suite à une procédure passée en référé au tribunal au mois de juin. Il s’agit en fait d’une demande de rendez-vous pour trouver une autre issue que l’expulsion.

[Rassemblement de soutien] Être étranger n’est pas un crime !

Un jeune dijonnais d’origine étrangère est attaqué au pénal pour être rentré en France sans visa alors qu’il était enfant. Le collectif soutien asile 21 appelle à se rassembler devant le tribunal jeudi 9 juillet à 8h30 pour le soutenir !

Menace d’expulsion des demandeurs d’asile de la rue Becquerel

Remise de courrier et rassemblement le mercredi 8 juillet à 10h devant les locaux de la société Est Métropole, propriétaire du bâtiment, 8 rue Marcel Dassault.

Articles de la même thématique : Services publics

Fermeture de classe à l’école Champollion des Grésilles ?

L’éducation nationale prévoit de fermer une classe dans l’école champollion aux Grésilles.
Les institutrices et les parents d’élève se retrouvent devant l’école jeudi 25 juin à 16h05.

[En images] La manifestation pour les soignant·es du 16 juin

Plus de 2000 personnes dans les rues de Dijon ce mercredi 17 juin pour exiger des moyens, plutôt que des médailles !

De l’irresponsabilité des dirigeants à la nécessité de s’insurger.

Alors que la pandémie du Covid-19 ne semble presque pas faiblir dans la quasi totalité du monde, les dirigeant-e-s politiques et économiques, européens commencent à prendre conscience que sans un Hôpital public avec des vrais moyens, il est impossible de lutter efficacement contre ce virus, et ceux qui suivront plus tard.