[Fil info] Expulsion au squat de la CPAM

Lundi en début d’après-midi, les forces de l’ordre ont engagé une opération d’expulsion de l’ancienne CPAM de Chenôve, occupée depuis octobre 2018 par environ 80 personnes migrantes. Depuis, des interventions et des rassemblements ont lieu tous les jours pour obtenir leur relogement.

Les points à retenir :
  • L’ancienne CPAM de Chenôve, occupée depuis octobre 2018, a été expulsée lundi 9 septembre à 14h
  • Suite à la mobilisation des habitants et de leurs soutiens, la mairie leur a mis à disposition l’aire de passage du Chemin des Cailloux (un terrain nu pour caravanes, excentré, sans abri )

Les autres articles à propos de l’expulsion :

  • Vente d’oeuvres d’art au Black market en soutien aux réfugiées de la CPAM

    Des oeuvres d’art à vendre pour soutenir les réfugiés de l’ex-CPAM

    Depuis leur expulsion le 25 septembre dernier, les anciens habitants de la CPAM vivent dans des tentes sur un terrain vague près de la rocade. Samedi 5 octobre, le Black Market organise une vente d’oeuvres d’arts pour les soutenir finançièrement.

    30 septembre
  • Un camp de fortune qui « ne peut pas durer »

    JPEG - 712.6 ko

    Manchette du Bien Public , 26/09

    Si ça continue , il faudra que ça cesse !
    Une situation qui ne peut durer mais aucune proposition...
    On apprend également que la préfecture a tout fait même deux fois plus que ce qu’il faudrait pour reloger les personnes expulsées .
    On va finir par croire que les personnes exilées préfèrent se serrer dans des tentes sur un terrain vide, boueux , sous la pluie et dans le froid !

    « On a pas rêvé de venir en France » - Interview au Chemin des Cailloux

    « C’est la France qui a créé les problèmes chez nous, qui a soutenu les dictateurs, et c’est pour ça que nous on est venu en Europe, sinon on serait jamais venu. »

    30 septembre
  • Un point sur les personnes arrêtées le jour de l’expulsion

    Le 09 septembre , jour de l’expulsion du squat 11 personnes sont placées en
    retenue administrative. Le jour même , 4 personnes sont libérées par la police et 7 sont placées en centre de rétention administrative, 4 au CRA de Metz et 3 au CRA de Starsbourg.

    Le 12 septembre les 4 de Metz sont libérées par le juge des libertés et de la détention pour vice de procédure. La police n’a pas respecté la procédure de contrôle d’identité des personnes.

    Le 13 septembre les 3 de Strasbourg passent devant le juge . Une d’elles, de nationalité tchadienne, a été libérée par le juge pour saisine tardive de la préfecture et les deux autres, l’une nationalité tchadienne et l’autre de nationalité ivoirienne, ont été maintenues en rétention par le juge. Ils font l’objet d’une demande de transfert vers l’Italie.

  • Une installation de toilettes laborieuse

    C’est au bout d’une semaine de campement que 4 toilettes ont été installées par la mairie sur le campement qui compte près de 80 personnes maintenant. Pas de douches livrées mais deux douches ont été construites par les habitants et leurs soutiens.

    On peut se demander si ça prend autant de temps d’installer des toilettes pour un quelconque événement culturel , ou alors combien coûte une inauguration comme celle du mail Guynemer mercredi dernier.

    Combien ça côute ?

    Pour ça , il faudrait faire l’addition des temps de prestation pour des vigiles et de toutes les personnes impliquées dans l’organisation de l’événement , ajouter le temps de montage des chapiteaux et de toutes les structures pour la réception, les petits fours et les boissons.. peut être même des toilettes ? Et tout ça pour quelques heures !

    S’y ajoute , une autre note , celle de la préfecture.
    Quelques bonnes dizaines de policiers mobilisés pendant plusieurs heures, des bonnes dizaines de grenades lacrymogènes ...

    Au total , combien a coûté l’inauguration du mail Guynemer ?

    C’est possible de contribuer à ce ce calcul en envoyant des informations sur contact@dijoncter.info

  • Au Grand Dej’ , communiqué du collectif soutien asile

    A l’occasion du Grand Dej’ , une vingtaine de personnes exilées sont venus à nouveau parler de leur situation.

    Les associations de soutien ont également distribué un communiqué sur la situation actuelle à Dijon.

    Droits humains bafoués

    • Qadri, lycéen d’Hippolyte Fontaine se préparant à entamer un BTS
      embarqué au petit matin, séparé des siens, renvoyé dans un pays qui
      n’est plus le sien sans lui laisser la possibilité de faire appel à un
      juge ou un avocat.
    • Onze habitants de l’abri de migrants de l’ex Cpam de Chenôve enfermés
      suite à une opération surprise. Quatre ont été libérés par la justice
      suite grâce à l’action d’associations de défense des droits. D’autres
      restent en grand danger d’être renvoyés vers des pays dictatoriaux.
    • Des dizaines de jeunes engagés dans des parcours scolaires ou en
      apprentissage menacés d’expulsion du territoire sous les prétextes les
      plus invraisemblables (tampon au mauvais endroit sur leur acte de
      naissance alors qu’ils ont une identité reconnue depuis des années et
      remplissent toutes les conditions de régularisation....) condamnés à la
      clandestinité.
    • Des familles côte d’oriennes vivant dans la peur au quotidien menacées
      d’expulsion, de séparation des enfants de l’un de leur parents
      simplement parce que le préfet de Côte d’Or a décidé de ne pas utiliser
      les possibilités de régularisation que permet la réglementation.
    • Des personnes expulsées de leur abri la veille de leur passage au
      tribunal pour défendre leur droit au logement que l’État laisse à la
      rue.
    • Une préfecture aux portes hermétiquement fermées aux associations
      défendant les droits des migrants.

    Face à la xénophobie, à l’inhumanité, à l’intolérable, nous affirmons
    haut et fort :

    Les étrangers sont des êtres humains, ils font partie de la richesse
    humaine de la France, ils doivent faire partie de son avenir.

    C’est à tous les défenseurs des libertés de se mobiliser sous toutes les
    formes contre les expulsions, pour faire de ce pays, un pays d’accueil
    et de fraternité/solidarité.

  • Prise de douches pendant l’inauguration de la piscine du carrousel

    Samedi après-midi , à l’occasion de l’inauguration de la piscine du carrousel , une vingtaine de personnes de la CPAM sont venus visibiliser leur situation en diffant un texte et en formant un message avec leurs serviettes de bain.

    « NI DOUCHES NI MAISON, QUE FAIT ON , DEMANDEURS D’ASILE A DIJON »

    Réaction rapide des vigiles qui ne savent pas vraiment quoi faire , demandent au directeur , qui semble t-il ne craint pas le ridicule et répond : « on appelle la police » .
    Espérons que celui-ci ne soit pas également maître-nageur. La police ne semble finalement pas être venue, les exilés ont alors pu profiter de la baignade !

    JPEG - 3.3 Mo
    JPEG - 2.7 Mo
    JPEG - 2.5 Mo
    JPEG - 2.5 Mo
  • Sur le marché des Lentillères , un étal avec les armes utilisées par la police la veille

    JPEG - 3 Mo

    grenades lacrymo à main et avec lanceur , balles de LBD

    une brochure complète sur les armes de la police

  • Retour sur la soirée de mercredi

    La CPAM s’invite à l’inauguration de l’Ecoquartier des Maraîchers

    Réponse de la préfecture par une pluie de lacrymo et tirs au flashball face à un orchestre de percussions venu se faire entendre pendant une inauguration de la mairie de Dijon. Communiqué des demandeurs d’asile et leurs soutiens

    16 septembre
  • Gazage massif et flashball contre le rassemblement du mail Guynemer

    Mercredi soir à l’occasion de l’inauguration du mail Guynemer, un rassemblement avait lieu devant l’écoquartier voisin des Lentillères, pendant que les demandeurs d’asile et leurs soutiens descendaient en cortège du chemin des cailloux.
    Le cortège et le rassemblement, qui ne faisaient que taper sur des casseroles pour se faire entendre, ont été massivement gazés et ciblés par des tirs de « flashball ». Plus d’infos dans la journée.

    JPEG - 1.1 Mo
    JPEG - 655.4 ko
    JPEG - 290 ko
    À peine inauguré, le mail est déjà mis à feu par les grenades des flics
  • Un squat de migrants expulsé à Lyon ce mercredi : 150 personnes à la rue

0 | 10 | 20 | 30


Proposer un complément d'info

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?