[FàC #10] Les zapatistes envahissent le stade des Bourillots à Dijon



Pour célébrer la venue des zapatistes à Dijon, leurs hôtes se sont mesuré.es à leur équipe féminine de foot.

Lundi 11 octobre 2021, au crépuscule, une centaine de personnes envahissent le stade Bourillot à Dijon. D’un côté, trois équipes féminines zapatistes revêtissent leur tenue, violette, toutes floquées du numéro 7 et du nom de Ramona [1]. De l’autre, une formation queer francophone se découvre, bariolée et improvisée. Autour du terrain, de nombreux supporters des deux équipes s’échauffent la voix.

JPEG - 1.8 Mo

Vous vous demandez peut-être pourquoi l’équipe zapatiste est venu à Dijon pour jouer avec une formation qui n’existait pas encore. C’est parce que 180 zapatistes ont envahi l’Europe le 14 septembre afin de rencontrer les luttes qui ont lieu sur tout le continent, et se sont retrouvé.es à Dijon pour se répartir dans les différents pays qui les accueillent. C’est une des rares occasions du voyage pendant laquelle l’équipe féminine zapatiste était au complet et pouvait réaliser son souhait de disputer un match.

JPEG - 1.9 Mo

Brève histoire du football zapatiste
On découvre l’équipe masculine zapatiste le 15 mars 1999 lors d’un match organisé au stade Jesus Palilo Martinez, dans la cité sportive Magdalena Mixhuca à Mexico. La formation cagoulée affronte alors une équipe composée pour l’occasion d’anciens internationaux mexicain. Les membres de l’EZLN perdent 5-3, mais s’en servent pour exprimer leur philosophie : la seule vraie défaite est de ne pas continuer à se battre. Le sous-commandant Marcos ajoutera : « En réalité nous n’avons pas perdu… nous avons seulement manqué de temps pour gagner. »

L’équipe a refait parler d’elle en 2005, lorsque le sous-commandant Marcos adresse un courrier à Massimo Moratti, alors président de l’Inter Milan. Il lui propose un match arbitré par Diego Maradona et Eduardo Galeano à Gênes pour commémorer la mort de Carlo Giuliani [2]. Malheureusement le match n’a jamais été joué mais certains joueurs de l’Inter affirment leur solidarité en créant la fondation Inter Campus qui sert alors à soutenir des projets pour les enfants pauvres au Chiapas, et désormais dans le monde entier. Dans ce cadre, un premier stage de foot a été organisé au Chiapas.

C’est à cette occasion que les filles des communautés zapatistes ont commencé à jouer. Et elles ont montré qu’elles avaient bien progressé depuis en inaugurant la 1re Rencontre Internationale Politique, Artistique, Sportive et Culturelle des Femmes en Lutte en 2018 par un match opposant l’Arcoiris Rebelde (de la Realidad) aux Jovenas Rebeldes (d’Oventic). L’une des participantes profite de ce moment pour rappeler dans quel état d’esprit elles jouent : « Nous avons appris qu’il ne devait pas y avoir de compétition entre nous, car la compétition nous détruit et nous décourage. On dit que le football est le reflet de la vie, et aussi qu’il est le lieu où une foule de sentiments entrent en jeu : la camaraderie, l’amitié, les codes, le quartier où on vit. Mais toujours en lien avec le jeu. […] Des femmes qui jouent, qui courent ; des femmes qui arrêtent le ballon avec leur poitrine ; des femmes qui marquent des buts après une action collective ou sur un coup de pied arrêté ; et pendant ce temps, des femmes qui font la révolution. »

JPEG - 1.6 Mo

Alors que les zapatistes se font prendre en photo en formation puis commencent à échanger quelques ballons, l’autre équipe, fraîchement nommée la Mostaza, se constitue et entame des échauffements.
Le ciel s’assombrit et les projecteurs commencent à diffuser leur tiède lumière jaune. Les deux équipes prennent position sur le terrain. Les spectateur.ices se répartissent le long de la ligne de touche et le match commence. L’équipe zapatiste est impressionnante, disciplinée, carrée. Elle intimide la très jeune équipe Mostaza qui ne se laisse pas démonter pour autant.

JPEG - 2.4 Mo

Les chants des ultras font vibrer la pelouse et sous les « Quand les Tanneries se mettent à chanter, c’est tout le stade qui va s’embraser, allez allez... », ce sont les outsiders qui ouvrent le score. La foule est en liesse, elle manque d’envahir le terrain, les tifosi déplorent ne pas avoir de torches lumineuses pour parfaire le tableau. Les zapatistes, solides, réagissent dans la foulée et égalisent avec brio. Le match reprend son cours, plutôt équilibré, arbitré par un duo d’enfer. Mais petit à petit les dijonnais.es vont faire la différence et marquer un second but, puis un troisième. Les zapatistes ne parviennent pas à revenir au score et c’est la Mostaza qui l’emporte, humblement.

JPEG - 2.5 Mo
JPEG - 2.4 Mo
JPEG - 2.3 Mo


Notes

[1La Commandanta Ramona est une indigène tzotzil et commandante de l’EZLN. Elle a été une figures publiques des plus importantes durant la première décennie du soulèvement zapatiste et eu un rôle central dans le Mouvement des femmes zapatistes.

[2Assassiné par la police lors du contre-sommet du G8 en 2001 à Gênes.

Proposer un complément d'info

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Se connecter
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Lien hypertexte

(Si votre message se réfère à un article publié sur le Web, ou à une page fournissant plus d’informations, vous pouvez indiquer ci-après le titre de la page et son adresse.)

Ajouter un document

Articles de la même thématique : Sport

Gazette des Lentillères #1

Le premier numéro de la gazette des Lentillères, feuille de choux/chroniques du quartier à l’intention du bon voisinage, est sortie en automne.

Sochaux : quand le RN cherche encore le buzz...

Agressions verbales, humiliations, provocations, réseaux GAFAM, médias dominants, malhonnêteté intellectuelle, bassesse intellectuelle, buzz morbides, lâcheté, protection policière, mépris social, marché de noël et photos sexys, Julien Odoul utilise toutes les méthodes de la bourgeoisie pour exister. Ce startupeur d’extrême droite est venu vendredi soir au Stade Auguste Bonal pour provoquer encore une fois notre population et montrer par la même occasion son statut social : sous-bourgeois.

Articles de la même thématique : Queer

Avec la langue

Des livres, des revues, des lectures, des performances et des échanges avec Élodie Petit, Roberte la Rousse et Trou Noir, pour voir tout ce qu’on peut faire avec la langue.
[Chalon-sur-saône / la Méandre / 22/06 à 17h]

Marche des fiertés à Dijon : la lutte LGBTQIAP+ dans la rue !

Après la magnifique Pride post-confinement du 27 juin 2020, le Collectif 25 Novembre lance une nouvelle marche des fiertés le samedi 25 juin. Pour rappeler que nous existons et que nous avons le droit à une existence digne et joyeuse. Ne nous regardez pas, rejoignez-nous.