Fermeture de 25 lits de psychiatrie générale au CHS de Sevrey !


Saône-et-Loire

Au centre hospitalier spécialisé de Sevrey (71) la Direction ferme une unité de 25 lits, faute de soignants. Ceci est le résultat d’un effondrement progressif des conditions de soins et de travail depuis de nombreuses années, dénoncé par les syndicats.

Communiqué de presse intersyndical CGT, FO, CFDT

Les contextes cumulés de la crise sanitaire, du manque de médecins et de soignants, consécutifs à des salaires trop bas, le manque de reconnaissance et de considération qui engendre la perte d’attractivité de l’Hôpital Public entraînent aujourd’hui une situation inédite au CHS de SEVREY. Les soignants manquent et la Direction ferme une unité de 25 lits, jusqu’à ce que l’hôpital ait « retrouvé une stabilité médicale et une diminution significative de l’absentéisme soignant ainsi que des recrutements sur des postes non pourvus ». Ceci est le résultat d’un effondrement progressif des conditions de soins et de travail depuis de nombreuses années, dénoncé par nos Syndicats. Absence d’écoute par les pouvoirs publics des nombreuses revendications sur les salaires, la précarité, les évolutions de carrière, les suppressions de moyens et les conditions de travail en dégradation constante dans nos établissements hospitaliers, sans compter l’augmentation du travail administratif au détriment du soin. Ce marasme est aggravé par la Covid, la fatigue et le désarroi ressentis par les professionnels qui souffrent aujourd’hui de ne plus pouvoir soigner correctement leurs patients. L’effectif minimum est devenu monnaie courante, ce qui était autrefois l’exception est désormais le quotidien, la dégradation insidieuse des conditions de travail est aujourd’hui insupportable. La considération de nos décideurs régionaux et nationaux envers les personnels de santé n’est plus que violence et mépris.

Aujourd’hui sur notre territoire de Saône et Loire, ce sont les patients qui vont payer le prix fort. En temps normal, il est déjà difficile d’accueillir les malades rapidement. Avec 25 lits fermés, les délais d’admission des personnes qui ont besoin de soins psychiatriques vont exploser. Nos soignants dévoués et compétents se retrouvent dépités de ne plus pouvoir leur apporter les soins nécessaires à leur état de santé et la contenance rassurante des murs de l’hôpital dans un contexte où les services d’urgences du territoire sont saturés.

L’institution est en train d’imploser et doit stopper la fuite de ses professionnels et recruter à tout prix. La Direction et l’ARS doivent prendre tout de suite les mesures qui s’imposent pour renforcer l’attractivité et l’envie de travailler au CHS de SEVREY. La faculté de médecine de Dijon doit cesser de réserver la majorité des médecins internes en psychiatrie au Centre Hospitalier Universitaire au détriment des établissements de la région. Il en va de la santé de la population dans notre département.



Proposer un complément d'info

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Se connecter
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Lien hypertexte

(Si votre message se réfère à un article publié sur le Web, ou à une page fournissant plus d’informations, vous pouvez indiquer ci-après le titre de la page et son adresse.)

Ajouter un document

Articles de la même thématique : Syndicalisme

Articles de la même thématique : Psychiatrie

Médico-social : la parole aux grévistes dijonnaises

La 11 janvier, de nombreu·ses soignant·es des domaines de la santé et du médico-social étaient en grève pour obtenir de meilleures conditions de travail. Quelques manifestantes nous racontent pourquoi elles se sont mises en mouvement. Elles reviennent sur les conditions de travail dans les établissements dijonnais, et particulièrement au CHS de la Chartreuse.

Psy psy. Le groupe d’entraide et de soutien psy du plateau de Millevaches

Le groupe de soutien psy, aussi appelé Psy psy, existe depuis 2011 sur le plateau de Millevaches dans le Limousin. Ce groupe se mobilise pour apporter du soutien ponctuel ou de longue durée à des personnes en souffrance psychique, en faisant notamment appel aux pratiques d’entraide cultivées dans cette région et cette communauté. En 2019, un entretien a été réalisé avec Lucie, une des membres du groupe, édité en brochure en 2021. Elle présente le dispositif de soutien pensé par le groupe et les principes qui sous-tendent leur pratique, et revient sur leur rapport aux professionnel·le·s de la santé, aux proches et aux souffrances psychiques plus largement. L’article ci-dessous reproduit les premières pages de la brochure.