[Franche-Comté] Un ex-cadre du RN reconnaît avoir profané trois mosquées


Doubs

Fin novembre dernier, plusieurs lieux de cultes musulmans avaient été dégradés par des graffiti de croix de Lorraine. L’auteur des tags a été récemment identifié, il s’agit d’un ancien responsable-adjoint de l’organisation de jeunesse du RN et candidat aux dernières départementales. Un exemplaire de Mein Kampf a été retrouvé a son domicile.

Semaine difficile pour le Rassemblement National du Doubs. Après la sortie d’un dossier mettant en cause un membre de son bureau pour ses proximités néonazies, le parquet a confirmé l’identité du profanateur de trois mosquées. Il s’agit de Quentin le Derout, ancien responsable-adjoint de l’organisation de jeunesse et candidat aux dernières départementales. Déjà condamné pour violences conjugales et détention illégale d’armes, un exemplaire de Mein Kampf a été retrouvé à son domicile. Il a reconnu les faits, et sera jugé le mercredi 9 février à 14h00 au TGI de Besançon.

 
 

Profanations, Mein Kampf et violences conjugales.

Lundi nous révélions les proximités affichées entre un cadre du parti, Théo Giacone, et la mouvance néonazie, les « Vandals Besak » [1]. Hier jeudi, c’est le Procureur de la République Étienne Manteaux qui enfonçait le clou : le magistrat a annoncé qu’un suspect a été arrêté dans l’affaire des mosquées profanées [2]. Entre le 6 et le 20 novembre dernier, plusieurs lieux de cultes avaient en effet été visés par des inscriptions à croix de Lorraine sur Pontarlier, Montlebon et Besançon.

L’auteur présumé a depuis été interpellé, reconnaissant immédiatement et intégralement les accusations en indiquant qu’il voulait par ces actes « signifier que la France appartient aux Français. » Lors d’une perquisition menée à son domicile, un exemplaire de Mein Kampf a notamment été retrouvé… alors que l’analyse de son casier judiciaire rapporte deux condamnations pour « violences conjugales » et « détentions d’armes de catégorie D. » Un parcours bien loin du sans-faute.

 

 

Un ancien cadre du Rassemblement National.

Cet individu se nomme Quentin le Derout. Âgé de vingt-trois ans, salarié en Suisse, il fut aussi un lieutenant local du RN. Il avait ainsi été nommé « responsable-adjoint » du groupe de jeunesse « Génération-Nation » le 30 mai 2021, puis désigné candidat aux élections départementales des 20 et 27 juin 2021 pour le canton de Pontarlier. Plusieurs clichés le montrent avec Jacques Ricciardetti, Julien Oudoul, Géraldine Grangier, Maxime Callois, ou encore Théo Giacone [3].

Le jeune nationaliste aurait toutefois depuis quitté le parti Lepeniste, qu’il juge « trop laxiste. » Une radicalisation fulgurante, établie en seulement quelques mois. Il vient d’être mis en examen pour « destruction, dégradation ou détérioration d’un bien appartenant à autrui » (322-1 CP) avec la circonstance aggravante « de l’appartenance […] à une ethnie, une nation, une race ou une religion déterminée » (322-2 CP), et placé sous contrôle judiciaire dans l’attente de son procès.
 
 



Notes

[1Dijoncter, édition du 10 janvier 2022 : « [Besançon] Un cadre du Rassemblement National affiche sa proximité avec la mouvance néonazie » (lien) ;

[2Dijoncter, édition du 25 novembre 2021 : « [Besançon] Des croix de Lorraine taguées sur deux mosquées » (lien) ;

[3Image d’illsutration : Maxime Callois (premier plan) ; Jacques Ricciardetti et Géraldine Grangier (second plan) ; Quentin le Derout (troisième plan).

Proposer un complément d'info

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Se connecter
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Lien hypertexte

(Si votre message se réfère à un article publié sur le Web, ou à une page fournissant plus d’informations, vous pouvez indiquer ci-après le titre de la page et son adresse.)

Ajouter un document

Articles de la même thématique : Rassemblement national

Cartographie de l’extrême droite française [mise à jour janvier 2022]

« Nouvelle mise à jour d’une cartographie de l’extrême droite que nous publions régulièrement depuis 10 ans en collaboration avec le site antifasciste REFLEXes, et qui sera peut-être la dernière de notre part : l’atomisation du camp nationaliste, la faiblesse des structures collectives au détriment de la mise en avant d’individus nous obligent à repenser cet outil de compréhension de l’extrême droite. On s’en explique en comparant la première version du schéma à la situation actuelle, tout en vous proposant, comme à chaque fois, un descriptif détaillé de la carte. N’hésitez pas à proposer vos éventuelles corrections et ajouts dans les commentaires. »

[Besançon] Un cadre du Rassemblement National affiche sa proximité avec la mouvance néonazie

Un militant dynamique et déterminé, c’est ainsi que pourrait être présenté Théo Giacone par le « Rassemblement National. » Le jeune comtois est en effet parvenu à s’imposer au parti Lepéniste en deux années, cumulant depuis les candidatures et responsabilités. Sans fausse note, ou presque. Outre l’existence d’une photographie le faisant apparaître grimé façon « Ku Klux Klan », ce sont désormais ses accointances politiques qui posent question. Un relationnel avec la mouvance néonazie vient ainsi d’être établi, par des contacts et l’exhibition d’un étendard « Vandals Besak. »
 
 

Sochaux : quand le RN cherche encore le buzz...

Agressions verbales, humiliations, provocations, réseaux GAFAM, médias dominants, malhonnêteté intellectuelle, bassesse intellectuelle, buzz morbides, lâcheté, protection policière, mépris social, marché de noël et photos sexys, Julien Odoul utilise toutes les méthodes de la bourgeoisie pour exister. Ce startupeur d’extrême droite est venu vendredi soir au Stade Auguste Bonal pour provoquer encore une fois notre population et montrer par la même occasion son statut social : sous-bourgeois.

Articles de la même thématique : Islamophobie

[Besançon] Jean-Philippe Allenbach, prophète du vide

Pour celui qui affirme incarner la voix du « régionalisme », la logorrhée apparaît parfois plus proche des thèses du Front comtois [1] que de celles du RPFC [2]. Connu pour ses mots vifs et son franc parler, le président du MFC [3] Jean-Philippe Allenbach enchaîne toutefois les dérapages depuis quelques années. Après un parallèle douteux entre la candidate EÉLV Anne Vignot et le Maréchal Pétain en juin 2020, c’est la diffusion d’une vidéo aux relents haineux début décembre 2021 qui jette désormais le trouble. Par ce relais d’un contenu islamophobe et fallacieux, les simples bévues jadis fâcheuses prennent une tournure autrement plus avilissante.