François Rebsamen assigne les Jardins de l’Engrenage en justice pour des dommages … qu’il a lui-même causés !



Nouvel épisode dans la lutte qui oppose depuis un an les Jardins de l’Engrenage au Maire de Dijon : la Ville réclame 200 000 € de dommages et intérêts à l’association des Ami-es des Jardins de l’Engrenage et 5 500 € de loyers aux deux habitants de la maison !

Communiqué du 11 juillet 2021

Décidément, les Dijonnais.es occupant et cultivant le terrain avenue de Langres en opposition au projet immobilier Garden State sont un caillou dans la chaussure de François Rebsamen. Pour s’en débarrasser, non content d’avoir tenté de les déloger deux fois à coup de pelleteuses et de forces de l’ordre, voici qu’il se lance dans la chicane … comme si les tribunaux français n’étaient pas suffisamment encombrés !

Les habitants de la maison du 57 avenue de Langres et l’association des Ami-es des Jardins de l’Engrenage ont reçu chacun une assignation devant le Tribunal judiciaire.

A longueur de pages et à l’appui de dizaines de pièces plus fantaisiste l’une que l’autre, l’avocat de la Ville de Dijon délaye son argutie sur l’occupation “sans droit ni titre” du terrain par l’association des Ami-es des Jardins de l’Engrenage.

Les habitants de la maison se voient exiger le versement d’une “indemnité d’occupation mensuelle” (c’est-à-dire un loyer !) de 500 €, pour un total de 5 500 € ! Vu l’état de la maison, le Maire devrait prendre garde : si les occupants doivent régler un loyer, ils l’attaqueront alors en retour pour “location d’un logement indigne” !

Pour l’association, quatre préjudices sont retenus et de savants calculs sont présentés pour obtenir une belle addition qui se chiffre à 200 000 € de dommages et intérêts. Le ridicule est à son comble avec la demande de réparation du préjudice subi du fait de l’ “atteinte portée à l’image de la Ville” : le Maire réclame 10 000 € à l’association en dédommagement d’une situation qu’il a lui-même provoquée en édifiant un affreux mur de béton destiné à enclaver les occupants de la maison !

Faut-il rappeler que ces procédures sont lancées par le Maire aux frais des contribuables dijonnais ?

Monsieur le Maire, nous ne sommes pas dupes de ces manœuvres qui ne consistent en fait qu’à nous intimider. Si vous espérez ainsi affaiblir l’opposition à vos projets d’urbanisme destructeurs, vous vous trompez : les soutiens affluent de tout Dijon et de bien au-delà. Loin de nous décourager, cela nous renforce. La Résistance potagère s’amplifie chaque jour. NOUS RESTONS LA !

Les Jardins de l’Engrenage



Proposer un complément d'info

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Se connecter
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Lien hypertexte

(Si votre message se réfère à un article publié sur le Web, ou à une page fournissant plus d’informations, vous pouvez indiquer ci-après le titre de la page et son adresse.)

Ajouter un document

Articles de la même thématique : Logement

Faire front contre la pauvreté est une urgence féministe mondiale

En Géorgie, des mobilisations contre les expulsions des familles victimes de taux rapaces pratiqués par les banques font face à de violentes répressions policières. Nous relayons l’appel des camardes pour l’arrêt immédiat des expulsions et la libération des militants ainsi que l’abandon des charges et amendes qui pèsent sur eux. Ici comme ailleurs, on lutte pour le logement ! Communiqué de solidarité.

Articles de la même thématique : Politique locale

Terre d’émeraude communauté : 11.7 Millions en 34 minutes.

Une communauté de communes qui s’engage démesurément avec une réflexion très basique. Comment un conseil de 116 élus de la République peut-il engager la collectivité sur un achat à 11,7 milllions d’euros sans aucune garantie de pérennité ?

Interdiction de manifestation : à la recherche du champignon hallucinogène

Dans son arrêté d’interdiction, la préfecture de Côte d’Or utilise l’union syndical Solidaires 21 comme l’un des éléments justifiant l’interdiction de ce rassemblement. L’arrêté indique notamment « que cet appel à rassemblement a été relayé sur les réseaux sociaux par le syndicat Solidaires 21 » mais aussi « que ces derniers mois, des manifestations organisées par des membres ou collectifs issus de l’ultra-gauche, dont le syndicat Solidaires 21, ont donné lieu à des troubles à l’ordre public à Dijon ». Hallucinant.