Grand’X, spectacle contre les violences conjugales

« C’est l’histoire d’une femme qui a tué l’homme qu’elle a aimé. Il était devenu son bourreau. »
Un solo poétique trash pour femme clown qui se jouera lundi 9 décembre à l’espace autogéré des Tanneries.

Suite à une histoire de malentendu professionnel, ayant failli me provoquer un « globiboulga » émotionnel, j’ai fait des recherches autour de la question des violences.
Celles-ci peuvent être politiques et sociétales mais en tout état de cause, c’est toujours le besoin d’exercer sur le (les) autre(s) un pouvoir de domination, de manipulation, d’emprise, qui fait agir le bourreau.
De ce travail précédent, inachevé, m’ayant, entre autre, fait aborder la question des violences conjugales, j’ai eu envie de creuser la thématique... Après de nombreuses recherches, littéraires, sociologiques, je me suis attachée à comprendre avec une attention plus scientifique, les mécanismes psychologiques et cognitifs de la violence en jeu dans ce type de relation.

De nombreuses questions suite à mes lectures littéraires, sociologiques, scientifiques, mes visionnage de reportages, des rencontres, ont émergées :

Sommes-nous tous profondément violents, tueurs potentiels ?
Qu’est-ce qui fait que l’on bascule, ou non, dans la violence ou la folie ou l’acte criminel ?
Qu’est-ce qui fait que l’on sera plutôt victime ou plutôt bourreau ?
Une femme qui met au monde peut-elle ôter la vie ?
Si l’on s’en tient aux statistiques : qu’est-ce qui fait qu’une femme sera plutôt victime et un homme plutôt bourreau ?

J’ai commencé à écrire en pensant à mon travail de clown, dans la lignée de textes précédents utilisés.
J’ai mis un nez aux mots pour dire plus encore, les charger de sens, en faire des « valises ».
Je me suis amusée avec « les nez-mots » (ou mots-tordus).
Je me suis régalée à triturer les mots pour prendre de la distance, pour dire l’indicible, pour « empoétiser » le réel, même le plus abject et à utiliser le texte comme masque, au pied de la lettre.
Comme le dit elle-même Grand’X : « Une sorte de dyslocution, comme une séquelle post-traumatique ! »

Eva Cauche, auteure de la pièce

GRAND’X

Solo poétique trash pour une femme clown

C’est l’histoire d’une femme qui a tué l’homme qu’elle a aimé. Il était devenu son bourreau. Elle a commis cet acte par légitime défense et pour protéger sa fille...
Grand’X vient sur scène pour expliquer et revendiquer, elle assume son acte.
Elle était toute petite x face à Grand Y.
Aujourd’hui elle a commis l’ « entracte ».
Elle est sortie de sa condition de femme battue et terrorisée, elle est devenue Grand’X. Elle raconte.

À L’ESPACE AUTOGÉRÉ DES TANNERIES
LUNDI 9 DÉCEMBRE à 19h

Le spectacle sera suivi d’un repas, ainsi que d’une discussion sur les violences conjugales.

JPEG - 583.5 ko


Proposer un complément d'info

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Se connecter
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Lien hypertexte

(Si votre message se réfère à un article publié sur le Web, ou à une page fournissant plus d’informations, vous pouvez indiquer ci-après le titre de la page et son adresse.)

Ajouter un document

Articles de la même thématique : Féminisme(s)

Féministes, nous luttons contre la répression d’État

Des intellectuels et des artistes, dont Françoise Vergès, Isabelle Stengers, Paul B. Preciado et plusieurs collectifs féministes s’allient pour affirmer « leur peur et leur colère face à la course sécuritaire menée par le gouvernement », et réclamer la libération des militants arrêtés le 8 décembre 2020.

Organisations féministes, LGBTI, syndicales, nous soutenons tous les modes de lutte antiraciste

« La non-mixité est un acquis du mouvement social depuis le XIXe siècle, défendons-la pour toutes et tous ! » Un ensemble d’organisations féministes, LGBTI et syndicales demande le retrait de l’amendement sur les réunions en non-mixité racisée et de la loi « séparatisme ». La non-mixité est une pratique historique qui a permis de nombreuses avancées, et dans un contexte d’offensive raciste, « il est primordial de nous ranger aux côtés des organisations antiracistes », ajoutent-elles.

Pour un féminisme de combat : soutien à la maison pour les femmes et minorités de genre exilé.e.s !

Parce que l’irresponsabilité de l’Etat n’a jamais été si grande, les féministes en lutte ne peuvent qu’apporter leur soutien et solidarité à l’ouverture d’une maison pour les personnes exilé.e.s depuis le 7 avril. Face à l’incompétence de l’État, la violence de ses institutions, et sa répression policière sexiste, queerphobe et raciste de plus en plus violente et systématique, nous nous organisons. Nous occupons l’espace qu’on nous refuse. Pour se confiner, il faut déjà une maison.