Grève au centre de distribution Aldi Beaune : le juge ordonne une médiation



Les grévistes de la centrale Aldi de Beaune, qui bloquent le site depuis une semaine, étaient jugé·es ce matin au tribunal de Dijon. Le juge a n’a pas suivi les réquisitions de la direction et a ordonné une médiation. La grève se poursuit.

Depuis le jeudi 23 septembre, une grande partie du personnel de la centrale Aldi de Beaune est en grève et bloque le centre de distribution. La grève, suivie par 90% des employé·es titulaires d’après les syndicats, impacte plus de 70 magasins en France, elle est soutenue par les syndicats SUD Commerces et Services, CGT Commerce et Services, et CFTC d’ALDI France.
Les grévistes réclament l’équité salariale avec les autres plateformes de l’enseigne et de meilleures conditions salariales, alors qu’une employée a compté jusqu’à 48 rats dans l’entreport en une demi-journée d’après le délégué CGT [1].
Face à ce mouvement largement suivi la direction a fait le choix de la répression en assignant les grévistes ce jeudi matin. L’avocat de la direction requérait l’ordre de cesser la grève et le blocage avec une astreinte de 2000 € par infraction et par personne à compter de la date de notification, ainsi qu’une interdiction à toute personne et aux syndicats de bloquer le site avec une astreinte de 5000 € par infraction constatée.
Les grévistes l’ont cependant emporté puisque le juge a ordonné une médiation, refusant ainsi d’entraver le droit de grève et de manifestation des employé·es. La grève se poursuit !

Une cagnotte en ligne a été mise en place pour soutenir les grévistes : Soutien grève aldi Beaune



Proposer un complément d'info

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Se connecter
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Lien hypertexte

(Si votre message se réfère à un article publié sur le Web, ou à une page fournissant plus d’informations, vous pouvez indiquer ci-après le titre de la page et son adresse.)

Ajouter un document

Articles de la même thématique : Syndicalisme

Articles de la même thématique : Justice

[Besançon] Le parquet annonce l’impunité des néonazis

Le 17 juillet dernier, le journaliste de radio BIP/média 25 Toufik-de-Planoise était victime d’une agression perpétrée en marge d’une mobilisation contre le pass sanitaire. L’auteur, un néonazi notoire, a été clairement identifié, et filmé dans ses basses œuvres. Alors que la profession a fait part de sa solidarité, une plainte a été déposée. Mais le 17 septembre dernier, le Procureur Étienne Manteau s’est répandu dans la presse que l’enquête patinait à cause de difficultés à « identifier les auteurs. » Une annonce invraisemblable, et qui frise plutôt avec une politique d’impunité.