Sale temps pour les capitalistes : Rabasse.info rejoint le réseau Mutu pour relayer les luttes de Franche-Comté !

Kir populaire pour Rebsamen et Castex



Rendez-vous vendredi à 18h place du théâtre pour assister à la contre-cérémonie

Le collectif Interluttes organise un kir populaire à l’occasion de ce qu’il appelle “l’élévation au rang d’officier dans l’ordre de la Légion du Déshonneur”. Le collectif Interluttes fait référence à François Rebsamen, qui se verra remettre les insignes d’Officier de l’Ordre National de la Légion d’Honneur par Monsieur Jean Castex, président directeur général du groupe RATP et ancien Premier Ministre, lors d’une cérémonie qui se tiendra à la Salle des États, au sein de la mairie de Dijon.

La cérémonie officielle de remise de médaille à François Rebsamen par Jean Castex est prévue à 18h30. L’assemblée Interluttes, quant à elle, organise son kir populaire le vendredi 12 mai 2023 à 18h00 place du Théâtre à Dijon. Le kir y sera à prix libre.

Venez avec vos casseroles et habillé.es pour l’occasion !

[En images] Zbeul à la cité de la gastro

150 personnes armées de casseroles et de vuvuzelas ont réussis à gâcher la petite fête bourgeoise de Rebsamen à la cité de la gastronomie.

11 mai 2023


Proposer un complément d'info

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Se connecter
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Lien hypertexte

(Si votre message se réfère à un article publié sur le Web, ou à une page fournissant plus d’informations, vous pouvez indiquer ci-après le titre de la page et son adresse.)

Ajouter un document

Articles de la même thématique : Contre la réforme des retraites (2023)

Conflit de classes inversé, l’épine dans le pied des luttes sociales

Hiver 2023, mouvement social contre la réforme des retraites. Fonctionnaires, salarié·e·s d’entreprises publiques, étudiant·e·s sont en grève et dans la rue. Caissier·ères, ouvrier·ères du bâtiment, femmes de ménage, livreurs deliveroo et autres salarié·e·s de la « deuxième ligne » sont au taf. Les classes moyennes peuvent-elles faire seules la révolution ?