Grève de la faim et incendie au CRA de Vincennes

Depuis plusieurs jours les prisonniers du Bâtiment 2A du centre de rétention administrative de Vincennes avaient lancé une grève de la faim. Une répression violente de la part des flics a suivi. Le 4 février au soir, des prisonniers ont appelé pour dire que le bâtiment était en feu.

Les informations sont tirées du site https://abaslescra.noblogs.org/

Le 06 février
Attention suite à l’incendie du batiment 2A du CRA de Vincennes, les flics sont venus au petit matin chercher plusieurs prisonniers. Plusieurs d’entre eux sont en garde à vue. Certains au commissariat du 20e d’autres au commissariat du 12e.

Le 05 février
Tous les prisonniers du 2A et du 2B ont été encerclé par la police anti-émeute dans la cour de leur bâtiment. Les flics les ont menacé et tabassé. Les prisonniers ont dû rester là-bas pendants plusieurs heures, sous la pluie et au froid. Pendant ce temps, des fouilles ont eu lieu au 2B. Vers minuit les flics embarquent au moins une trentaine de personnes dans 4 camions pour les ramener on ne sait pas où. La dizaine de personnes du 2A qui sont restés au CRA, sans affaires ni vêtements, ont dû dormir sur les tables de la cantine ou sur des matelas cramés dans un autre bâtiment. Ce matin les prisonniers confirment que le bâtiment 2A est inutilisable suite à l’incendie.
Jusqu’ici, aucune nouvelle à circulé dans la presse : la préfecture essaie encore une fois d’étouffer les luttes et de passer sous silence toute résistance. A cette heure au moins une dizaine de personnes ont été libérées grâce à cette révolte. Pour la trentaine de prisonniers déplacés on ne sait toujours pas où ils sont.

La grève de la faim.
Les flics ont tout fait pour faire craquer les gens et casser la lutte : samedi soir, au début de la grève de la faim, les prisonniers sont renfermés dans le bâtiment et ils sont fouillés dans toutes les chambres ; dimanche, un prisonnier est tabassé par les keufs, qui refusent aussi l’accès à l’infirmerie pour les prisonniers malades ; lundi, les prisonniers se font réveiller par des douches incendie, d’autres tabassages ont lieu, les keufs avec les chiens ; mardi, l’eau du bâtiment est coupée, pas de douches ni rien.

Les conditions de vie à l’intérieur du CRA
[Sur l’Actualité des luttes, un prisonnier du bâtiment 2A raconte des conditions de vie à l’intérieur, et de ces derniers jours de luttes et de répression (à partir de la minute 35) -https://actualitedesluttes.info/?p=5886]

Et voici le témoignage écrit d’un prisonnier :

On veut juste des conditions de vie normale parce que nous on vit ici c’est trois mois c’est une vraie peine de prison. Une peine, mais nous on veut juste sortir, on a des enfants ici. Le CRA c’est invivable surtout à cause de la violence des policiers et aussi parce qu’ils essaient de nous faire craquer. Les gens qui sortent d’ici certains deviennent fous.

Ils nous rendent fous. À l’intérieur, on les voit devenir fous petit à petit. Il y a quelqu’un la dernière fois ils l’ont appelé pour une prise de sang, et quand il est revenu il s’est écroulé en tremblant et tout, on ne comprend pas s’ils essaient de nous tuer parfois.

Il y a un mec qui a le bras cassé à cause de flics qui lui sont tombés dessus. On essaie de l’aider comme on peut, mais le soir il crie, il ne peut pas dormir.

On ne savait pas que c’était comme ça en France, tant de racisme. Il y a même un policier qui a craqué quand il a réalisé ce qu’il se passait dans le centre. Les policiers c’est tous des stagiaires donc ils font de la merde. Ils essaient de nous faire craquer avec des fouilles tous les jours, des tabassages de gens avec les jambes et les mains scotchées…

Nous, on craque ici on a envie de sortir d’ici le plus vite possible.

Samedi soir on a commencé une grève de la faim on était 28 je pense. Les policiers sont venus pour nous foutre la pression on leur a dit que la nourriture c’est immangeable. L’entreprise qui fait la nourriture c’est GEPSA ils donnent pas de sel, pas d’eau, les plats sont immangeables, c’est GEPSA on peut lire sur leurs gilets. On leur a dit aussi il n’y a pas de porte dans les toilettes et des toilettes sales avec des gens malades partout.

L’infirmerie ne fait pas son travail. Ici beaucoup ont la gale. Dès que tu viens, que tu dis que t’es malade ils donnent juste des gros calmants, c’est une pharmacie pas une infirmerie. Les infirmières sont super méchantes. Pharmacie : Valium, Rivotril, Subutex, Tramadol… les gens qui prennent ça ont les voit devenir dingues.

Cette nuit-là vers 4h ils nous ont arrosés avec les douches incendies. Ils ont arrosé tout le monde, toutes les chambres. Les vêtements, les matelas, les couvertures tout était mouillé. On tremblait on pouvait pas dormir dans ce froid. Au haut-parleur ils ont dit : « si vous ne mangez pas demain à midi, ça va continuer ». Ils voulaient nous faire craquer.

Heureusement que certains ont des chambres tellement sales qu’ils dorment dans les couloirs ou dans la salle commune. Eux ils avaient les couvertures sèches. Alors on s’est mis tous dans la même salle pour se réchauffer avec les couvertures sèches et essayer de dormir.

C’était horrible, le lendemain on était plus que 18 en grève de la faim. Ils nous ont notés et après ils sont venus nous taper, juste pour en découdre ?

Le lendemain donc hier, ils ont coupé l’eau. Ça a commencé hier soir certains étaient réveillés, mais nous on s’en est rendu compte que ce matin : d’un coup plus d’eau dans les douches, robinets, toilettes. Tout le monde est paniqué ou énervé. Même la machine pour boire elle est coupée. Quand on demande pourquoi, ils disent : « arrêtez de nous casser les couilles ».

On en a marre, on en peut plus, des fois on pense au suicide. Même aux USA, les prisons c’est pas comme ça.

Ne laissons pas les prisonniers isolés, soyons solidaires, soutenons les révoltes !



Proposer un complément d'info

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Se connecter
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Lien hypertexte

(Si votre message se réfère à un article publié sur le Web, ou à une page fournissant plus d’informations, vous pouvez indiquer ci-après le titre de la page et son adresse.)

Ajouter un document