Le patriarcat : quand y’en a plus, y’en a encore

Aujourd’hui, les femmes sont libres et ne subissent plus les violences sexistes. Elles gagnent autant que les hommes, ne font plus la vaisselle et sont reconnues au-delà de leur physique. Bienvenue sur la planète Utérus. Bon, revenons sur Terre et regardons la réalité en face...

En 2019, 149 femmes sont mortes sous la violence d’un homme et pour la simple raison qu’elles étaient des femmes. On appelle ça des féminicides et le collectif Nous Toutes s’occupe de mettre quotidiennement à jour ce funeste décompte.

Ces violences directes ne sont que la partie la plus « visible » de toutes les dominations patriarcales qui s’exercent en France sur les femmes. Parce que si on entend souvent dire que la condition féminine a évolué dans notre pays, qu’elles ont bénéficié d’une émancipation, que le patriarcat, bah c’est plus ce que c’était, c’est sans compter sur sa force d’adaptation et sur les violences symboliques, invisibles et collectivement acceptées.

En effet, si les femmes sont relativement sorties de la prison domestique qu’était le foyer conjugal, leur rôle de ménagère n’a pourtant pas complètement disparu. Certes, les choses évoluent. Mais extrêmement lentement puisqu’en moyenne, les femmes continuent d’être les gérantes du ménage, de la cuisine, de l’éducation des enfants. Bref, de la tenue du foyer familial.

Et lorsque nombre d’entre elles ont échappé à ces déterminismes sexistes, c’est pour subir d’autres assauts patriarcaux. Les représentations des femmes sont très sexualisées et le physique reste un atout automatiquement relié à l’identité féminine. Par qui ? Par quoi ?

En fait, au-delà des individus, c’est la force des structures sociales machistes qui participe à leur acter une identité restrictive qu’elle soit rattaché à leur mari, leur statut maternel, leur corps, leur « beauté », etc. On pense notamment aux injonctions à la tenue apprêtée, à la peau lisse, au maquillage...

Et nous parlons de force des structures parce qu’en effet, le travail, la politique, les médias sont des champs sociaux où les violences patriarcales ont la peau dure. Que ce soit en termes de salaire, de temps de parole à la télévision ou à la radio, de thèmes sur lesquelles elles sont amenées à se prononcer, les femmes continuent d’être stigmatisées, violentées, méprisées...

La violence patriarcale est en fait omniprésente et sait se renouveler sous des formes nouvelles de sorte à ce que les couches d’assignation identitaire se superposent et n’épargnent visiblement aucune d’entre elles, au quotidien et tout au long de leur existence... Quand il n’y en a plus, il y en a encore !



Proposer un complément d'info

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Se connecter
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Lien hypertexte

(Si votre message se réfère à un article publié sur le Web, ou à une page fournissant plus d’informations, vous pouvez indiquer ci-après le titre de la page et son adresse.)

Ajouter un document

Articles de la même thématique : Féminisme(s)

Féministes, nous luttons contre la répression d’État

Des intellectuels et des artistes, dont Françoise Vergès, Isabelle Stengers, Paul B. Preciado et plusieurs collectifs féministes s’allient pour affirmer « leur peur et leur colère face à la course sécuritaire menée par le gouvernement », et réclamer la libération des militants arrêtés le 8 décembre 2020.

Organisations féministes, LGBTI, syndicales, nous soutenons tous les modes de lutte antiraciste

« La non-mixité est un acquis du mouvement social depuis le XIXe siècle, défendons-la pour toutes et tous ! » Un ensemble d’organisations féministes, LGBTI et syndicales demande le retrait de l’amendement sur les réunions en non-mixité racisée et de la loi « séparatisme ». La non-mixité est une pratique historique qui a permis de nombreuses avancées, et dans un contexte d’offensive raciste, « il est primordial de nous ranger aux côtés des organisations antiracistes », ajoutent-elles.

Pour un féminisme de combat : soutien à la maison pour les femmes et minorités de genre exilé.e.s !

Parce que l’irresponsabilité de l’Etat n’a jamais été si grande, les féministes en lutte ne peuvent qu’apporter leur soutien et solidarité à l’ouverture d’une maison pour les personnes exilé.e.s depuis le 7 avril. Face à l’incompétence de l’État, la violence de ses institutions, et sa répression policière sexiste, queerphobe et raciste de plus en plus violente et systématique, nous nous organisons. Nous occupons l’espace qu’on nous refuse. Pour se confiner, il faut déjà une maison.

Articles de la même thématique : Machisme

Condamner le viol pour renforcer la culture du viol

« Et puis régulièrement un compte masculin débarque et explique que le mieux à faire, contre les violences sexuelles, c’est de tuer, torturer, mutiler leurs auteurs. Aussi paradoxal que cela puisse paraître, ce genre de comportement appartient pleinement à la culture du viol. »
Article repris du blog sur l’écologie politique d’Aude Vidal.

Désormais on se lève, on se casse... et on s’organise !

2020 est une année de tournant sécuritaire... mais aussi de révolution féministe. En février-mars, nous étions prêt·e·s à sérieusement amocher le patriarcat cis-hétéro, enragé·e·s après la victoire de Polanski aux Césars et les violences policières subies pendant la manifestation du 7 mars à Paris. Malgré la répression gouvernementale, nous ressentons encore les vibrations de ce processus d’émancipation collective, à l’intersection des luttes trans-féministes antiracistes et écolo. La résistance doit continuer !