De Bern à Ferrand : une histoire racoleuse ?

Avouez, au dernier repas de famille, vous avez tenté de parler d’histoire et tonton Christian n’a que Bern à la bouche. Comment lui dire qu’il se met le doigt dans l’œil ? Kawa TV vous propose quelques clés de réflexion.

Il est vrai qu’il existe une diversité de programmes à la télévision et à la radio qui traitent d’objets historiques. Il est donc difficile de dresser des grands axes d’analyse tant les contenus proposés proviennent de contraintes, de motivations, de modèles économiques très différents. Il n’empêche que les émissions regroupant un public large mettent en avant des biais de traitement et de cadrage qui reviennent régulièrement, répondant surtout à des logiques commerciales… Mais pas que !

C’est en cela que les thématiques historiques sont particulièrement restrictives notamment celles qui entourent les grandes femmes de l’histoire. Nous parlons alors d’une histoire empreinte de misogynie au sens où les valeurs féminines mises en avant s’articulent majoritairement autour du physique des grandes dames, de leur capital de séduction, ou pire, à la posture de puissance de leur mari, conjoint ou amant. Le style artistique, l’influence sur leur homme et une dimension sexualisée de ces importantes dames…Secrets d’histoire de Stéphane Bern incarne parfaitement ce que nous avançons ici !

La recherche omniprésente de l’audience participe aussi à sélectionner des thèmes rentables, des sujets historiques où les spéculations et les sous-entendus sont nombreux et aguicheurs. Ainsi, Au coeur de l’histoire sur Europe 1 présenté durant des années par Franck Ferrand s’attache à diffuser des programmes fortement caractérisé par le mystère, l’énigme, le secret : une version soi-disant alternative de l’histoire face à un récit considéré comme officiel et institutionnel. En somme, se donner un pseudo-rôle scientifique et critique pour voiler une sélection motivée par des logiques principalement économiques...

Enfin, pour terminer, il est un des points essentiels qui est rapidement observable lorsqu’on se penche sur les émissions de télé et de radio traitant d’histoire. La plupart de ces programmes mettent en avant des Grands personnages. Ceci est déjà un biais déconstruit par les écoles historiographiques qui ont mis en avant le danger de proposer une histoire concentrée sur les individus. D’autant que ces personnalités sont en grande partie issues de l’aristocratie ou de la bourgeoise : des classes dirigeantes au sens large (souverains, artistes, hommes politiques). De ce fait, on met en avant les individus au détriment des structures alors que les historiens ont promu la nécessité de faire une histoire “par le bas” qui prend en compte la puissance des structures sociales.

De Bern à Ferrand, la télévision et la radio proposent en fait une histoire “putaclic” car n’oublions jamais que les médias audiovisuels sont principalement régis par des logiques marchandes où l’audimat est roi ! Pas facile d’attirer des millions de personnes devant des programmes savants…

JPEG - 134.5 ko
JPEG - 207.9 ko
JPEG - 198.3 ko
JPEG - 158.4 ko
JPEG - 159.6 ko

W. Blanc, C. Naudin, A. Chéry, Les historiens de garde, Libertalia, 2016
G. Noiriel, Le venin dans la plume, La Découverte, 2019
N. Offenstadt, L’histoire bling-bling, Stock, 2009
G. Noiriel, Histoire populaire de la France, Agone, 2018



Proposer un complément d'info

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Se connecter
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Lien hypertexte

(Si votre message se réfère à un article publié sur le Web, ou à une page fournissant plus d’informations, vous pouvez indiquer ci-après le titre de la page et son adresse.)

Ajouter un document

Articles de la même thématique : Royalisme

À la Fraternité Saint-Pierre de Dijon, des soutiens pas (toujours) très catholiques

Par un communiqué paru le 17 mai dernier, Monseigneur Roland Minnerath a déclaré ne pas reconduire le ministère de la Fraternité Sacerdotale Saint-Pierre (FSSP). Au sein du Diocèse de Dijon, la nouvelle a fait l’effet d’une bombe. Officiellement, les parties communiquent sur un litige d’ordre purement organisationnel et pratique. Mais d’autres sources affirment que les connivences entre traditionalistes et extrême-droite radicale auraient également pesé. Il s’avère en effet que nationalistes, royalistes, et autres néonazis, apparaissent très présents de ce côté là du Tout-Puissant.

Articles de la même thématique : Machisme

Condamner le viol pour renforcer la culture du viol

« Et puis régulièrement un compte masculin débarque et explique que le mieux à faire, contre les violences sexuelles, c’est de tuer, torturer, mutiler leurs auteurs. Aussi paradoxal que cela puisse paraître, ce genre de comportement appartient pleinement à la culture du viol. »
Article repris du blog sur l’écologie politique d’Aude Vidal.

Désormais on se lève, on se casse... et on s’organise !

2020 est une année de tournant sécuritaire... mais aussi de révolution féministe. En février-mars, nous étions prêt·e·s à sérieusement amocher le patriarcat cis-hétéro, enragé·e·s après la victoire de Polanski aux Césars et les violences policières subies pendant la manifestation du 7 mars à Paris. Malgré la répression gouvernementale, nous ressentons encore les vibrations de ce processus d’émancipation collective, à l’intersection des luttes trans-féministes antiracistes et écolo. La résistance doit continuer !