Lettre ouverte à Laurent Streibig, Maire d’Echannay

Ça se passe dans nos campagnes...
C’est un peu banal, une communauté de communes qui vote un amendement demandé par son directeur financier - ex président mais qui a démissionné suite à la décision de reprendre en régie la gestion de l’eau [2] - pour refuser une subvention à l’association Risomes, du collectif de Mâlain, demandée pour l’organisation de son festival ATOUT BOUT D’ CHAMP...

Ainsi donc, le 11 avril dernier, Monsieur Streibig a déposé un amendement proposant de ne pas valider une subvention destinée à l’association pour l’organisation de la deuxième édition du Festival
Atout Bout d’Champ (notez la date : 24-25 août 2019 à Mâlain, on en reparlera !). Cet amendement a été approuvé par une majorité des délégués présents, contre l’avis des commissions vie associative et culture qui ont instruit dans le détail la demande, documents et audition à l’appui.

Mais ce monsieur, outre des arguments qui sont démontés dans cette lettre ouverte, invoque aussi le fait que Risomes, avec son groupe "Migration en Ouche" accueille de jeunes migrants non accompagnés. Et il l’emporte, puisque seulement 11 élus (sur 50 membres) votront contre...

Voici l’extrait de la réponse qui lui est donnée par Risomes à Mâlain.
" Par ailleurs, sur un sujet très éloigné de l’objet de la subvention qui est l’organisation d’un
festival, vous convoquez un autre argument, nauséabond, insinuant que notre engagement dans
l’organisation de solidarités pour l’accueil de mineurs isolés dans l’attente d’une prise en charge
par l’Aide Sociale à l’Enfance (ASE) - que vous appelez des migrants - ne correspondrait pas à
la vision attendue d’une animation territoriale, accusant la nôtre d’être de type « métapolitique ».
Nous touchons là un niveau très bas du nécessaire débat politique. Que vous ayez des
convictions politiques personnelles sur le sujet, c’est votre liberté mais que vous cherchiez à
créer de la confusion, autour de ce sujet, parmi les délégués communautaires sur la nature de
notre projet associatif n’est pas acceptable. Nous assumons pleinement et plus que jamais notre
action dans ce domaine, nous en faisons un devoir d’humanité, de fraternité, une œuvre d’intérêt
général face à la défaillance des autorités publiques. Et nous défendons l’idée que notre territoire
sera riche de ces solidarités réelles dans un contexte économique, écologique et politique très
instable".


P.-S.

Pour lire la lettre ouverte qui lui est adressée dans sa totalité :

PDF - 207.9 ko

Notes

[1Pour avoir plus d’info sur la reprise en régie de la gestion de l’eau sur ce territoire : https://dijoncter.info/?l-eau-aux-bords-du-politique-695

[2Pour avoir plus d’info sur la reprise en régie de la gestion de l’eau sur ce territoire : https://dijoncter.info/?l-eau-aux-bords-du-politique-695

Proposer un complément d'info

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Se connecter
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Lien hypertexte

(Si votre message se réfère à un article publié sur le Web, ou à une page fournissant plus d’informations, vous pouvez indiquer ci-après le titre de la page et son adresse.)

Ajouter un document

Articles de la même thématique : Accueil des migrants

Expulsion du squat de la rue Becquerel : entre 60 et 80 personnes chassées de leur refuge

Ce mardi après-midi aux environs de 15h, une compagnie de CRS est venue expulser les habitants du squat de la rue Henri Becquerel. Cet ancien immeuble de bureau accueillait depuis bientôt un an entre 60 et 80 personnes exilées.

Acte 3 des Sans-Papiers : on marche vers l’Elysée depuis les 4 coins du territoires !

Après les manifestations parisiennes du 30 mai et du 20 juin, on va taper plus fort. En septembre des marches de sans-papiers et soutiens partiront des quatre coins du territoire pour sillonner tout le pays et convergeront pour une grande manifestation vers l’Elysée à Paris le samedi 17 octobre.

L’humanitaire, ce n’est pas ma lutte.

Retour de mission avec l’ONG de sauvetage en mer Seawatch.

Articles de la même thématique : Racisme ordinaire

Abolir la police

Presque une quinzaine de personnes ont été tuées lors d’« interventions policières » depuis le début du confinement. Une quinzaine de noms qui viennent s’ajouter à la liste interminable des victimes de crimes policiers, aux côtés de Zyed et Bouna en 2005, Wissam el Yamni et Amin Bentounsi en 2012, Rémi Fraisse en 2014, Adama Traoré et Mehdi (à Lyon) en 2016, Zineb Redouane en 2018, Steve Maia Caniço en 2019. Sans parler de tous ceux qui n’ont pas fait la une. Une vingtaine par an si on veut s’adonner à un décompte macabre.

Stigmates : diviser pour mieux régner ?

Toutes les discriminations ont un point commun : le rejet collectif de la différence et la construction sociale du stigmate. En bref, construire les inégalités à partir des différences. Ici, avec l’aide de Naruto-kun, on aborde le concept de retournement du stigmate d’Ervin Goffman. Construction d’une identité marginale, lutte sociale, culturelle et politique, et affirmation de soi !

« Lutter ensemble, pour de nouvelles complicités politiques »

“Ce livre n’est pas un livre de théorie politique, mais un livre de pratiques de lutte. Il répond à l’urgence d’apprendre à nous organiser pour faire face à ce qui est déjà là, à créer des solidarités entre personnes subissant différentes oppressions, à articuler nos espaces sans entamer nos autonomies, à nouer d’autres complicités. Ce livre invoque la puissance transformatrice dont les luttes sont parfois capables”.