[Lons le Saunier] Manifestation pour obtenir justice pour Julie

Appel à manifestation dimanche 7 février à 14h30 afin que la justice reconnaisse les viols subis par Julie.

Julie, de 13 à 15 ans, violée par 20 pompiers

10 ans de bataille pour reconnaitre des viols

Julie est victime de viols en réunion, par une vingtaine de Sapeurs-Pompiers de Paris. Ces derniers, profitant de son état d’extrême vulnérabilité, elle subit ces violences pendant près de deux ans de suite. Pourtant, dix ans plus tard, justice n’a toujours pas été rendue. Jeudi dernier, le 12 novembre 2020, la justice a non seulement refusé de qualifier les faits de viol commis par trois pompiers, mais elle a aussi laissé libres d’exercer leur métier les dix-sept pompiers restants, malgré les aveux faits par certains d’entre eux.
Entre avril 2008 et août 2010, en raison de son état de santé, les Sapeurs-Pompiers de Paris interviennent plus de 130 fois auprès de Julie. Ils connaissent donc parfaitement son état de très grande vulnérabilité physique et psychologique au moment des faits. Ils ont d’ailleurs été témoins des crises de tétanie de la jeune fille, de ses tentatives de suicide, et de ses scarifications entraînant de multiples hospitalisations. Mais cela ne semble pas les avoir arrêté, bien au contraire. Les viols s’enchaînent.
Julie a beaucoup souffert, non seulement lors des agressions, mais encore du déni d’existence dont lui fait affront la justice patriarcale : elle a depuis 2010 fait plusieurs tentatives de suicide dont l’une, par défenestration, a débouché sur une invalidité à 80%. Les mobilisations ont été nombreuses dans tout le pays et, en effet, il urge d’aider Julie ; il urge d’aider les possibles autres Julies, moins connues ou à venir, à retrouver la vie. Mobilisons-nous pour que son cas puisse au moins être l’occasion d’une avancée collective ; mobilisons-nous pour l’aider à donner un sens à son calvaire : celui de l’assurance que plus aucun enfant ne sera traité comme elle l’a été. L’affaire de Julie nous rappelle désagréablement que, pour l’heure, ni la police ni la justice patriarcale ne protègent encore les femmes.

À Lons le saunier, rendez-vous devant le tribunal dimanche 7 février à 14h30.

Ce rassemblement est déclaré à la pref.



Proposer un complément d'info

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Se connecter
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Lien hypertexte

(Si votre message se réfère à un article publié sur le Web, ou à une page fournissant plus d’informations, vous pouvez indiquer ci-après le titre de la page et son adresse.)

Ajouter un document

Articles de la même thématique : Violences sexuelles

Condamner le viol pour renforcer la culture du viol

« Et puis régulièrement un compte masculin débarque et explique que le mieux à faire, contre les violences sexuelles, c’est de tuer, torturer, mutiler leurs auteurs. Aussi paradoxal que cela puisse paraître, ce genre de comportement appartient pleinement à la culture du viol. »
Article repris du blog sur l’écologie politique d’Aude Vidal.

Articles de la même thématique : Féminisme(s)

Féministes, nous luttons contre la répression d’État

Des intellectuels et des artistes, dont Françoise Vergès, Isabelle Stengers, Paul B. Preciado et plusieurs collectifs féministes s’allient pour affirmer « leur peur et leur colère face à la course sécuritaire menée par le gouvernement », et réclamer la libération des militants arrêtés le 8 décembre 2020.

Organisations féministes, LGBTI, syndicales, nous soutenons tous les modes de lutte antiraciste

« La non-mixité est un acquis du mouvement social depuis le XIXe siècle, défendons-la pour toutes et tous ! » Un ensemble d’organisations féministes, LGBTI et syndicales demande le retrait de l’amendement sur les réunions en non-mixité racisée et de la loi « séparatisme ». La non-mixité est une pratique historique qui a permis de nombreuses avancées, et dans un contexte d’offensive raciste, « il est primordial de nous ranger aux côtés des organisations antiracistes », ajoutent-elles.

Pour un féminisme de combat : soutien à la maison pour les femmes et minorités de genre exilé.e.s !

Parce que l’irresponsabilité de l’Etat n’a jamais été si grande, les féministes en lutte ne peuvent qu’apporter leur soutien et solidarité à l’ouverture d’une maison pour les personnes exilé.e.s depuis le 7 avril. Face à l’incompétence de l’État, la violence de ses institutions, et sa répression policière sexiste, queerphobe et raciste de plus en plus violente et systématique, nous nous organisons. Nous occupons l’espace qu’on nous refuse. Pour se confiner, il faut déjà une maison.