Lycée Hippolyte Fontaine : une élève menacée d’expulsion

Gvantsa, une jeune dijonnaise d’origine géorgienne a été arrêtée quelques jours avant sa rentrée en terminale. Elle est actuellement en centre de rétention à Metz et risque une expulsion vers la Géorgie, où elle n’a plus aucune attache familiale.

Nous venons d’apprendre avec effroi qu’une jeune dijonnaise d’origine géorgienne élève du lycée H. Fontaine à Dijon qui devait faire sa rentrée lundi 2 septembre en terminale, a été arrétée par surprise alors qu’elle se présentait au commissariat, envoyée en centre de rétention à Metz, puis à celui de Roissy. Elle a été emmenée ce samedi 24 août. Tout cela alors qu’une contestation de son OQTF doit être examinée le 15 septembre en appel au TA.

Metz n’étant qu’un point de passage avant son renvoi en Géorgie, où elle n’a plus de famille. Son père qui l’a prise en charge depuis des années vit en situation régulière en France comme conjoint d’une Française. Sa mère qui vit en Grèce a indiqué ne pas pouvoir la prendre en charge. La préfecture qui avait demandé des preuves de cette situation a refusé de les examiner quand elles lui ont été transmises

Comment comprendre que Gvantsa, 19 ans, seule et sans attache dans ce pays qui n’est plus le sien, qui a eu un parcours irréprochable depuis qu’elle est en France puisse vivre une telle situation ?

Qui va prendre soin d’elle ? Alors que sa famille est en France en situation régulière.

Où va-t-elle poursuivre ses études ? Alors qu’elle a une place au lycée H. Fontaine où elle réussit, que l’administration du lycée est déjà intervenu en sa faveur.
Nous demandons la régulariser de la situation de Gvantsa afin qu’elle puisse retrouver sa famille, faire sa rentrée scolaire à Dijon et poursuivre sereinement ses études.
Ses enseignants, ses camarades de classe, et les associations du collectif de soutien aux demandeurs d’asile et migrants organisent une conférence de presse à ce sujet mardi 27 aout à 10h30 à la maison des associations, 2 rue des Corroyeurs à Dijon. Une pétition de soutien a reçu plus de 600 signatures en une journée.
Gvantsa a besoin de votre soutien immédiat. Vous pouvez signer la pétition (lien ci-dessous), vous adresser d’urgence à vos élus (députés, maires) pour leur demander d’intervenir.

Collectif FREE Gvantsa

https://www.change.org/p/pr%C3%A9fecture-dijon-la-r%C3%A9gularisation-de-gvantsa



Proposer un complément d'info

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Se connecter
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Lien hypertexte

(Si votre message se réfère à un article publié sur le Web, ou à une page fournissant plus d’informations, vous pouvez indiquer ci-après le titre de la page et son adresse.)

Ajouter un document

Articles de la même thématique : Accueil des migrants

Pour un féminisme de combat : soutien à la maison pour les femmes et minorités de genre exilé.e.s !

Parce que l’irresponsabilité de l’Etat n’a jamais été si grande, les féministes en lutte ne peuvent qu’apporter leur soutien et solidarité à l’ouverture d’une maison pour les personnes exilé.e.s depuis le 7 avril. Face à l’incompétence de l’État, la violence de ses institutions, et sa répression policière sexiste, queerphobe et raciste de plus en plus violente et systématique, nous nous organisons. Nous occupons l’espace qu’on nous refuse. Pour se confiner, il faut déjà une maison.

Articles de la même thématique : Lycée

Un enfant qui ne va pas à l’école, c’est … extraordinaire !

En France, il y a quelques milliers d’enfants et de parents qui n’ont toujours pas trouvé de bonne raison de se/les soumettre à l’instruction linéaire et formelle de l’éducation nationale. Ils et elles exercent leur droit à la liberté d’instruction inscrite dans toutes les déclarations relatives aux droits humains et dans notre Constitution française.

Des enfants qui apprennent sans école.

Des enfants qui apprennent sans école cela nous paraît fou-dingue, nous avons peine à l’imaginer. Aurions-nous oublié que l’être humain est une bestiole extraordinaire conçue physiologiquement et biologiquement pour apprendre perpétuellement ? Et/ou peut être que l’enfant est un être humain...