Mobilisation pour l’hopital de Gray


Haute-Saône

Les syndicats CGT, FO et CFDT du GH70 et de l’Hôpital de Gray appellent à mobilisation le samedi 25 mars 2023, contre la casse du service public de santé du bassin graylois

Depuis le 1er mars, le service des urgences de l’Hôpital de Gray fonctionne avec un seul urgentiste au lieu de deux, de 19h jusqu’à 7h30 le matin, ce qui ne permet pas la prise en charge des patients puisque lors des sorties SMUR (Service Mobile d’Urgence et de Réanimation) il n’y a plus de médecin dans le service.

Cette diminution de l’offre de soin est inacceptable quant à la prise en charge des patients d’un bassin de vie de 45 000 habitants, pourvu de nombreuses entreprises travaillant par équipes de nuit et de nombreux EHPAD, ainsi que de nombreuses personnes isolées…

Le GH70 (Groupe Hospitalier de la Haute-Saône), qui oublie un peu vite la convention qui le lie avec l’hôpital de Gray, semble ne pas se donner les moyens de répondre aux besoins des personnels, notamment pour rendre possible l’emploi d’urgentistes uniquement sur l’hôpital de Gray. Le GH70 doit accepter les propositions des médecins urgentistes en poste et de ceux à venir.

Fermer ou restreindre les urgences la nuit :

C’est condamner à tout jamais l’hôpital dans sa capacité à répondre aux besoins de notre population
C’est condamner à court terme des emplois à l’hôpital et à l’extérieur, et de l’attractivité sur tout notre secteur de vie …
C’est contraire au projet de notre territoire dans un périmètre de 30 kilomètres
C’est le condamner à ne pas se développer et de fait, le rendre non attractif immédiatement, le paupériser inexorablement !
C’est contribuer à ne plus pouvoir attirer de nouveaux médecins, dentistes, professions médicales et paramédicales sur notre territoire
C’est renoncer définitivement à attirer de nouveaux habitants, notamment des jeunes pour préparer, dynamiser et pérenniser l’avenir sur notre Bassin de vie
C’est condamner à termes et par ricochet les entreprises du bassin graylois

Fermer les urgences de nuit et dégrader les réponses médicales :

C’est dégrader l’organisation au sein de l’hôpital y compris pour le SMUR
C’est fragiliser davantage les bonnes pratiques
C’est faire glisser les tâches et se réfugier derrière des consignes protocolaires avec une perte de chance conséquente pour le patient
C’est désorganiser la réponse des services ambulanciers, des pompiers du Bassin et de la gendarmerie
C’est alourdir la tâche de la médecine de ville
C’est augmenter les risques pour les travailleurs de nuit en cas d’accident du travail
C’est enfin abandonner symboliquement la population du territoire

Les équipes à l’hôpital sont fatiguées moralement ; les habitants du bassin Graylois et les élus sont inquiets. Ils ne comprennent pas ces décisions !!!

Nous affirmons qu’il est indispensable et vital de continuer à accompagner chaque habitant dans son quotidien en lui assurant des services publics de qualité et de proximité au plus près de ses besoins.



Proposer un complément d'info

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Se connecter
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Lien hypertexte

(Si votre message se réfère à un article publié sur le Web, ou à une page fournissant plus d’informations, vous pouvez indiquer ci-après le titre de la page et son adresse.)

Ajouter un document

Articles de la même thématique : Syndicalisme

[Montbéliard] Frédéric Vuillaume encore en garde à vue pour avoir manifesté

C’est devenu malheureusement une habitude. Priver de liberté une personne pendant 16 heures pour avoir essayé d’exercer l’unique droit qui fait la différence entre un état autoritaire et une démocratie : le droit de manifester. Cela s’est passé à Montbéliard, lors de la venue du premier ministre, Gabriel Attal.

[Longvic] Débrayage à Kalhyge

La mutuelle MNH, actionnaire principal de la blanchisserie Kalhyge, décide de s’en séparer. Dans la foulée, les employés décident de débrayer pour expimer leur préoccupation face à cette situation.

Articles de la même thématique : Services publics

Manifestation de la fonction public du 19 mars

Ce 19 Mars, 500 personnes ont manifesté pour l’augmentation des rémunérations dans la fonction publique, une augmentation des effectifs et de meilleurs conditions de travail, y compris dans l’intérêt des usag.ères des services publiques.