[Montbéliard] Déploiement policier contre le tournage d’un clip de rap


Doubs

Dimanche 7 mars 2021 s’est déroulé le tournage d’un clip du rappeur M2Z à la ZUP de Montbéliard. Annoncé à l’avance sur des réseaux sociaux, l’État a déployé un impressionnant dispositif policier dans le but d’étouffer la culture populaire, et surtout la contestation qu’elle incarne.

Communiqué du Groupe anarchiste Nord Franche-Comté

Provenant de Besançon, Belfort, Mulhouse, ainsi que du Pays de Montbéliard, des policiers et gendarmes sont venu montrer leur force et leur équipement dans le quartier. Ils sont arrivés nombreux et rapidement tel une armée impérialiste et conquérante, dans le seul et unique but de saboter le clip d’un jeune rappeur indépendant de notre territoire.

Le message est clair : Fermez vos gueules ! Même en musique.

Cette démonstration de force colonialiste était bien sure couverte par la presse bourgeoise locale, qui n’a pas hésité à écrire 6 articles rien que sur le rappeur M2Z et ses clips, toujours avec des titres accrocheurs.

Cette presse locale participe à l’intimidation violente de l’État sur notre territoire. Ainsi celles-eux qui n’étaient pas sur place le jour du tournage du clip, savent désormais qu’il ne fallait pas s’y rendre et qu’il ne faudra pas s’y rendre à l’avenir :

« Policiers et gendarmes, casqués, équipés de boucliers, pour certains lourdement armés, en descendent. Une équipe cynophile est déployée. Gare à celui ou celle qui s’approche un peu trop près du malinois muselé. La bête est prompte à réagir » [1].

Félicitations à Aude Lambert, journaliste dans ce torchon du Crédit Mutuel, pour ses titres sensationnels et sa manière de rendre légitime et respectable ces mercenaires de l’État sans morale, sans conscience de classe, sans courage et sans matière grise.

Félicitations à Sebastien Michaux, aussi journaliste du Crédit Mutuel, pour ses prises de positions politiques de droite ( et la on est gentil :-) ), toujours finement glissées au milieu des faits-divers.

D’un point de vue général, félicitations à la presse capitaliste pour avoir exploité notre mal-être social dans leur journaux tout en appuyant la domination intellectuelle des riches et des dirigeants.

Insultes bourgeoises et médiatiques

Nous rappelons aussi que la maire de Montbéliard, Marie-Noelle Biguinet se dit insultée dans la chanson du rappeur montbéliardais. Ces propos ont aussitôt été relayés et appuyés par la presse capitaliste locale.

Et nous, que dire de toutes vos insultes Mme Biguinet ? Dans cette même presse ou vous nous traitez de sauvages, de population incivile depuis 6ans. Que vous qualifiez 1/3 de notre population de « faune » en coulisse. Que dire de votre mépris social quand vous vous entretenez avec le sourire auprès des commerçants et que vous ignorez d’une manière hautaine et élitiste le reste de votre population. Ne vous en déplaise, la population du Pays de Montbéliard est majoritairement ouvrière et précaire. C’est un fait Mme Biguinet ! Et nous insulter à longueur de temps dans votre presse bourgeoise n’y changera rien.

Et quand nos classes populaires ne possèdent aucun moyen d’expression efficace comme les vôtre pour vous répondre, vous vous retrouvez insultée dans un titre de rap.

Ces morceaux de rap, ainsi que leur clip, ne sont qu’un thermomètre sociale.

Que dit le thermomètre ? C’est chaud ! Que fait l’État ? Il casse le thermomètre !

Hypocrisie de la liberté d’expression
La liberté d’expression est un concept reflétant à merveille la domination intellectuelle bourgeoise. Nous sommes une population majoritairement populaire. Nous ne possédons pas de moyens d’expression, nous ne pouvons pas nous imprimer et nous diffuser, nous ne pouvons pas réagir, débattre à la radio, ni à la télévision. Même un site internet ou une chaîne Youtube demande des moyens financiers et humains.

La liberté d’expression ne concerne que ceux qui possèdent des moyens d’expression. Voilà la grande imposture et mascarade, que les médias nous rabâchent sans relâches.

Grace à la musique et à la culture en général, nos classes populaires peuvent goûter partiellement à cette liberté d’expression dont les bourgeois nous parlent tant.

Nous constatons que le peu de moyens d’expression que notre classe sociale possède, sont sévèrement réprimés par l’État et les capitalistes.

Groupe Anarchiste Nord Franche-Comté



Notes

[1Extrait tiré d’un article de L’Est Républicain, presse locale bourgeoise, appartenant au Crédit Mutuel. Dans la zone urbaine Belfort-Montbéliard, ce torchon est surnommé « L’Est Ripoublicain », à Besançon il est surnommé « L’Est Répugnant ». A vous de choisir !

Proposer un complément d'info

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Se connecter
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Lien hypertexte

(Si votre message se réfère à un article publié sur le Web, ou à une page fournissant plus d’informations, vous pouvez indiquer ci-après le titre de la page et son adresse.)

Ajouter un document

Articles de la même thématique : Banlieues, quartiers populaires

« Une densité heureuse est possible »… mais selon quel modèle ?

Dans le cadre de la modification du PLUIHD de Dijon Métropole, les Lapines Dijonnaises ont contribué à l’enquête publique en proposant que les promoteurs immobiliers soient obligés d’habiter au moins 6 mois dans les immeubles qu’ils construisent, afin d’éprouver le bonheur de vivre en clapier.

Articles de la même thématique : Répression

[Cycle des 9] Vivre sans police

Quatrième discussion du cycle des 9. À partir de l’expèrience des mouvements abolitionnistes américains on réfléchira à ce qu’implique de se passer de la police, et à comment tendre vers son abolition.
Attention la date de cette discussion a été décalée du 26 janvier au 2 février.

L’affaire des 7 antifascistes lyonnais : De l’action à la prison

Lyon est réputée pour être l’une des villes où se concentre le plus de fachos au km2. La fin de l’année 2021 a aussi montré que les groupes fascistes savent trouver dans la police des relais bien pratiques. Retour sur l’affaire des 7 antifascistes poursuivis après une baston.