Ouverture d’un centre social autogéré en banlieue de Dijon partie II

Le centre social autogéré de La Mistoufle-FA arrive bientôt, nous relayons ici un appel à la solidarité financière.

Le centre social arrive !

Après des années de maturation, notre projet de centre social autogéré n’a jamais été aussi proche de voir le jour : concerts, bouffes de soutien, levée de fond de la Fédération Anarchiste, cagnotte solidaire en ligne... Nous avons multiplié les efforts pour que ce projet puisse enfin devenir une réalité ! Nous sommes plus motivé.es que jamais à nous doter d’un outil militant ancré dans le réel pour accentuer notre efficacité sur le terrain des luttes sociales.

La situation actuelle, l’offensive néolibérale, le recul sans précédent de nos libertés et la précarité croissante ne nous laissent pas le choix : il faut s’organiser et gagner du terrain ! Nous en étions déjà conscient.es, fort.es de nos expériences militantes et de nos situations sociales qui ne cessent de se dégrader depuis trop longtemps. La crise pandémique, qui n’a fait qu’accélérer ce constat affligeant, à forcé d’avantage notre implication au plus prêt des précaires en collaboration avec le mouvement social dijonnais. Nous avons participé au ravitaillement régulier – deux fois par semaine – de dizaines de familles, soit près de 350 personnes. Nous n’avons pas à rougir de ce bilan, mais notre seul regret est de ne pas pouvoir actuellement généraliser ces réseaux de solidarités au moment où les inégalités sociales explosent et où s’annoncent déjà une nouvelle vague d’austérité et de chômage de masse.

Il nous faut contre-attaquer, et le centre social autogéré pourra être un outil indispensable pour peser dans le rapport de force local si nous en faisons un lieu de rencontres, d’organisations, d’entraides, et d’actions directes.

Parmi nos luttes en cours et à venir, nous voulons intensifier :

  • Le soutien alimentaire gratuit loin des logiques de charités humiliantes ;
  • L’aide aux personnes isolé.es face aux différentes administrations (CAF, Pôle Emploi, Préfecture, Administration pénitentiaire…) ;
  • Les luttes contre les violences des institutions policière et judiciaire ;
  • Les luttes autour du logement, et la réponse face aux bailleurs et propriétaires ;
  • La diffusion d’une culture populaire (sport, bibliothèque, etc.) : Notre projet de club de foot autogéré et populaire a été stoppé par le Covid-19, mais il sera de retour très vite ! ;
  • La lutte contre toutes les extrêmes droites, leurs discours et actions islamophobes, racistes, antisémites ;
  • La cause antisexiste et les luttes contre toutes les discriminations liées au genre ;
  • La diffusion d’initiatives écologiques ;
  • La pratique autogestionnaire, pour rendre acteur/actrices – de manière égalitaire – tous.tes celles et ceux qui voudraient participer aux luttes, celles et ceux qui subissent en premier lieux la misère galopante par isolement, manque de temps ou qui ont été trop souvent empêché.es par les pratiques sectaires de certains milieux « militants ».

Nous y sommes presque et nous avons bien conscience que les moyens financiers des personnes qui nous soutiennent sont de plus en plus limités et nous appelons tous.tes celles et ceux qui se reconnaîtraient dans ce projet et qui peuvent se le permettre, à un dernier soutien financier pour l’achat du bâtiment.

Nous avons fait le choix de la légalité, pour que ce projet s’ancre durablement et permette à tous.tes de s’y impliquer. Ce genre d’initiative ne peut se faire sans le soutien d’une grande diversité de personnes, dans la mesure des capacités financières de chacun.e. Nos efforts sur les deux dernières années ont permis de récolter une partie non négligeable des fonds nécessaires mais notre groupe a comme l’ensemble du mouvement social subi les frais de la répression et les amendes et condamnations nous ont retardé dans notre projet.

Nous espérons ouvrir ce centre social autogéré le plus vite possible pour donner une force supplémentaire aux luttes sociales à venir sur Dijon : Nous appelons toutes les organisations et collectifs à nous soutenir dans ce type de démarche pour étendre l’influence des révolutionnaires partout où le besoin s’en fait sentir !
Pour que vive la lutte criminelle de notre classe dangereuse !

https://www.helloasso.com/associations/les-voix-sans-maitres/collectes/ouverture-d-un-centre-social-autogere-a-dijon-banlieue-partie-2

PNG - 215.3 ko


Proposer un complément d'info

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Se connecter
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Lien hypertexte

(Si votre message se réfère à un article publié sur le Web, ou à une page fournissant plus d’informations, vous pouvez indiquer ci-après le titre de la page et son adresse.)

Ajouter un document

Articles de la même thématique : Anarchisme

Dénégations. Dénégation et radicalité : une hypothèse ou quand le Chat Botté réduit l’ogre en souris..

Chaque événement démesuré voit naître ses détracteurs et ses réducteurs. Ils considèrent (comme le Chat Botté de la fable qui mange l’ogre après l’avoir réduit en souris) que réduire la représentation de ce qu’il se passe pour le mettre à sa portée serait en mesure de donner les moyens de triompher sur ce qui terrifierait, si toutefois on le regardait dans toutes ses dimensions. Ce triomphe obtenu au nom de la peur condamne à l’impuissance et la pandémie de Covid-19 qui est en train de se répandre sur la planète ne fait pas exception à la règle. Elle aussi a ses réducteurs et ses détracteurs. Pourtant il y a bien des choses à redire, à contester, à attaquer face à ce qui se passe, ne serait-ce que l’État et le capitalisme. Mais L’Histoire pousse parfois les adeptes de la perplexité dans le grand bain, et les salariés contraints de continuer à travailler avec le virus comme les émeutiers de la faim ou les révoltés de l’enfermement n’ont pas besoin de dénier la réalité du virus ou de réduire la pandémie à une taille moins effrayante pour se révolter et lutter à la fois contre le virus et contre les modalités de sa gestion par le pouvoir.

Confiné·e·s : pour renverser le capitalisme, prenons le temps de nous organiser et de nous fédérer !

Le collectif Laisse Béton, qui avait appelé à une manifest’action le 29 février à Nantes contre les projets destructeurs, inutiles du grand Ouest, appelle au développement de Zones d’Autonomie Définitives pour libérer des espaces de l’emprise capitaliste. Pour résister aux attaques à venir, il sera nécessaire de coordonner aussi bien les zones à défendre que les épiceries solidaires. En nous reliant, nous pourrons renforcer notre autonomie. Alors prenons le temps de l’organisation, de la construction d’outils pour renforcer nos alternatives radicales de sortie du capitalisme !

Liberté des libéraux et liberté des anarchistes

Réflexion sur les obstacles rencontrés par les luttes contemporaines.

Articles de la même thématique : Communisme

« Lutter ensemble, pour de nouvelles complicités politiques »

“Ce livre n’est pas un livre de théorie politique, mais un livre de pratiques de lutte. Il répond à l’urgence d’apprendre à nous organiser pour faire face à ce qui est déjà là, à créer des solidarités entre personnes subissant différentes oppressions, à articuler nos espaces sans entamer nos autonomies, à nouer d’autres complicités. Ce livre invoque la puissance transformatrice dont les luttes sont parfois capables”.