Pour l’abrogation de la réforme de l’assurance chômage : Manifestation à Dijon !

Appel à manifester ce vendredi 23 avril, à 14h30, place de la Libération à Dijon par les occupant.e.s du Grand Théâtre de Dijon, la C.I.P. Bourgogne, la C.G.T. Spectacle, Attac 21, la C.G.T. 21, Solidaires 21, UNEF Bourgogne et F.S.U. 21.

Parce que cette réforme d’une violence inouïe va immédiatement impacter la vie de plus d’un million de personnes en baissant drastiquement leurs indemnités, l’allongement des seuils d’ouvertures de droits va en toucher des centaines de milliers supplémentaires. Parce que l’État se permet des économies sur le dos des plus précaires. Parce qu’après les travailleur-se-s en emploi discontinu et les intérimaires, viendra le tour de toutes et tous.

Parce qu’il n’est pas question que nous soyons jeté-e-s à la rue par des entreprises subventionnées par l’argent public. Parce que le travail doit être réparti entre tou-te-s et non pas reposer sur l’exploitation toujours plus violente de quelques un-e-s.

Parce que nous refusons que les contrats courts et les bas salaires précarisent encore plus des millions de salarié-e-s et leur famille. Nous refusons que des centaines de milliers d’élèves, d’étudiant-e-s, soient plongé-e-s dans la misère et que s’allongent chaque jour les files d’attentes des distributions alimentaires.

Parce qu’il est inacceptable de faire payer à la population le coût de la crise sanitaire quand, depuis des années, des hôpitaux sont démantelés et des lits fermés par milliers.
Parce qu’il est inadmissible de maintenir le personnel soignant en sous-effectif, dans des conditions de travail et de salaire indignes.

Parce que nous exigeons une juste répartition des richesses. Parce que nous n’acceptons plus que les politiques d’austérité et les contre réformes libérales démantèlent nos services publics. Parce qu’il est temps que l’intérêt général prime sur les intérêts particuliers d’une classe dominante, méprisante et toujours plus vorace.

Parce que ce n’est qu’un début. Parce que nous sommes déterminés à nous battre pour toutes et tous. Retrouvons-nous vendredi 23 avril, à Dijon place de la Libération 14h30 pour une manifestation forte et solidaire !

Appel inspiré par le texte de l’Odéon pour la manifestation du 23 avril, fait à Dijon, le 18 avril 2021

Ailleurs en Bourgogne :

Mâcon : RDV au théâtre à 14h
Chalon-sur-Saône : Rassemblement devant Pôle Emploi (19 avenue JF Kennedy) à 10h30

JPEG - 691.1 ko


Proposer un complément d'info

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Se connecter
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Lien hypertexte

(Si votre message se réfère à un article publié sur le Web, ou à une page fournissant plus d’informations, vous pouvez indiquer ci-après le titre de la page et son adresse.)

Ajouter un document

Articles de la même thématique : Syndicalisme

La CGT Educ’action de l’académie de Dijon apporte son soutien au mouvement lycéen

Depuis le début de la semaine des actions ont eu lieu au lycée polyvalent Henri Vincenot (Louhans, 71), au lycée polyvalent Jean-Joseph Fourrier (Auxerre, 89), au Lycée Niepce-Balleure (Chalon, 71). Elle s’inscrivent dans le cadre d’un mouvement national pour l’annulation ou l’aménagement des épreuves du bac cette année.

[En Images] La Manif du 1er Mai à Dijon

Plus de 2000 personnes, des cortèges hybrides et joyeux, des collages qui détonnent... Une manif du 1er mai étonnante et remplie de détermination, avec la présence de l’Engrenage et des intermittent·es du spectacle.

Articles de la même thématique : Chômage

Besançon : intermittents et précaires occupent l’inspection du Travail

Le CIP (Collectif des Intermittents et Précaires) ainsi que l’intersyndicale (CGT, FO, FSU, Solidaires) et l’association AC (Agir contre le chômage) ont appelé à cette première édition locale du « vendredi de la colère. » Alors que le Centre National Dramatique est occupé depuis plus d’un mois à l’instar de dizaines d’autres théâtres et sites en France, les militants de Besançon ont décidé de marquer le coup par une mobilisation et des actions conséquentes.