Quartier des Lentillères : les marchés reprennent !

Avec l’été, les marchés hebdomadaires des Lentillères reprennent. Premier marché de la saison ce jeudi. Venez profiter de légumes du jardin et autres produits délicieux à prix libre. C’est aussi l’occasion de (re)découvrir le quartier.

Les fèves sont galbées, les têtes d’ail sont prêtes et les premières tomates commencent à rougir (Bon OK, les épinards sont en fleurs, mais peu importe !). Cette semaine marque le retour du marché hebdomadaire des Lentillères !

Il y a quelques changements pour cette septième saison : le jardin a toujours été bio (pas de produits chimiques sur les cultures) et cette année nous allons vers des pratiques moins intensives et plus respectueuses des animaux non-humains. Cela veut dire faire disparaître progressivement l’usage du fumier en faveur des engrais verts, composts et purins. Cela signifie aussi moins travailler le sol afin de préserver sa structure. Nous expérimentons aussi cette année de nouvelles cultures. On aura donc plus tard dans la saison nos premières récoltes de haricots à grain, lin et soja qu’on espère vous présenter au marche. Les fleurs font aussi partie des nouvelles cultures, pour favoriser les insectes auxiliaires comme les polinisateurs (dont les abeilles et guêpes solitaires), les coccinelles, et bien d’autres prèdateurs naturels. Pour la (presque) toute nouvelle équipe du JDM [1] (aidée par de nombreux.ses ami.es), cela veut aussi dire beaucoup d’apprentissage, et donc oui, aussi des erreurs !

Certaines choses n’ont pas (encore) changé : le marché a lieu tous les jeudis entre 17 et 19 heures, principalement dans la cour de la Grange Rose au 45 rue Philippe Guignard. Nous vous demandons toujours votre soutien à un prix libre ; avoir du soutien pour la vie sur le Quartier et ce qu’on y fait nous permet de developper le lieu, de payer les autres activités qui nous sont chères mais ne rentrent pas dans les cases du système marchand capitaliste. Quand vous venez prendre des légumes c’est aussi tout ca que vous permettez, en plus de permettre à celles et ceux qui ont moins d’argent de venir aussi.

Parce qu’après tout nous cultivons les dernières terres arables de Dijon ET d’autres quotidiens et façons de vivre avec elles ; JDM, pas que des légumes !



Notes

[1jardin des maraîchères

Proposer un complément d'info

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Se connecter
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Lien hypertexte

(Si votre message se réfère à un article publié sur le Web, ou à une page fournissant plus d’informations, vous pouvez indiquer ci-après le titre de la page et son adresse.)

Ajouter un document

Articles de la même thématique : Squat

Pride off au squat La Pigeonne à Strasbourg

Au squat La Pigeonne, on ne veut pas que juin soit le mois de notre visibilité et de notre récupération, mais au contraire un mois de plus dans l’année pour partager nos colères et notre soif de liberté ! On vous propose deux dimanches pour se retrouver et construire collectivement d’autres luttes et d’autres mémoires queers dans notre Bibliothèque Marsha P. Johnson.

Articles de la même thématique : Luttes paysannes

Jérôme Laronze : 4 ans déjà !

Le 20 mai 2017 Jérôme Laronze, paysan éleveur de 37 ans était abattu par un gendarme, de 3 balles, une sur le côté et deux dans le dos. 4 ans après les faits, la procédure n’avance pas ! C’est pourquoi nous nous rassemblerons devant le palais de justice de Châlon-sur-Saône à 16h30 le jeudi 20 mai 2021 pour exiger Justice et Vérité pour Jérôme Laronze !

Nous ne sommes pas seuls - Politique des soulèvements terrestres - Léna Balaud, Antoine Chopot

Que devient la « politique » lorsque des paysannes et des écologistes disséminent des graines de plantes résistantes aux herbicides dans les monocultures d’OGM pour en saboter les rendements ? Lorsque des naturalistes en lutte invitent un couple de balbuzards pêcheurs à protéger un fleuve menacé par un énième projet inutile et imposé ? Lorsque des villageois kirghizes échappent à la mainmise de l’État sur leurs moyens de subsistance en greffant en secret une forêt fruitière ?