[Dijon] Repas de soutien aux grevistes de l’hôtel Ibis de Batignolles



Tacos vegan, petite salade et dessert prix libre en soutien aux grevistes de l’hotel Ibis de Batignolles.

Mardi 28 janvier 19h30 - 21h30
Café Chez Nous (rue Musette)

Tacos vegan, petite salade et dessert prix libre en soutien aux grevistes de l’hotel Ibis de Batignolles.

Le communiqué des salaré·es en lutte

Le groupe Accor : du vol des salarié·e·s au viol d’une femme de chambre

Sous-traitance - maltraitance !
Accor et STN-TEFID complices de la maltraitance !

A l’occasion de la grève actuellement en cours au Ibis Batignolles situé Porte de Clichy notre syndicat vient d’apprendre qu’il y a environ un an une femme de chambre de la société STN-TEFID a été violée par l’ancien directeur de cet hôtel !

Il faut dire que quand on considère les femmes de chambre et les salariées de la sous-traitance comme des sous salariées taillables et corvéables à merci il ne faut pas s’étonner de tels crimes !

Le Directeur d’un hôtel se prend dans ces conditions pour le maître des lieux pouvant disposer à sa guise d’une main d’œuvre précarisée soumise à son bon vouloir et à sa disposition.

Le groupe Accor et la société STN TEFID portent de lourdes responsabilités sur ce crime de viol qu’ils ont voulu enterrer à tout prix !

Accor et STN TEFID hors-la-loi !

Les hôtels Ibis, qui appartiennent au groupe Accor, sont des établissements qui font énormément de profits notamment sur le dos des salariés de la sous-traitance.

Le groupe Accor est un géant de l’industrie hôtelière du luxe en Europe et dans le monde !

Le chiffre d’affaires consolidé du groupe en 2018 s’établit à 3 610 millions d’euros, en progression de 8,8% à périmètre et taux de change constant (PCC), et de 16,9% en données publiées par rapport à 2017.

De l’autre côté de la barricade, la situation n’est pas la même : les salarié-e-s du service d’hébergement (Femmes de chambre, équipier-e-s, et gouvernantes) sont sous-traité-e-s à la société STN TEFID, leader français dans le secteur de la propreté hôtelière !

Dans cet hôtel règne l’inégalité de traitement pour les salarié-e-s de la sous-traitance qui ne bénéficient pas du même statut social que les salarié-e-s embauché-e-s directement par Ibis Batignolles (indemnité nourriture, intéressement, participation, salaires moins élevés, primes diverses etc…).

Cette situation de dumping social est inacceptable !

Plus grave encore, la société STN TEFID pratique, avec la complicité de l’hôtelier, le travail dissimulé, avec des cadences quasiment impossibles à respecter, particulièrement pour les femmes de chambres qui doivent effectuer 3 chambres et demie par heure sans paiement des dépassements horaires.

Pour toutes ces raisons et bien d’autres, parce qu’ils n’acceptent pas ce modèle économique qui broie les femmes et les hommes, les salarié-e-s de la sous-traitance de l’Ibis Batignolles en grève illimitée depuis le Mercredi 17 juillet à 9h vous appellent à les soutenir et à venir les soutenir devant l’Ibis Batignolles, 10 rue Bernard Buffet 75017 Paris.

Venez nombreu·ses !

Revendications des salarié·es de la société STN Groupe travaillant à L’hôtel Ibis Batignolles :

1 Embauche des salariés de la sous-traitance STN Groupe par L’hôtel Ibis Batignolles avec reprise de leur ancienneté.
2 Passage à temps complets des temps partiel et des CDD en CDI
3 Arrêt des mutations des salariées partiellement inaptes et des mutations non justifiées de manière générale.
4 Arrêt du harcèlement par Anne-Marie gouvernante Ibis Batignolles
5 Versement d’une indemnité nourriture égale à 7,24 € par jour travaillé (2 Minimum Garanti) et d’une prime de lit supplémentaire de 2€ par lit
6 Installation d’une pointeuse électronique infalsifiable avec remise d’un relevé horaire hebdomadaire à chaque salarié.
7 Prime de nettoyage et repassage des vêtements de travail égale à 22 € par mois (1€ par jour travaillé) et fourniture de 2 tenues de travail par an en coton.
8 Classement en catégorie B de l’ensemble des salariés de STN Groupe.
Femmes de chambre, équipiers : AQS1B, AQS2B après 2 ans, AQS3B après 5 ans
Gouvernantes : CE1, CE2 après 2 ans, CE3 après 5 ans
9 Suppression de l’abattement illégal de 8%.
10 Suppression de la clause de mobilité.
11 Prime d’habillage-déshabillage 250 € par an.
12 Remboursement des transports à 100%.
13 Diminution cadence indicative du nombre de chambres à 2 chambres 1/ à l’heure.
14 Election de deux délégués de proximité de la société STN GROUPE au sein de l’hôtel Ibis Batignolles
15 Paiement des jours de grève



Proposer un complément d'info

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Se connecter
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Lien hypertexte

(Si votre message se réfère à un article publié sur le Web, ou à une page fournissant plus d’informations, vous pouvez indiquer ci-après le titre de la page et son adresse.)

Ajouter un document

Articles de la même thématique : Syndicalisme

Mobilisation des ouvriers agricoles et viticoles le 03 juin

Face aux menaces qui pèsent sur les conventions collectives territoriales, orchestrées par la FRSEA et les CUMA de Bourgogne-Franche-Comté, l’Union Syndicale Régionale CGT Agroalimentiare et forestière CGT de BFC appelle tous les salariés agricoles et viticoles à se mobiliser massivement le 3 juin à la chambre d’agriculture de Bretonnière à 14h, lors de la commission mixte pour exiger le retrait immédiat des dénonciations des conventions collectives territoriales !

[Nevers] Grève chez TANEO

Depuis le lundi 16 mai, dans le cadre des NAO, et l’obstination de la direction à ne concéder que quelques miettes, les (...)

[Dijon] Grève à L’UDAF

A l’initiative de l’intersyndicale CGT et FO, les salariés de l’UDAF de la Côte d’Or ont décidé d’un mouvement de grève le mardi 17 mai pour dénoncer l’absence de dialogue social dans l’entreprise.

Articles de la même thématique : Violences sexuelles

[Besançon] Absence d’intimité, refus de plainte, propos dégradants… le commissariat central de la Gare-d’eau épinglé dans sa gestion des violences sexuelles et sexistes

Hier mardi 8 mars, plusieurs centaines de personnes ont manifesté dans le cadre de la journée internationale du droit des femmes. Place Louis Pasteur à Besançon, une revendication a retentit : « nous devons obtenir une meilleure prise en charge dans les commissariats, qui reste encore très insatisfaisante. » Dans un article paru mercredi dernier, le média « Kawa TV » a esquissé la situation locale en la matière. Un panorama édifiant pour une ville moyenne, et une véritable réflexion sur la considération institutionnelle des violences sexistes et sexuelles.