Repas de soutien aux luttes étudiantes



Solidaires étudiant-e-s organise un repas de soutien au Chez-nous (6 bis rue Quentin) le 25 octobre à 19H ! C’est reparti, ça bouge à la fac, ça s’organise pour mettre des coups de pieds dans la fourmilière qu’est l’université de bourgogne. Il faut payer le local, le matériel et on a toujours pas un kopeck car on est tous-tes fauchés. Faut dire que les bourses c’est pas ça en ce moment et que le coût de la vie augmente...

JPEG - 19.6 ko

Qu’est-ce que c’est Solidaires étudiant-e-s Dijon ?

Un syndicat de luttes animé par des étudiant-e-s de Dijon, une volonté collective de s’investir dans les luttes politiques et sociales, une volonté de vivre l’enseignement supérieur différemment. Nous nous opposons au soi disant « apolitisme » auquel on voudrait réduire les étudiant-e-s. L’apolitisme c’est la victoire de l’ordre établi.
Nous revendiquons une université ouverte et émancipatrice, nous défendons l’idée qu’il existe d’autres manières de gérer nos vies que de les laisser entre les mains de dirigeants professionnels (députés, chefs d’entreprises, directeur d’université...).
À cela, nous opposons l’autogestion, c’est-à-dire la prise de décision collective, par toutes les personnes concernées, sans relation hiérarchique et de façon organisée et structurée pour exiger et provoquer des changement sociaux, l’acquisition de nouveaux droits et le respect de ceux-ci.

C’est où ?

Nous disposons d’un local, dans l’extension droit du bâtiment droit-lettre, au sous-sol, salle S40. On y est souvent le midi, mais si tu veux être sûr de ne pas nous rater, envoie nous un message sur instagram, messenger ou bien un mél.

Le local est un lieu de d’entraide, de rencontres et d’organisation pour les étudiant-e-s. Tu peux y boire un café ou venir manger. Il y a une petite bibliothèque militante. Qui sait, il y a sûrement quelqu’un de ta promo ou de ton cercle d’amis qui fréquente déjà la section syndicale !

Nous ne sommes pas que dans notre local, nous organisons régulièrement des actions sur le campus - suit notre activité sur les réseaux sociaux pour en être informé !

JPEG - 4.6 Mo

Ce qu’on revendique concrètement ?

Parfois on nous demande ce qu’on revendique concrètement, car tout ça peut paraître un peu flou. Nous avons un cahier de revendications, disponible en livret dans notre local, mais dans les grandes lignes :

  • L’augmentation des bourses au-delà de l’inflation, et l’extension de leurs critères d’attribution.
  • La gratuité de l’université pour tous-t-e-s, suppression de la CVEC
  • La mise en place d’un salaire étudiant socialisé, nous reconnaissant comme travailleur-euses en formation
  • Des logement décents au CROUS, l’augmentation du nombre de logement étudiants.

Pour nous contacter :

@sesldijon (twitter & instagram)
https://www.facebook.com/Locals40
solidaires-etudiant-e-s.dijon@riseup.net

PNG - 283.7 ko


Proposer un complément d'info

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Se connecter
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Lien hypertexte

(Si votre message se réfère à un article publié sur le Web, ou à une page fournissant plus d’informations, vous pouvez indiquer ci-après le titre de la page et son adresse.)

Ajouter un document

Articles de la même thématique : Syndicalisme étudiant

Organisons notre autodéfense sanitaire !

Après deux ans de pandémie et à l’approche des élections, le gouvernement planifie la fin de l’ensemble des mesures de protection et de freinage. Depuis le 14 mars, le port du masque n’est plus obligatoire dans les lieux clos, et les protocoles sanitaires en entreprise seront remplacés par un « guide repère », donnant des mesures de bases applicables « hors-pandémie ».

La jeunesse, le gouvernement s’en fout : appel à manifestation

La précarité étudiante n’est pas un fait nouveau, nous nous battions déjà contre mais la situation s’aggrave. De plus en plus de jeunes doivent survivre sous le seuil de pauvreté. Cette situation plonge de nombreux.se.s jeunes dans une détresse psychologique forte.