Repas de soutien aux luttes étudiantes contre les réformes de l’ESR !



Solidaires étudiant-e-s organise un repas de soutien au café Le Chez-nous (6 bis rue Quentin) le 13 décembre à 19H ! Ce sera l’occasion pour les étudiant-e-s de venir s’informer en détail sur les réformes désastreuses en cours dans l’enseignement supérieur et la recherche ! C’est Prix libre !

JPEG - 9.6 ko

Qu’est-ce que c’est Solidaires étudiant-e-s Dijon ?
Un syndicat de luttes animé par des étudiant-e-s de Dijon, une volonté collective de s’investir dans les luttes politiques et sociales, une volonté de vivre l’enseignement supérieur différemment. Nous nous opposons au soi disant « apolitisme » auquel on voudrait réduire les étudiant-e-s. L’apolitisme c’est la victoire de l’ordre établi.

Nous revendiquons une université ouverte et émancipatrice, nous défendons l’idée qu’il existe d’autres manières de gérer nos vies que de les laisser entre les mains de dirigeants professionnels (députés, chefs d’entreprises, directeur d’université...).

À cela, nous opposons l’autogestion, c’est-à-dire la prise de décision collective, par toutes les personnes concernées, sans relation hiérarchique et de façon organisée et structurée pour exiger et provoquer des changement sociaux, l’acquisition de nouveaux droits et le respect de ceux-ci.

C’est où ?
Nous disposons d’un local, dans l’extension droit du bâtiment droit-lettre, au sous-sol, salle S40. On y est souvent le midi, mais si tu veux être sûr de ne pas nous rater, envoie nous un message sur instagram, messenger ou bien un mél.

Le local est un lieu de d’entraide, de rencontres et d’organisation pour les étudiant-e-s. Tu peux y boire un café ou venir manger. Il y a une petite bibliothèque militante. Qui sait, il y a sûrement quelqu’un de ta promo ou de ton cercle d’amis qui fréquente déjà la section syndicale !

Le local est ouvert de 12h à 13h du lundi au jeudi !

Nous ne sommes pas que dans notre local, nous organisons régulièrement des actions sur le campus - suit notre activité sur les réseaux sociaux pour en être informé !

JPEG - 49 ko

Les réformes et projets spécifiques à l’E.S.R contre lesquelles nous nous opposons :

- « Trouver Mon Master »
 ;"Vous reprendrez bien un peu de Parcoursup ? Oui, oui, mais cette fois c’est pour l’accès en Master !

On se retrouve avec les mêmes problématiques que ParcourSup : Trouver Mon Master va durcir et automatiser la sélection en master, un outil qui vise à expulser les classes populaires de l’Université, à mettre en compétition les étudiant-e-s.

Lire plus ici !

- La création d’un établissement « public » expérimental à l’UB (E.P.E)

Tous-te-s les étudiant-e-s ont reçu un mail de la part du président de l’Université de Bourgogne, peu l’ont ouvert, presque personne ne l’a compris. Entre acronymes, jargon et raccourcis ne serait-ce pas là une volonté délibérée de la part de la présidence de l’Université de Bourgogne de camoufler un projet néfaste pour les étudiant-e-s ?

Pour résumer, il y est annoncé la volonté de la part de la direction de structurer l’Université de Bourgogne dans ce nouvel ensemble appelé Etablissement « public » expérimental. Cette nouvelle structure fusionnerait en elle l’Université de bourgogne, la Burgundy School Of Business, Science Po Dijon, le CHU, Le Centre Leclerc.

C’est l’arrivée dans nos instances décisionnelles de personnes représentant des intérêts de secteurs privés. L’Université est de plus en plus mise au service du patronat, et c’est une énième entrée de logiques de rentabilité dans nos études et dans la recherche. C’est aussi la mise en place d’une concurrence entre filières et entre Universités plus forte. Cette concurrence peut mener à la suppressions de certaines filières jugées non rentables (Sciences sociales), et à l’avènement d’Universités mastodontes à l’instar de petites université de rétentions qui n’auront pas plus de possibilité que les parcours en licence.

Pour comprendre les tenants et aboutissants plus en profondeurs, nous vous renvoyons au guide des réformes de l’enseignement supérieur (page 37).

- L’entrée à l’université d’une propagande autoritaire et militariste

Quelle n’a pas été notre étonnement lorsque nous avons été informé-es qu’une nouvelle Unité d’Enseignement avait été décrétée. « Défense - sécurité », facultative mais permettant l’obtention de crédits supplémentaire. Visant à former les étudiant sur les enjeux de la défense et de la sécurité du territoire national, on y apprend qu’il faudrait durcir l’application des Obligations de quitter le territoire Français et qu’être musulman c’est presque déjà se rendre coupable d’être un terroriste.

Le « La » est donné par des hommes en uniforme : police, gendarmerie, pénitencière, douanes,pompiers. Si l’Université de Bourgogne n’est pas inquiétée par le fait d’exposer fusils d’assauts, gilets pare-balles et casques militaires dans les halls de son établissement, nous nous inquiétons fortement de la dérive autoritaire que prend l’enseignement supérieur et entendons lutter contre celle-ci !!

RENDEZ-VOUS LE 13 DECEMBRE A 19H AU CAFE LE CHEZ-NOUS POUR PARTAGER UN REPAS CONVIVIAL ! Prix libre.


Pour nous contacter :

@sesldijon (twitter & instagram)
https://www.facebook.com/Locals40
solidaires-etudiant-e-s.dijon@riseup.net

PNG - 58.5 ko


Proposer un complément d'info

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Se connecter
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Lien hypertexte

(Si votre message se réfère à un article publié sur le Web, ou à une page fournissant plus d’informations, vous pouvez indiquer ci-après le titre de la page et son adresse.)

Ajouter un document

Articles de la même thématique : Filières supérieures

Articles de la même thématique : Éducation - Enseignement

Mardi 18 octobre : rassemblement devant le rectorat

La CGT éduc’action, Sud éducation, la CNT, le SNETEAA-FO, le SNUEP, le SNALC, le SE-UNSA et le SGEN-CFDT appellent à un rassemblement devant le rectorat contre le projet de réforme des lycées professionnels.