Semaine de deuil en Corse



Après deux semaines de mouvement agitées suite à l’agression d’Yvan Colonna, son décès, le 21 mars, ouvre une semaine de deuil qui se termine par son enterrement avant une reprise des hostilités provoquée par l’imbécilité crasse des CRS.

À lire avant : Flambée de colère en Corse.

Une nouvelle semaine mouvementée s’ouvre en Corse avec cette annonce, terrible et prévisible, de la mort d’Yvan Colonna. Dans tout l’île, c’est une semaine de deuil et d’hommage pour cet homme qui incarne l’image tutélaire du nationaliste de résistance. Pour les Corses il est celui qui a défié l’État colonial français. Ses quatre années de cavale sont restées un symbole fort, qui a alimenté le mythe du bandit social cher aux insulaires. Il a été poursuivi par toutes les polices du monde et des hélicoptères survolaient tous les jours la forêt de Cargèse, son fief familial. À mesure qu’il résistait, il obtenait de plus en plus de soutien populaire. Et nombreux sont ceux qui se vantent d’avoir hébergé Yvan. Aujourd’hui on commémore son passage vers l’au-delà et on honore sa mémoire.

JPEG - 371.6 ko
Manifestation devant le consulat français à Barcelone le 22 mars

Lundi 21 mars, les Corses détenus sur le continent, organisés en collectif depuis le 16 mars, refusent leur repas pour réclamer la détention sur l’île de tous les prisonniers corses. Le mouvement touche les prisons de Draguignan, Nice, Avignon, Grasse, Marseille, Toulon, Aix-en-Provence, Tarrascon, Eysses et Moulin-sur-Yzeure. Et puis, le soir, l’annonce de la mort d’Yvan Colonna circule. Elle est confirmée par sa famille. Aussitôt des rassemblements d’hommage ont lieu devant le palais de justice et l’église Saint-Jean-Baptiste de Bastia et la cathédrale d’Ajaccio. L’Assemblée nationale catalane, le Front de Libération Nationale Kanak et Socialiste, l’Anti Imperialist Action Ireland et le Mouvement Sicilien d’Action apportent leur soutien au peuple corse qui vit le deuil d’Yvan. La colère est contenue mais néanmoins présente. La sous-préfecture de Calvi est attaquée dans la nuit, sa grille incendiée. Le soulèvement corse et les perspectives qu’il dégage donnent un nouveau souffle aux luttes d’indépendance européennes. La rédaction de Ouest-France reçoit un communiqué du Front de Libération de la Bretagne – Armée Révolutionnaire Bretonne qui exige un référendum sur l’autonomie de la Bretagne d’ici le 31 décembre 2022, sans quoi il reprendrait la lutte armée.

Mardi 22 mars, tous les lycées de Corse sont bloqués, des cortèges se forment qui se dirigent vers la préfecture à Ajaccio et à Bastia. L’université de Corte a été rebloquée le temps de la journée pour marquer le coup du deuil. Des veillées se tiennent à Ajaccio, Bastia, Corte, Cargèse, Calvi, Porto-Vecchio, Bonifacio, Migliacciaro, L’Île-Rousse, Tolla, Castellare-di-Casinca… De nouveaux soutiens internationaux émanent des Basques de Sortu, Euskal Herria Bai, et des Bretons de Douar ha Frankiz et de War-Sav !. Radio Corsica Frequenza Mora fait une interview de Pierre-Joseph Paganelli, président de Cunsulta di a Ghjuventu Corsa, un des syndicats étudiants qui a lancé le mouvement. Il nous parle du mouvement, des étudiants, des promesses de Darmanin, des revendications. Un rassemblement de soutien appelé par les indépendantistes catalans a lieu devant le consulat français à Barcelone. Dans la journée le gouvernement annonce la levée du statut de détenu particulièrement signalé pour Alain Ferrandi et Pierre Alessandri et annonce leur transfert en Corse d’ici la mi-avril.

PNG - 76.8 ko

À lire aussi : Entretien avec Thierry Dominici : Yvan Colonna est le dernier résistant du nationalisme dans l’esprit des jeunes Corses.

JPEG - 80.7 ko

Mercredi 23 mars, la plupart des collèges et lycées de l’île sont encore bloqués. Les enseignants du lycée Fesch d’Ajaccio dénoncent les pratiques des parents d’élèves FCPE qui ont recours à un huissier pour faire un constat par rapport au blocage de l’établissement. Ils demandent les pièces d’identité des élèves qui participent au mouvement et veulent engager des poursuites contre les professeurs qui les soutiennent. Ce mercredi est un jour très attendu sur l’île, c’est celui où le corps d’Yvan Colonna est transféré en Corse. C’est le retour du frère, du fils, de l’ami sur sa terre. Des rassemblements ont lieu à Ajaccio, Lumio, Corte, Pila-Canali, Sarrola Carcopina, Felicetu, San Fiurenzu, Sulinzara, Ghisunaccia, Serra di Fium’Orbu, Belgodere, Paese… Plus de 2000 personnes sont présentes pour accueillir le corps d’Yvan à l’aéroport d’Ajaccio. Le cercueil a été porté sur quelques centaines de mètres au milieu d’une haie d’honneur avant d’être déposé dans un corbillard suivi de la foule portant drapeaux, bougies et fumigènes jusqu’au funérarium.

JPEG - 109.6 ko

Jeudi 24 mars, de nombreux lycées lèvent le blocage de leur établissement, tenu depuis le 3 mars. Les Artisans de la Paix basques et Bake Bidea annoncent en conférence de presse des actions le 2 avril à Urrugne et Hasparren pour les prisonniers politiques corses et basques. Unser Land, parti autonomiste alsacien, salue les avancées sur le statut de la Corse et ouvre la possibilité d’utiliser des cocktails molotov en Alsace aussi :
"Nous accueillons avec satisfaction pour nos amis insulaires, les annonces de Gérald Darmanin, qui ouvre la porte des discussions sur le statut de l’autonomie corse. Les avancées corses doivent encourager une évolution institutionnelle de la France : permettre aux régions qui le souhaitent d’obtenir des compétences négociées avec l’État et de gérer leurs affaires localement.
En finir avec le jacobinisme et le centralisme, pour enfin se diriger vers le fédéralisme qui fonctionne chez nos voisins européens. Alors qu’en Alsace nous organisons des consultations citoyennes démocratiques et pacifiques, en Corse tout s’embrase.
Un mois après les résultats très favorables à une autonomie alsacienne vis-à-vis du Grand Est, rien ne semble bouger.
Deux semaines après les manifestations violentes corses, l’État parle d’autonomie. L’histoire n’est pas sans précédent puisque la Guadeloupe a connu le même cheminement il y a quelques mois. Cette situation doit nous interroger : faut-il casser pour être entendu et obtenir gain de cause ? Ou nos élus sont-ils tout simplement trop complaisants avec Paris ? Unser Land est un mouvement politique qui croit en la force de la démocratie.
C’est du moins cette voie que nous défendrons lors des prochaines élections législatives, avec l’idée que des élus portant un discours fort et clair peuvent faire avancer les choses.
Les Alsaciens souhaitant des évolutions significatives auront donc le choix : la fabrication de cocktails molotov, ou un bulletin régionaliste dans une urne
."
Un militant nationaliste corse est victime d’une tentative d’assassinat à Afà. Core in Fronte réagit en soupçonnant l’État français et en dénonçant ses pratiques barbouzardes qui visent à déstabiliser la Corse en instrumentalisant des crapules pour de basses besognes.

JPEG - 219.7 ko

Vendredi 25 mars, c’est le grand jour, celui de l’enterrement d’Yvan Colonna à Cargèse. La journée est décrétée île morte. Université, lycées et collèges sont fermés, la circulation des trains interrompue, les services du PNR, de la FDSEA et des municipalités clos, beaucoup de commerces sont fermés. Un convoi long de trois kilomètres entre dans Cargèse en portant le cercueil d’Yvan Colonna. Plusieurs milliers de personnes sont présentes sur place. Les églises de toute la Corse résonnent des messes dédiées à Yvan Colonna. Au même moment, les CRS chantent la marseillaise et se réjouissent de sa mort. Ce qui déclenche une réaction immédiate des Corses et plusieurs appels à se rassembler contre les CRS.

JPEG - 117.1 ko
Enterrement d’Yvan Colonna à Cargèse le 25 mars
JPEG - 150.1 ko

Samedi 26 mars, une manifestation de plusieurs centaines de personnes a lieu à Bayonne. Des rassemblements se tiennent devant les préfectures d’Ajaccio et de Bastia contre la dégueulasserie des CRS et la responsabilité de l’État. Les élus de la Collectivité territoriale de Guyane, inspirés par les événements corses, inscrivent comme priorité la quête d’une autonomie à la carte dans la République française. Élan de solidarité de la part du Comitato Libertà Toscana.

JPEG - 542.1 ko
Manifestation à Bayonne le 26 mars
JPEG - 234.1 ko

Dimanche 27 mars. Un millier de personnes se rassemblent devant la caserne de CRS de Furiani. Une grille est arrachée, un feu est allumé devant la caserne qui est attaquée à coups de cocktails molotov. Les alentours de la caserne sont noyés sous le gaz lacrymogène et le cortège est attaqué à la grenade explosive. D’autres feux sont allumés autour de la caserne et une seconde grille tombe. Les affrontements se poursuivent dans les quartiers alentours jusqu’à 22h. La préfecture annonce une centaine de cocktails molotov et 4300 grenades lacrymogènes tirées. À Aspretto, 300 personnes arrachent le portail de la caserne et tentent d’allumer un feu de palettes à l’entrée. Ils sont repoussés par les CRS. Un peu plus tôt, Sulidarità Pariggi organisait un rassemblement en hommage à Yvan Colonna place de la République à Paris. Le rassemblement est attaqué par la Brav et son organisateur est arrêté. Sept organisations indépendantistes catalanes écrivent un communiqué commun pour se montrer solidaire du peuple corse.

JPEG - 262.1 ko

Les hommages ont été rendus, le deuil fait son chemin, et déjà la colère rejailli, attisée par l’odieuse stupidité des CRS. Le temps du recueillement a été respecté et il semble que le combat politique est prêt à ressurgir en assumant son offensivité. Les assemblées avaient été suspendues à l’annonce de la mort d’Yvan Colonna. Il est temps qu’elles reprennent et définissent quand aura lieu la manifestation annoncée à Ajaccio ainsi que les actions qui suivront.

Statu francese assassinu,
Ghjustizia è verità per Yvan,
Libertà per i patriotti,
Ricunniscenza di u populu corsu.



Proposer un complément d'info

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Se connecter
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Lien hypertexte

(Si votre message se réfère à un article publié sur le Web, ou à une page fournissant plus d’informations, vous pouvez indiquer ci-après le titre de la page et son adresse.)

Ajouter un document

Articles de la même thématique : Prison - Enfermements

L’Échappée

Prisonnière d’une cellule, de son corps, du silence, de son foyer ou de son histoire... l’enfermement des femmes, réel ou symbolique, connaît malheureusement beaucoup de variété. Les Morveuses suivent les traces des femmes enfermées dans la prison d’Autun et se fraient un chemin vers la liberté.

Articles de la même thématique : Manifestations

[Rouen] Manifestation nationale pour les Jardins Joyeux

Le 17 septembre, pour la journée de discussion sur l’écologie à Rouen, nous organisons une manifestation nationale contre l’artificialisation des terres et pour la défense des Jardins Joyeux. Nous invitons collectifs et associations écologiques engagés contre les projets inutiles à rejoindre notre appel.