Un Faucheur Volontaire d’OGM de Côte d’Or convoqué au commissariat



Une inspection citoyenne revendiquée par 80 Faucheur.ses Volontaires venu.e.s de toute la France a eu lieu le 10 novembre 2021 dans l’entreprise RAGT Semence de Calmont dans l’Aveyron. Après une dizaine d’auditions dans l’Aveyron, Pierre Clément est le quatrième Faucheur de Côte d’Or a être entendu pour cette affaire.

Communiqué de presse. Dijon, le 15 mars 2022

Un Faucheur Volontaire d’OGM de Côte d’Or convoqué au commissariat de secteur des Grésilles suite à une inspection citoyenne d’un semencier de l’Aveyron

Suite à la participation à une inspection citoyenne assumée et revendiquée par environ 80 Faucheurs et Faucheuses Volontaires venu.e.s de toute la France le 10 novembre 2021 dans l’entreprise RAGT Semence de Calmont dans l’Aveyron. Après une dizaine d’auditions dans l’Aveyron, Pierre CLEMENT est le quatrième Faucheur de Côte d’Or a être entendu pour cette affaire.

Les Faucheurs.es ont trouvés des semences illégales d’OGM

Ces semences OGM de tournesol et de colza ont été rendues impropres à la commercialisation. Ces plantes imbibées de poison impactent gravement la santé humaine, la biodiversité animale, la vie des sols, la qualité de l’eau... Elles contaminent tous les modes de cultures aux alentours et contraignent les agriculteurs à l’utilisation accrue de produits chimiques face aux adventices devenues résistantes.
Ces semences sont illégales. Le gouvernement refuse toujours d’appliquer les injonctions du Conseil d’État du 07 février 2020 1 faisant suite à un arrêt de la Cour de justice de l’Union Européenne de juillet 2018 interdisant la mise sur le marché de ces nouvelles générations d’OGM tolérants aux herbicides.
Or, rien n’a été fait... Au contraire, alors que Macron est à la présidence de la commission européenne depuis le 1 er janvier 2022, la France fait pression pour mettre en chantier une modification de la loi européenne afin que l’industrie semencière puisse continuer à empoisonner la planète.
Face à ces manquements inacceptables, les lanceurs d’alertes Faucheurs Faucheuses Volontaires d’OGM, sont en état de nécessité comme l’ont déjà jugé le tribunal de Perpignan au procès du 15 octobre 2020.
Les Faucheuses et Faucheurs Volontaires d’OGM dénoncent cette inaction des pouvoirs publics. Ils et elles poursuivent leurs actions de Lanceurs d’Alertes, exigeant que le gouvernement remplisse ses obligations et sa mission de protection des paysans, de la population et de l’environnement.
Les Faucheuses et Faucheurs Volontaires continueront d’informer les citoyen.ne.s et soutiendront toute action visant à interdire la dissémination des OGM dans les champs et dans les assiettes.

Appel à soutenir les faucheurs volontaires d’OGM
Commissariat de secteur des Grésilles
14, Bd des Martyrs de la Résistance 21000 DIJON
le vendredi1 18 mars à 11H30



Proposer un complément d'info

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Se connecter
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Lien hypertexte

(Si votre message se réfère à un article publié sur le Web, ou à une page fournissant plus d’informations, vous pouvez indiquer ci-après le titre de la page et son adresse.)

Ajouter un document

Articles de la même thématique : Campagnes

Nouveau procès des Faucheurs Volontaires à Dijon !

Lundi 4 avril à 13 h30, 6 Faucheurs volontaires de Côte-d’Or comparaissent au TGI de Dijon pour être jugés suite à la destruction d’une parcelle d’essai de colza par une centaine de personnes en 2017 à Villy-le-Moutiers. Rassemblement et pique-nique de soutien devant le tribunal.

Articles de la même thématique : Justice

Le Conseil d’État sauve la reconnaissance faciale du fichier TAJ

"Le 26 avril 2022, le Conseil d’État a rejeté nos critiques contre l’utilisation massive de la reconnaissance faciale par la police dans le TAJ traitement des antécédents judiciaires »). Il s’agit d’une défaite cinglante, qui affirme encore davantage le Conseil d’État dans son rôle de défenseur de la surveillance de masse, sans plus aucune considération pour le respect des droits des personnes. Nous avons l’habitude de perdre et de ne pas nous résigner : trouvons dans cette défaite les futures pistes de notre lutte."