Une représentante syndicale du CHS La Chartreuse victime d’insultes et de menaces



Suite à des insultes lors d’une visite CHSCT il y a 2 ans puis une dégradation de son véhicule en juin 2021, une représentante CHSCT a subi une agression dans son local syndical au CHS La Chartreuse. À ce jour la direction n’a toujours pas pris de mesure pour assurer la sécurité de cette déléguée syndicale.

Mercredi 13 octobre 2021, suite à un signalement par les membres CHSCT [1] à la Direction d’un vol de nourritures au détriment des patient·es, un agent du CHS est venu au local syndical agresser une représentante syndicale devant témoin. Le Directeur avait été alerté depuis un certain temps sans aucune réaction de sa part. Une plainte a été déposée.

Mail diffusé le mercredi 13 octobre au personnel du CHS La Chartreuse
Le combat syndical et ses dangers !!!
 
Ce matin, mercredi 13 octobre 2021, aux alentours de 9h20, un agent est venu dans notre local syndical menacer, devant témoin, votre représentante du CHSCT. Menaces la visant directement ainsi que menaces de s’en prendre au chien, Pipa n’y connaissant absolument rien au syndicalisme !!!
 
Cela fait suite à une visite CHSCT qui a eu lieu il y a plus d’un an dans un service de l’hôpital. La Direction en a été avertie et en août, dégradation volontaire de mon véhicule sans témoin sur le parking du CHS.
 
Nous tenions à vous informer de cette pratique qui est peut-être le résultat d’une problématique qui n’a jamais été gérée depuis des années.
 
NOUS NECHERONS RIEN
Mail envoyé à la Direction le 13 octobre suite à l’agression
Monsieur le Directeur,
 
Depuis le 12 août 2021, date de la dégradation du capot de mon véhicule (cf. FEI du 12/8/21), je vous ai alerté à maintes reprises (par téléphone, par mail et de vive voix) que c’était un acte me visant personnellement en tant que membre CHSCT et loin d’être anodin. Mon dernier avertissement a eu lieu par mail hier, mardi 12 octobre 2021 à 9h13 auquel vous avez répondu « Je ne comprends pas le lien que vous faites avec une agression physique potentielle et cette dégradation ».
 
Ce matin, mercredi 13 octobre 2021, aux alentours de 9h20, un agent du service cuisine est venu dans notre local syndical me menacer devant témoin, me demandant en premier lieu le nom de la lanceuse d’alerte comme il l’avait fait lors de la visite CHSCT, comportement ayant donné lieu à aucune réaction de l’encadrement présent ce jour-là. Cela recommence aujourd’hui : comment un agent peut-il quitter son service sans autorisation de son cadre et s’en prendre à un représentant CHSCT dans des locaux syndicaux ?
 
Au fur et à mesure de la matinée, j’apprends que c’est mon nom qui est particulièrement cité par cet agent ainsi que celui de ma fille (qui a travaillé en été dans le service cuisine) ainsi que mon chien.
Devant ses menaces, quelle attitude dois-je avoir ? comment dois-je faire pour me protéger lorsque je suis seule dans le local ? faut-il attendre de me retrouver aux urgences pour mesurer les menaces à mon encontre ?
Dernière question : comment se fait-il que cet agent soit au courant du courrier adressé hier en tant que membre CHSCT, hormis imaginer qu’il existe des failles dans la confidentialité des mails adressés à direction@chlcdijon.fr ?
 
Je me réserve le droit de porter plainte contre l’agent pour menaces dans l’exercice de mon mandat de membre CHSCT, pour menaces envers ma fille et même envers mon chien et, après conseil auprès de ma fédération, je me réserve le droit de donner d’autres suites.
 
Conformément aux articles 4131-1 et 4131-2 du code du travail, je vous déclare exercer mon droit de retrait à compter de ce jour.
 
Secrétaire du syndicat Sud Santé La Chartreuse
Membre CHSCT
Historique de cet évènement

1er octobre 2020 : visite CHSCT faisant suite à des signalements par des membres du personnel des cuisines de propos racistes, sexistes et homophobes afin de faire un rappel des textes de loi. Lors de cette visite, un agent a exigé qu’on lui fournisse des noms, nous a insulté « de salopes » devant son encadrement sans aucune réaction de celui-ci.

12 juin 2021 : dégradation volontaire de mon véhicule sur le parking de la Chartreuse, seul parking où il n’y avait pas de caméra et refus de la Direction de me prendre les réparations en charge. Je reste intimement persuadée que cet acte est en corrélation avec ma fonction de membre CHSCT.

13 octobre 2021 : suite à un signalement par les membres CHSCT à la Direction d’un vol de nourritures au détriment des patients, ce même agent est venu m’agresser au local syndical devant témoin. Nous avions alerté le Directeur depuis un certain temps sans aucune réaction de sa part. Dépôt de plainte fait à l’encontre de cet agent.

13 décembre 2021 : toujours aucune réponse positive de la part du Directeur du CHS la Chartreuse concernant ma demande de protection fonctionnelle.



Notes

[1Comité d’hygiène, de sécurité et des conditions de travail, institution représentative du personnel

Proposer un complément d'info

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Se connecter
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Lien hypertexte

(Si votre message se réfère à un article publié sur le Web, ou à une page fournissant plus d’informations, vous pouvez indiquer ci-après le titre de la page et son adresse.)

Ajouter un document

  • Le 17 décembre 2021 à 18:46, par Alain FELMANN

    Y aura-t-il une action de soutien dans ou devant la Chacha, ou ailleurs ?
    Vu la gravité des faits, cela me semble s’imposer.

Articles de la même thématique : Syndicalisme

Rectorat de Dijon : un plan d’action égalité femmes/hommes au point mort

A l’occasion du 8 mars, et du séminaire dédié à l’égalité le 1er juin, le rectorat de l’académie de Dijon a communiqué sur la déclinaison localement du plan national d’action sur l’égalité femme-homme et la lutte contre les violences. La CGT Educ’action de l’académie de Dijon estime qu’il est grand temps que cette politique soit appliquée dans notre académie, alors que le plan national a été voté et signé il y a plus d’un an et demi.

Articles de la même thématique : Pression - Censure

Contre la dissolution de « La Gale »

Le 11 mai prochain, le juge des référés doit examiner le cas du Groupe antifasciste Lyon et environs (Gale), dissous le 30 mars en Conseil des ministres.