[Dijon] 23 novembre : changement de lieu de départ de la manif !

Changement du départ de la manifestation : départ 14h sur la Place de la Libération, angle Rameau !

La Préfecture n’a pas autorisé le parcours déclaré de Darcy jusqu’à République, en passant par la rue de la Liberté. Le Collectif et les manifestant-e-s marcheront donc sur un parcours réduit de moitié, au départ de la Place de la Libération (angle Rameau), et rejoindront la place de la République en évitant les lieux de pouvoir et institutions.

Malgré ces conditions, nous restons un-i-s. L’objectif de créer une solidarité féministe dans les rues de Dijon, de démontrer que la sororité et la lutte sont encore nos meilleures armes contre les violences sexistes et sexuelles, tient toujours. Il reste encore une tribune et une visibilité que nous avons bien l’intention d’utiliser pour nous faire entendre.

RDV en nombre, place de la Libération ce samedi 23 novembre, à 14h.



Proposer un complément d'info

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Se connecter
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Lien hypertexte

(Si votre message se réfère à un article publié sur le Web, ou à une page fournissant plus d’informations, vous pouvez indiquer ci-après le titre de la page et son adresse.)

Ajouter un document

Articles de la même thématique : Féminisme(s)

Pour un féminisme de combat : soutien à la maison pour les femmes et minorités de genre exilé.e.s !

Parce que l’irresponsabilité de l’Etat n’a jamais été si grande, les féministes en lutte ne peuvent qu’apporter leur soutien et solidarité à l’ouverture d’une maison pour les personnes exilé.e.s depuis le 7 avril. Face à l’incompétence de l’État, la violence de ses institutions, et sa répression policière sexiste, queerphobe et raciste de plus en plus violente et systématique, nous nous organisons. Nous occupons l’espace qu’on nous refuse. Pour se confiner, il faut déjà une maison.

Le principe de division, c’est la race et la classe - Entretien avec Sarah Schulman

Après La gentrification des esprits, les éditions B42 viennent de publier l’essai de Sarah Schulmann Le conflit n’est pas une agression. C’est un livre à plusieurs égards dérangeant, qui bouscule là où il faut et qui permet de prendre de la distance et d’offrir des réflexions nouvelles sur des questions délicates.

Articles de la même thématique : Violences sexuelles

Condamner le viol pour renforcer la culture du viol

« Et puis régulièrement un compte masculin débarque et explique que le mieux à faire, contre les violences sexuelles, c’est de tuer, torturer, mutiler leurs auteurs. Aussi paradoxal que cela puisse paraître, ce genre de comportement appartient pleinement à la culture du viol. »
Article repris du blog sur l’écologie politique d’Aude Vidal.