2ème édition du festival 21 du Cinéma Palestinien

Après un réel succès en 2018, le second festival 21 du cinéma palestinien se tiendra du 3 au 10 mai prochain à Dijon et dans sa périphérie. Invitation et programme complet.

Cinq films différents, cinq lieux différents pour permettre de mieux comprendre le dynamisme, la créativité et la diversité du cinéma palestinien dont les conditions d’exercice sont pourtant de plus en plus complexes, voire parfois impossible.
 
Ce mode d’expression de la culture palestinienne nous a semblé un bon moyen d’appréhender la vie quotidienne de ce peuple et de partager ses émotions, ses colères, ses joies et ses espoirs. Bien que le contexte soit de plus en plus pesant et menaçant, le cinéma nous offre une fenêtre de compréhension de cette réalité multiple et invite à débattre et échanger. Chaque projection sera en effet polongée par un débat avec divers intervenants.
 
Un thé à la menthe de l’amitié sera également offert à l’issue de la projection et du débat.
 
Des tables de presse et de vente de produits palestiniens seront aussi disponibles.

Vous êtes cordialement invités à nous rejoindre et à diffuser largement l’information.

AFPS21, Amitiés Palestine Al Rowwad 21, ATTAC21, CNT, FERC-SUP CGT, MAN21, Mouvement de la Paix, UDMJC21, UJFP.
Avec le soutien de CCFD, LDH, Maison de la Méditerranée, MRAP, PCF21, PG21, Amnesty International, Ensemble21, FSU, NPA.


Le programme complet :

Un long été brûlant en Palestine

de Norma MARCOS (2016), 74 minutes
en présence de la réalisatrice
MJC CHENÔVE
7 rue de Longvic, 21300 Chenôve
Vendredi 3 mai à 20h | 5€

JPEG - 105.9 ko

Eté 2014 : La réalisatrice, chrétienne palestinienne vivant à Paris, retrouve les siens en Palestine occupée. L’été est brûlant, certes, mais Norma Marcos, au fil de ses interviews, montre combien les Palestiniens savourent leur vie, même si elle est difficile, grâce à l’art, le sport, l’amour... Et puis survient le massacre perpétré à Gaza par les Israéliens : plus de 2 000 morts. Le ton du film change, et le ton des interviewés aussi.

La Palestine de fil en aiguille

de Carol Mansour (2017), 78 minutes
SALLELIÈS CINÉ CAPVERT
1 rue du Cap Vert, 21800 Quetigny
Lundi 6 mai à 20h | Prix libre

JPEG - 361.6 ko

La parole est donnée à 12 femmes palestiniennes aux itinéraires et de milieux très différents : avocates, artistes, femmes au foyer, activistes, architectes et politiciennes. Leur fil conducteur commun pour nous retracer leur existence avant la diaspora, leurs souvenirs, leur identité est le fil durable de la broderie qui trace sur la toile l’histoire de leur mère patrie, de leur dépossession, et de leur foi indéfectible dans le triomphe de la justice. La broderie, art ancien, qui a survécu à l’occupation et dont les narratrices partagent la crainte permanente qu’il disparaisse. La Palestine, une terre dont la position était pointée sur la carte du monde, mais qui y est aujourd’hui brodée sur toute sa surface.

Les 18 fugitives

de Amer Shomali et Paul Cowan (2014), 75mn
MAISON PHARE
2 allée de Grenoble, 21000 Dijon
Mardi 7 mai à 18h | Prix libre

JPEG - 343.7 ko

Film unique en son genre qui associe dessins, animation, et images d’archive. Il raconte de façon touchante
et intelligente, drôle et sérieuse, la résistance pacifique et le courage, dans une partie du monde souvent associé à des images noires et au désespoir. En 1987, en Cisjordanie, des habitants veulent élever eux mêmes des vaches afin d’éviter de dépendre d’Israël pour le lait. Et c’est là que tout commence, les 18 vaches devenant rapidement une menace pour la sécurité d’Israël....

The Reports on Sarah and Saleem

de Muayad Alayan (2018), 127mn
CINÉMA ELDORADO
21 rue Alfred de Musset
21000 Dijon
Jeudi 9 mai à 20h15 | Tarif Eldorado

JPEG - 101 ko

Dans Jérusalem en territoires occupés, Sarah est Israélienne et propriétaire d’un café. Saleem, Palestinien, est livreur de croissants. Ils sont tous les deux mariés. Ils ont une attirance commune. Le camion de livraison de Saleem leur sert de chambre d’hôtel. Une telle liaison, purement sexuelle, entre une Juive et un Arabe, peut prendre rapidement une dimension politique. Pour son deuxième long métrage, le réalisateur palestinien réinvente le thriller d’espionnage à l’aide d’un scénario étoffé où le récit prend des directions inattendues. Un film qui repose, à la base, sur une histoire simple se déployant en ramifications
complexes.....

L’anniversaire de Leïla

de Rashid Masharawi (2009), 75mn
MJC DES GRÉSILLES
11 rue Castelnau, 21000 Dijon
Vendredi 10 mai à 18h30 | Prix libre

JPEG - 78.2 ko

Pour le septième anniversaire de sa fille, Abu Leïla ne désire qu’une chose : rentrer pour une fois de bonne heure à la maison afin de partager cette soirée en famille. Mais rien n’est moins simple pour cet ancien juge qui, alors qu’il rentrait en Palestine avec la ferme volonté d’aider son pays à sa reconstruction, a dû se reconvertir en chauffeur de taxi. Confronté à l’irrationalité et au manque d’organisation de la société palestinienne, le juge devra entreprendre un long et pénible chemin, véritable parcours du combattant,
pour finalement retrouver sa maison.


JPEG - 865 ko
JPEG - 626.5 ko
PDF - 2.4 Mo


Proposer un complément d'info

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?

Articles de la même thématique : Palestine

Piraterie