#54 La cité de la gastro



Où il est question de l’inauguration de la cité de la gastronomie, et de celles - plus discrète - d’une cantine populaire aux Lentillères.

Dijoncter est accueilli sur les ondes de radio campus tous les mardis matins.
Toutes les chroniques audio sont à retrouver dans la rubrique « Sur l’onde ».

Chronique Dijoncter - #54 La cité de la gastro
Mardi 3 mai 2022
Chronique pour Radio Campus Dijon

Texte de la chronique

Ce vendredi commencent les cérémonies d’inauguration de la cité de la gastronomie et du vin. Toute une brochette d’officiels est attendue aux côtés de Rebsamen pour célébrer dans le kir et les gougères la fin (symbolique) du chantier de son grand projet.

Derrière la rénovation de ce quartier laissé à l’abandon depuis le déménagement de l’hopital général il y a une dizaine d’année, c’est une entreprise de gentrification à grande échelle du sud du centre-ville qui est à l’oeuvre.

Ce processus de remplacement des classes populaires par des populations bourgeoises a été maintes fois décrit, et l’aménagement du quartier en témoigne : liaison piétonne de la gare à la cité de la gastro pour les jeunes cadres dynamiques fraichement débarqués du TGV. Videosurveillance de pointe et patrouilles de polices accrues au port du canal pour nettoyer le quartier des "indésirables". Et bientôt de nouveaux programmes immobiliers rue de l’Île, rénovation de la rue Monge, et les augmentations de loyers qui vont avec.

Cette cité internationale elle s’inscrit aussi dans un processus de métropolisation, qui met en concurence les agglomérations entre elles, et de patrimonialisation, qui capitalise sur des héritages culturels transformé en produits commerciaux.

C’est ainsi qu’il faut voir l’inscription des Climats de Bourgogne au patrimoine mondial de l’UNESCO et l’accumulation de labels et décorations absurdes comme celui de « Ville et Pays d’art et d’histoire », « Destination d’envergure européenne et internationale » , ou « Zone Touristique Internationale ».
À travers ces projets la métropole n’investit pas pour la vie locale mais pour son « attractivité ». Et ouvre grand les portes à la dégradation de la qualité de vie de celles et ceux qui habitent là.

Pourtant il existe d’autres manières de vivre la ville, débarassées des planifications des urbanistes et de l’injonction au rendement des conseillers économiques.
Alors comme Rebsamen et sa clique inaugurent un chantier pas fini, au quartier des Lentillères certains ont décidé d’en faire autant en inaugurant, ce vendredi à 17h, la nouvelle cantine populaire des Lentillères. Celle-ci se trouve au bout de la rue Amiral Pierre sur la bande est du quartier, celle qui est encore menacée par l’extension de quartier voisin.

Cette inauguration sera suivie d’une projection à 20h15 à l’Eldorado. Éliza Lévy viendra présenter son film Composer les mondes, un documentaire sur la pensée de l’anthropologue Philippe Descola, mise en regard avec ce qui se construit depuis la fin des années 2000 sur la ZAD de Notre-Dame-des-Landes. La projection sera elle-même suivie d’une discussion avec la réalisatrice et avec les habitants et habitantes des Lentillères, qui feront un topo sur la situation actuelle du quartier et sur les dernières menaces de la mairie.



Proposer un complément d'info

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Se connecter
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Lien hypertexte

(Si votre message se réfère à un article publié sur le Web, ou à une page fournissant plus d’informations, vous pouvez indiquer ci-après le titre de la page et son adresse.)

Ajouter un document

Articles de la même thématique : Gentrification

Toque en toc

Miam-miam glou glou et €€€€ ouvre ses portes vendredi 6 mai !

Ministres go home !

Dijon a accueilli un Conseil européen des ministres du Tourisme jeudi 17 et vendredi 18 mars. C’est le moment de rappeler aux touristes pourquoi ils sont toujours nuisibles où qu’ils aillent. Et que les ministres en charge de ces nuisances ne sont pas les bienvenus, ni à Dijon, ni ailleurs.

Articles de la même thématique : Urbanisme

Quartier libre des Lentillères : Construire et défendre la Zone d’Ecologies Communale.

180 personnes et collectifs « penseur.euses et bâtisseur.euses de la ville » apportent leur soutien au quartier libre des Lentillères, à sa ZEC (Zone d’Ecologies Communale) ainsi qu’aux formes d’habitats diverses et multiplient qui peuplent le quartier ! Merci à elleux, leur soutien est précieux et sera déterminant dans la bataille !