#71 Prélude à la grève



Où il est question de lois antisociales et d’un mouvement en devenir.

Dijoncter est accueilli sur les ondes de radio campus tous les mardis matins.
Toutes les chroniques audio sont à retrouver dans la rubrique « Sur l’onde ».

Chronique Dijoncter - #71 Prélude à la grève
Mardi 9 janvier 2023
Chronique pour Radio Campus Dijon

Texte de la chronique

Élisabeth Borne présentera ce mardi son projet de contre-réforme des retraites.
Sans attendre des déclarations qu’on sait de toute façon contraires à l’intérêt des travailleurs et des travailleuses, Solidaires 21 appelait ce samedi à une manifestation contre les dernières réformes antisociales du gouvernement : réforme des retraites donc, mais aussi réforme de l’assurance chômage, loi « anti-squat », RSA sous condition, stagnation du SMIC et des minimas sociaux.
En prélude au mouvement social qui s’annonce en ce début d’année 2023, 300 personnes se sont donc rassemblées place Darcy, et, avant de partir en manifestation vers la place de la République, ont pu écouter quelques discours notamment celui écrit depuis les Lentillères et les Tanneries, dont voici un extrait.

« Nous sommes heureux et heureuse d’être dans la rue pour défendre dans un même mouvement les conditions de vies des salariés et des personnes précaires. Trop souvent les luttes salariales oublient celles et ceux qui s’organisent hors du monde du travail, et trop souvent les luttes autonomes et précaires ont du mal à s’engager pleinement au côté des syndicats.

Pourtant, nous avons vu ces derniers mois à quel point les droits des salariés et ceux des précaires sont absolument interdépendants. Quand des salariés quittent massivement leurs emplois parce qu’ils et elles refusent les conditions de travail invivables qu’on leur impose, la réponse du gouvernement n’est pas d’améliorer ces conditions mais d’obliger les chômeurs, chômeuses et les personnes au RSA à aller travailler en leur supprimant leurs droits sociaux.

Ce n’est qu’en ayant des conditions de vies dignes sans avoir à dépendre du salariat que nous pouvons peser collectivement sur les salaires et les conditions de travail. Nous voulons avoir le droit de choisir à quel genre de travail consacré nos vies, choisir comment et pour qui vendre notre force de travail, choisir de se concentrer sur sa famille, ses amis ou son entourage, choisir de passer ses journées à renforcer les luttes sociales ou à cultiver son jardin. »

Dans la foulée des annonces de la première ministre, les syndicats devraient se retrouver et appeler rapidement à la grève et à des manifestations, certains avancent la date du lundi 23 janvier, jour de présentation du texte en conseil des ministres. Restez branchés, on vous tiens au jus sur dijoncter.info.



Proposer un complément d'info

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Se connecter
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Lien hypertexte

(Si votre message se réfère à un article publié sur le Web, ou à une page fournissant plus d’informations, vous pouvez indiquer ci-après le titre de la page et son adresse.)

Ajouter un document

Articles de la même thématique : Syndicalisme

[Montbéliard] Frédéric Vuillaume encore en garde à vue pour avoir manifesté

C’est devenu malheureusement une habitude. Priver de liberté une personne pendant 16 heures pour avoir essayé d’exercer l’unique droit qui fait la différence entre un état autoritaire et une démocratie : le droit de manifester. Cela s’est passé à Montbéliard, lors de la venue du premier ministre, Gabriel Attal.

[Longvic] Débrayage à Kalhyge

La mutuelle MNH, actionnaire principal de la blanchisserie Kalhyge, décide de s’en séparer. Dans la foulée, les employés décident de débrayer pour expimer leur préoccupation face à cette situation.

Articles de la même thématique : Politique française

Imaginons ce qui est en train de se produire

L’extrême droite n’est pas le nom d’un parti, mais celui d’une pratique du pouvoir.
Aux Tanneries, entre orga de soirées, discussions et ateliers D.I.Y on reste sérieusement vigilant.e.s face à la tournure que prend le pouvoir gouvernemental en place.