Sale temps pour les capitalistes : Rabasse.info rejoint le réseau Mutu pour relayer les luttes de Franche-Comté !

#76 Au bal masqué



Où il est question du bal masqué contre la surveillance policière qui a eu lieu le 18 février à Dijon.

Dijoncter est accueilli sur les ondes de radio campus tous les mardis matins.
Toutes les chroniques audio sont à retrouver dans la rubrique « Sur l’onde ».

Chronique Dijoncter - #76 Au bal masqué
Mardi 21 février
Chronique pour Radio Campus Dijon

Texte de la chronique

  • Eh t’étais à la manifestation contre la surveillance de samedi toi ?
  • Bah oui grave, t’étais pas là toi ?
  • Non mais j’ai suivi l’histoire des caméras qui ont été retrouvées devant les Tanneries et devant les Lentillères, je cherchais quelqu’un pour me raconter ce qui s’est passé.
  • Ah bah écoute c’était hyper bien !
  • Mais c’était pas interdit ?
  • Si, la préfecture a annoncé la veille qu’elle interdisait le rassemblement sous tout un tas de prétexte absurde, allant du match de foot qui avait lieu le soir même aux rues du centre-ville qui étaient trop étroites pour accueillir une manifestation...
  • Nan mais arrête, y’avait bien des motifs un peu moins absurdes non ?
  • Ouais des motifs politiques qui disaient que le rassemblement visait la police nationale, que ses organisateurices étaient d’ultra-gauche ou encore que des « gens en noir » auraient insulté la police lors des dernières manifestations contre la réforme des retraites... Ça reste bien flou quand même tout ça, leur principal argument c’était surtout que le rassemblement n’était pas déclaré, vu qu’effectivement les organisateurices n’avaient pas jugé bon de demander à la Préfecture le droit de faire une manifestation pour dénoncer la surveillance dont elle était sûrement la source.
  • Bon mais du coup le rassemblement a bien eu lieu ? Les flics l’ont pas empêché ?
  • Non, le centre-ville était rempli de camion de CRS planqué à droite et à gauche et prêt à intervenir pour sauver les boutiques de cette horde de gauchistes, mais au final ils n’ont pas bougé le petit doigt.
  • Il y avait du monde ?
  • 300 personnes je dirais, beaucoup de monde était masqué étant donné que le rassemblement se voulait être un « bal masqué ».
  • Ouah mais 300 personnes c’est beaucoup non sur un sujet aussi précis...
  • Oui, mais il faut dire que cette surveillance a touché beaucoup de monde, ça va des associations et des collectifs qui viennent utiliser la cuisine des Tanneries, aux promeneurs qui viennent se balader dans les Lentillères. Une tribune est sortie il y a quelques jours où 300 collectifs et individualités disaient avoir été touché·es par cette surveillance.
  • Ah oui effectivement... Et du coup c’était un rassemblement ou une manifestation ?
  • Au début c’était un rassemblement sur la place du Bareuzai. Il y a eu des prises de paroles de la part de collectif qui luttent contre les dispositifs de surveillance et les libertés publiques, comme la Quadrature du net ou la LDH. Ensuite la statue bizarre qui est place du Bareuzai, euh tu vois le visage vert en fausse feuille ? il a été masqué par un masque géant, c’était assez stylé !
  • Ah oui ça a dû lui donner de la gueule !
  • Et ensuite il y a eu des jeux : une pignata en forme de caméra a été détruite, et la caméra de la place du Bareuzai a été peinte grâce à une pinceau au bout d’une énorme perche. Tout ça dans une ambiance vraiment joyeuse. Ensuite on est parti en cortège pour faire le tour du centre-ville.
  • Et les flics ont pas empêché la manif de partir ?
  • Non, mais ils auraient vraiment eu l’air con d’empêcher un rassemblement aussi festif... En tout cas la manif a fini devant l’hôtel de ville, où des gens ont accroché une énorme banderole contre la surveillance policière et déverser une petite montagne de matériel informatique.
  • Attend mais je comprends pas : c’est quoi le rapport avec la mairie ? Les flics c’est pas lié à la mairie si ?
  • Personne ne sait vraiment d’où vient cette surveillance et qui en profite... Et si la mairie n’a rien à voir avec ça, en tout cas elle n’a rien empêché... Et on oublie pas que c’est elle qui met des caméras à chaque coin de rue de Dijon...
  • Oui c’est sur que c’est bien de rappeler publiquement qu’on a pas à s’habituer à être surveiller en permanence. Surtout qu’avec les progrès technologiques et le prétexte de Jeux Olympiques, le gouvernement est en train de permettre l’utilisation de vidéosurveillance algorythmique qui vont classer automatiquement ce qui est ou n’est pas un comportement suspect...
  • En tout cas ça faisait du bien de se retrouver dans la rue entre deux manifs contre les retraites.
  • D’ailleurs il n’y a pas de manif cette semaine non ?
  • Non, tout le monde prépare les 7 et 8 mars ! Mais en attendant, Solidaires Étudiants organise une repas de soutien à la grève mardi soir au bar le Chez Nous, et une assemblée sur la fac jeudi midi. On peut aussi rejoindre l’assemblée de soutien à la grève qui aura lieu vendredi soir à la maison des syndicats. Tous les infos sont à retrouver sur l’agenda de Dijoncter.info !


Proposer un complément d'info

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Se connecter
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Lien hypertexte

(Si votre message se réfère à un article publié sur le Web, ou à une page fournissant plus d’informations, vous pouvez indiquer ci-après le titre de la page et son adresse.)

Ajouter un document

Articles de la même thématique : Videosurveillance

VSA, la surveillance bâtit son empire

La Quadrature du Net appelle à s’opposer à la mise en place des expérimentations de la vidéo surveillance algorythmique (VSA) et nous propose son kit de mobilisation

Vive les jeux du zbeul 2024 !

Bientôt c’est les JO, et on compte bien perturber la messe sans attendre la cérémonie d’ouverture ! Alors on appelle tous-tes celle-ux qui sont plus partisan-nes du feu de joie que de la flamme olympique à prendre part aux jeux du zbeul 2024. Un blog (zbeul2024.noblogs.org) et un compte twitter (@Zbeul2024) serviront à relayer des initiatives de zbeul antiJO, que ce soit là où se dérouleront les épreuves comme n’importe où ailleurs !

Articles de la même thématique : Police

Abolir les prisons ? Rencontre avec Gwenola Ricordeau

Jeudi 6 juin, Gwenola Ricordeau nous présentera son livre Brique par brique, mur par mur, une histoire de l’abolitionnisme pénal. La présentation sera suivie d’un temps d’échange, puis d’un repas et d’une projection de Sur les toits (Nicolas Drolc, 2014).