[Migrants] Appel à la société civile dijonnaise

« Si l’État, en plus de faillir à ses obligations, devient de plus en plus oppressif, c’est à la société toute entière de réagir. C’est pourquoi nous appelons tout un chacun à faire pression sur les autorités municipales, religieuses, universitaires, et culturelles, afin de provoquer une prise de position contre les agissements intolérables de la préfecture. »

Expulsion illégale
Le 28 août dernier la préfecture de Dijon se rendait coupable d’une expulsion parfaitement illégale.
Faisant fi de toute procédure judiciaire, la police mettait à la rue 80 personnes migrantes qui occupaient un bâtiment sur le boulevard de Stalingrad depuis plus de 10 jours. Elles avaient déjà subi le même sort un mois plus tôt.

Durcissement législatif
La préfecture entendait-elle faire usage des nouvelles prérogatives accordées par la loi ELAN alors que celle-ci est encore en cours de discussion au parlement ? Cette loi menace en effet de durcir les conditions du droit au logement. Alors que pour une partie de la population c’est le seul moyen de ne pas être à la rue, occuper un lieu abandonné va devenir un délit passible de prison ferme ! Plus de trêve hivernale ! Des expulsions sans jugement ni délai seront possibles !

Hospitalité
Manifestations anti-migrants en Allemagne, fermeture des ports italiens aux bateaux de sauvetage d’exilés, progression de l’extrême droite en Suède... le contexte européen fait frémir.
Face aux diverses formes de repli sur soi qui préfèrent l’aveuglement à la compréhension et à la solidarité, il est plus que jamais nécessaire d’organiser un accueil inconditionnel à destination des réfugiés.

Appel à la société civile
Localement, les 80 personnes expulsées le 28 août sont toujours dans l’attente d’une solution pour passer l’hiver. Si l’État, en plus de faillir à ses obligations, devient de plus en plus oppressif, c’est à la société toute entière de réagir. C’est pourquoi nous appelons tout un chacun à faire pression sur les autorités municipales, religieuses, universitaires, et culturelles, afin de provoquer une prise de position contre les agissements intolérables de la préfecture. Des gestes clairs peuvent être effectués et des solutions d’hébergement proposées, indépendamment des directives de l’Etat.

Par ailleurs, nous appelons chacun et chacune à soutenir les initiatives en faveur d’un relogement des 80 personnes expulsées qui auront lieu dans les prochaines semaines.

Organisons la solidarité ! Un logement digne pour tou.te.s !

Et pour commencer très concrètement :
  • Rendez-vous devant la cité judiciaire vendredi 5 octobre pour déposer plainte contre les responsables de l’expulsion illégale de Stalingrad
  • Rendez-vous au Tribu Festival vendredi 5 octobre à partir de 17h : le collectif Soutien Asile 21 sera présent pour faire des points informations sur la situation des personnes expulsées
  • Rendez-vous tous les jours aux Tanneries pour déposer du matériel (dont la liste est plus bas) ou pour voir comment donner des coups de main.