Les migrants expulsés de Stalingrad portent plainte contre le procureur et le préfet

Vendredi 5 octobre, une plainte collective a été déposée contre Éric Mathais - procureur de la république - et Bernard Schmeltz - Préfet de région - pour violation de domicile, suite à l’expulsion illégale du squat de Stalingrad.

Le 28 août, le squat de Stalingrad était expulsé mani militari, et ses 80 occupants étaient mis à la rue.
L’expulsion a eu lieu plus de 10 jours après l’occupation, à la grande surprise de toute celles et ceux qui connaissent le droit au logement : l’expulsion d’habitant·es sans droit ni titre doit légalement passer par une décision de justice.

Quand la préfecture passe en force. Retour sur l’expulsion de Stalingrad et décryptage d’une rhétorique

« Le temps fut bref. En plein après-midi, le 28 août, soit à peine plus de 10 jours après l’occupation, 120 agents de différentes forces de police sont déployés autour du lieu pour expulser manu-militari 80 exilé·es sans domicile. Sans ordre du juge. Comment cela est-il possible ? »

12 novembre 2018

Ce n’est pas la première fois que les flics, les préfectures et les procureurs s’arrangent pour pouvoir expulser un lieu sans devoir se plier à la loi. Les petits arrangements de dernières minutes, les jeux et les marges qui leur permettent d’outrepasser le droit au logement, les flics connaissent et en abusent.
À Dijon, on se souvient par exemple de l’expulsion d’un logement occupé depuis plusieurs jours, qui avait été justifiée légalement par la déclaration du propriétaire affirmant que c’était son domicile principal, c’est-à-dire l’endroit où il vivait. Les occupant·es avaient été mis à la rue, et certain·es poursuivi·es pour « violation de domicile ». L’accusation était grotesque, le propriétaire ne vivait pas dans cette maison abandonnée depuis plusieurs années, qui était ornée depuis quelques mois par un magnifique panneau immobilier annonçant le futur projet de démolition. La justice avait ensuite classé l’affaire sans rechigner...
On sait aussi, de l’aveu même de certain·es propriétaires, qu’il n’est pas rare que les flics leur mettent un coup de pression pour qu’ils fassent de faux témoignages attestant être passés le matin-même ou la veille au soir, et que le logement était vide.

Sauf que cette fois, associations, migrants expulsés et soutiens de tout horizons ont décidé de se saisir des armes du maîtres, et d’attaquer les responsables de l’expulsion en justice. [1]
Pas seulement pour le plaisir de voir Éric Mathais et Bernard Schmeltz à la barre, mais surtout parce qu’au vue de l’extrême précarité des personnes qui ont été mises à la rue, tous les moyens doivent être saisis pour que la situation évolue.
Actuellement, les 80 personnes expulsées sont toujours hébergées en urgence à l’Espace Autogéré des Tanneries. [2]
Le collectif Soutien Asile 21 vient aussi de publier une lettre ouverte au Préfet et au Procureur dans laquelle on peut lire : « Aujourd’hui, l’urgence est de trouver des solutions. Les expulsés ne disparaîtrons pas comme par magie. Personne n’a intérèt à se retrouver face a des occupations multiples et des campements de tentes sur les trottoirs. Nous ne faisons là que le constat d’une situation qui risque de devenir critique à l’approche de l’hiver. Sans solutions, nous continuerons à soutenir, solidairement, tout ce qui permettra de mettre à l’abri des personnes qui en ont le besoin vital. »

JPEG - 3.3 Mo
JPEG - 4 Mo

Nous étions donc une cinquantaine présent·es cet après-midi devant la cité judiciaire pour soutenir cette plainte collective, portée par une vingtaine de personnes expulsées et par la Ligue des Droits de l’Homme.
Le procureur de la république a bien senti qu’il ne serait peut-être pas de bon ton d’accuser lui-même réception de la plainte. Il n’a donc pas pointé le bout de son nez. Me Gavignet a déposé la plainte au « n°2 du Parquet » : le monsieur à gauche qui fusille le photographe du regard. On ne sait pas s’il est mal à l’aise de recevoir une plainte contre son supérieur, ou s’il espère que ça lui fera gravir les échelons.

JPEG - 3.8 Mo

Pendant ce temps, sur Twitter, le procureur Mathais se demandait gentiment « comment accueillir les nouveaux arrivants », comme c’est mignon...

A lire sur Twitter


Notes

[1Le dépôt de plainte a ouvert une procédure qui risque d’être relativement longue : le parquet doit maintenant mener l’enquête. S’il ne le fait pas, un juge d’instruction pourra être saisi dans 3 mois pour qu’il diligente une enquête contre MM Mathais et Schmeltz. Ce n’est qu’un terme de cette enquête qu’un procès pourrait avoir lieu. Mais il va sans dire que quel que soit l’issue de la procédure, elle a le mérite de renverser la vapeur...

[2Plusieurs appel à don et à la solidarité circulent en ce moment sur Dijoncter, n’hésitez pas à vous renseigner et à venir apporter de l’aide : https://dijoncter.info/?migrants-liste-besoins-562

Articles de la même thématique : Logement

La Gazette des confiné·es #15 - Occupations et Zad, économie vs écologie et locataires étranglés

Sous Macron, l’économie est reine et les promesses écologiques du vent. Ou du greenwashing pour les multinationales. Bien réelle, la répression s’abat sur les classes populaires et les luttes. Violences policières, Zad détruites, squats menacés... Dans les immeubles de New-York, Bologne et peut-être bientôt de Rennes ou Paris, les menaces d’expulsions locatives poussent à la solidarité. Se transformera-t-elle en mouvement politique ?

Signature d’une charte commune en faveur des locataires en fragilité économique

Le Mouvement Hlm et les associations nationales de locataires signent une charte en faveur des locataires en fragilité économique pendant la crise du Covid 19

Appel à la grève des loyers

La proposition d’une grève des loyers se propage depuis quelques jours, parallèlement au coronavirus, en réaction à la crise politique, économique et surtout sociale qu’il provoque, qui vient s’ajouter à ladite « crise sanitaire » qui dure depuis quelque temps.

Articles de la même thématique : Justice

Pas de recette miracle. Perspectives extra-judiciaires face aux agressions sexuelles

Ce texte a été écrit par les meufs de la Caisse de Solidarité de Lyon (puis validé par l’ensemble du collectif), à la suite de débats qui traversent un grand nombre de collectifs militants depuis de nombreuses années. Sans prétendre apporter des solutions définitives, il vise à alimenter la réflexion sur les alternatives à la justice étatique, y compris la gestion des agressions sexuelles.

[Lons le Saunier] Compte-rendus du procès 5G

Lundi 20 juillet, deux hommes étaient jugés à Lons le Saunier, accusés d’avoir incendié une antenne relais téléphonique dans le Jura ainsi que le Mac Do de Champagnole. Les juges, du haut de tout leur mépris de classe, les ont envoyé en prison pour 3 et 4 ans ferme avec mandat de dépot. Récit du procès.

Les violences policières ne sont qu’une partie des problèmes suscités par l’existence de la police

À l’heure où des manifestations massives animent les États-Unis contre les violences policières racistes, résonne le slogan « abolish the police ». En France, les revendications autour de la police visent en général davantage l’arrêt de certaines pratiques policières (clé d’étranglement, plaquage ventral, contrôles au faciès, etc.) que l’abolition de l’institution policière elle-même. Acta.zone a sollicité Gwenola Ricordeau pour nous éclairer sur cette revendication et ses implications concrètes.