[Projection] « Hedera » - ANNULÉ -

Des membres du collectif de réalisation seront à Dijon pour présenter Hedera, série de six films qui regroupent des témoignages de vécus collectifs, dont le lien se situe dans les dynamiques anarchistes actuelles.

Hedera - Tour de différents collectifs anarchistes.
Projection le dimanche 4 novembre 2018 - 18h
En présence des réalisatrices
Au Snack Friche - Quartier libre des Lentillères

A voir ici sur yiny.org

Un des six films sera tiré au sort pour la projection, qui sera suivie soit d’une discussion soit d’un autre film.

Six films qui regroupent des témoignages de vécus collectifs, dont le lien se situe dans les dynamiques anarchistes actuelles. Une histoire d’un an de rencontres où nous avons pu partager nos choix et expériences de luttes, mais aussi nos déceptions. Ça parle de squats, de luttes sociales, d’antiracisme, de solidarité internationale, de féminisme, de trans, des migrantEs, de gentrification...

Les films

Épisode 1 : Croisement de lutte
En ce qui concerne la première partie, nous présentons plusieurs manières de lutter et de réagir, en posant des constats de départ, pourquoi des initiatives se mettent en place et en réponse à quoi.
Comment des personnes saisissent la réalité et qu’est-ce qu’elles portent politiquement (antifascisme, féminisme, squat, centre social autogéré, mouvement social…)

Épisode 2 : Tous ces murs autour de nous
Dans la deuxième partie, nous essayons de creuser certaines luttes et quelques tenants et aboutissants qui les caractérisent : gentrification, frontières et système carcéral ; des luttes qui s’enserrent et se mêlent. Nous essayons de comprendre et de voir les liens qui les unissent.
Mais aussi quels espaces (brèches) pouvons-nous ouvrir et quels espoirs pouvons-nous y insérer.

Épisode 3 : Rendre possibles nos initiatives
Dans cette partie, il y a l’idée de montrer les choix et l’évolution de différents collectifs. Les modes d’organisation, les perspectives et les réalités sont différentes mais décrivent des parcours et des fonctionnements qui ont un sens. Ils montrent une adaptation, une envie de s’inscrire dans le temps, d’aller plus loin dans les luttes respectives.

Épisode 4 : En longeant les failles
Dans cette quatrième partie, nous partons du collectif qui peut donner des envies et de la force, qui constitue également un socle pour ce que nous vivons au quotidien.
Mais nous sommes aussi dans l’analyse des difficultés et des souffrances qui en découlent, en lien avec les collectifs politiques et la vie à plusieurs.
Au delà des échecs et des doutes, nous essayons de donner aux voix discordantes.

Épisode 5 : Pas à pas, pour aller plus loin
Cette partie évoque ce qui consolide et renforce nos luttes. Comment nous avons pu créer des outils, des structures, qui nous donnent des moyens, qui renforcent (non-mixité, auto-organisation, modèles anti-autoritaires…)
Et puis il y a aussi la projection, ce que nous anticipons.
Comment nous pourrions imaginer ce qui nous permet de continuer, de ne pas abandonner, au prix parfois de désaccords et de visibilisation de conflits.

Épisode 6 : On va bien finir par se croiser
Parce que nous ne pouvons pas conclure, que nous construisons la suite chaque jour, que nous voulons changer à peu près tout ce qui se trouve autour de nous.
Nous essayons d’exister et de faire exister ce que nous voulons aujourd’hui.Parfois en se sentant seulE, parfois en étant à contre courant.
Mais surtout en essayant de nous inspirer, d’apprendre du passé et de développer des liens et de la solidarité malgré les conflits, les distances et le temps qui passe.



Articles de la même thématique : Squat

[Saint-Étienne] Ouverture de la Maison Des Peuples

Ce lieu est réquisitionné par un collectif populaire, autogéré et indépendant.
Ce local, qui appartient au cabinet Humbert, est vide depuis deux ans. Il n’est ni à vendre, ni à louer, aucun projet n’y est prévu. L’ancien Moove est en bon état, et en plein centre de Saint-Étienne (place des Ursules).

Get in the Zone : Depuis la zone autonome de Capitol Hill à Seattle

Ce qui suit est une interview d’un résident de Seattle qui était dans la rue lors du récent soulèvement et qui a vu la police, la National Guard et les réactionnaires attaquer des manifestant·e·s dans le quartier de Capitol Hill à Seattle. Après plus d’une semaine d’émeutes intenses et d’affrontements avec les autorités, la police a évacué le commissariat Est, et une zone autonome (CHAZ pour Capitol Hill Autonomous Zone) a vu le jour autour du bâtiment vide.

Confiné·e·s : pour renverser le capitalisme, prenons le temps de nous organiser et de nous fédérer !

Le collectif Laisse Béton, qui avait appelé à une manifest’action le 29 février à Nantes contre les projets destructeurs, inutiles du grand Ouest, appelle au développement de Zones d’Autonomie Définitives pour libérer des espaces de l’emprise capitaliste. Pour résister aux attaques à venir, il sera nécessaire de coordonner aussi bien les zones à défendre que les épiceries solidaires. En nous reliant, nous pourrons renforcer notre autonomie. Alors prenons le temps de l’organisation, de la construction d’outils pour renforcer nos alternatives radicales de sortie du capitalisme !

Articles de la même thématique : Anarchisme

Dénégations. Dénégation et radicalité : une hypothèse ou quand le Chat Botté réduit l’ogre en souris..

Chaque événement démesuré voit naître ses détracteurs et ses réducteurs. Ils considèrent (comme le Chat Botté de la fable qui mange l’ogre après l’avoir réduit en souris) que réduire la représentation de ce qu’il se passe pour le mettre à sa portée serait en mesure de donner les moyens de triompher sur ce qui terrifierait, si toutefois on le regardait dans toutes ses dimensions. Ce triomphe obtenu au nom de la peur condamne à l’impuissance et la pandémie de Covid-19 qui est en train de se répandre sur la planète ne fait pas exception à la règle. Elle aussi a ses réducteurs et ses détracteurs. Pourtant il y a bien des choses à redire, à contester, à attaquer face à ce qui se passe, ne serait-ce que l’État et le capitalisme. Mais L’Histoire pousse parfois les adeptes de la perplexité dans le grand bain, et les salariés contraints de continuer à travailler avec le virus comme les émeutiers de la faim ou les révoltés de l’enfermement n’ont pas besoin de dénier la réalité du virus ou de réduire la pandémie à une taille moins effrayante pour se révolter et lutter à la fois contre le virus et contre les modalités de sa gestion par le pouvoir.

Liberté des libéraux et liberté des anarchistes

Réflexion sur les obstacles rencontrés par les luttes contemporaines.

[Dijon] Appel à un cortège Anarchiste

Le gouvernement s’entête et tient toujours à faire passer sa contre réforme pour briser les dernières conquêtes (...)