Tout le monde déteste la précarité

Être précaire, c’est d’abord la situation de toute personne dont l’emploi est instable, bassement rémunéré, suspendu aux fluctuations capricieuses des marchés économiques. Mais nous dirions que c’est aussi beaucoup plus que ça. La précarité est un style de vie qu’on prétend nous imposer : la vie périlleuse.

N’importe quel manuel de développement personnel fredonne aujourd’hui le mielleux chant de l’adaptabilité permanente. Ne pas se dévaloriser, résister au stress, reprendre confiance en soi. Aimer la prise de risque, ne pas craindre le changement, être toujours mobile et mobilisable. Se traiter soi-même comme une ressource à mettre en valeur, car nous ne sommes jamais garanti de notre stabilité. La précarité est bien sûr économique, mais elle est aussi existentielle et relationnelle. Derrière bien des angoisses et des paranoïas de notre temps, c’est la précarité qui se cache.

Le pragmatiste peut s’étonner : pourquoi les foules qui croupissent dans les banlieues abandonnées de tous ne se soulèvent-elles pas ? Pourquoi toutes celles et ceux qui se retrouvent condamnés à des jobs pourris ne sont-ils pas engagés dans des luttes sociales alors même qu’on les ignore plus que jamais ? Pourquoi la solitude se répand à tel point qu’elle devient un problème de société quand bien même les espaces de rencontre sont censés se multiplier et les relations être de plus en plus libérées ?

A tous ces problèmes, il existe une réponse en un mot : la précarité. La précarité caractérise une situation proche de l’effondrement, hantée par le risque. Cela explique sa force « inactivante » : qui n’a pas d’appuis solides ne peut pas agir. Et c’est la marque de notre société de toujours rendre les appuis, tant matériels que relationnels, incertains, pour les faire payer au prix d’une certaine soumission. Quand on ramène la précarité à un problème d’ordre économique que l’on peut régler (par la redistribution ou une abondance supplémentaire), on se condamne à ne pas voir qu’elle est déjà présente avant toute détermination de richesses, et dans bien d’autres domaines que celui de la simple survivabilité matérielle.

JPEG - 62.3 ko

Cet article s’appuie sur des discussions, souvent prolongées, avec pas mal de gens, en particulier avec 11 personnes directement reprises. Leurs témoignages sont ici repris de manière trop brève par rapport à ce qu’ils méritent, mais nous espérons qu’ils donneront à l’article une tonalité plus vivante. Les noms ont été changés, avec de très habiles jeux de références.

Lire la suite de l’article sur l’excellent Grozeille.co