Acte 49 : les gilets jaunes affichent leur soutien aux pompiers

Un nombre de manifestants à la hausse et une fin de manif sous les gazs lacrymogènes pour la première fois depuis plusieurs mois.

De nombreux messages de soutien, notamment aux pompiers et en particulier à Jean G., pompier du SDIS 21 éborgné par une grenade de desencerclement la semaine dernière pendant la manifestation nationale des pompiers à Paris.

JPEG - 803 ko
JPEG - 942.8 ko
JPEG - 736.3 ko
JPEG - 878.2 ko
JPEG - 823.4 ko
JPEG - 880.4 ko
JPEG - 1 Mo

Le cortège s’arrête devant la caserne des pompiers de la rue du Transvaal pour apporter son soutien à Jean G. le temps d’un discours d’un responsable de la caserne.

JPEG - 892.7 ko

La manifestation repart et passe sous les fenêtre du commissariat de la place Suquet.

JPEG - 936.8 ko

Un passage dans la gare centrale.

JPEG - 970.3 ko

Comme l’hiver dernier, la manifestation se termine a l’entrée de la rue de la Préfecture par une alternance de gazage et de charges des policiers nationaux et de la BAC.

JPEG - 806.5 ko
JPEG - 947.5 ko
JPEG - 754.3 ko
JPEG - 786 ko

Une personne extérieure à la manifestation et qui menaçait les manifestants a été interpellée.



Proposer un complément d'info

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Se connecter
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Lien hypertexte

(Si votre message se réfère à un article publié sur le Web, ou à une page fournissant plus d’informations, vous pouvez indiquer ci-après le titre de la page et son adresse.)

Ajouter un document

Articles de la même thématique : Gilets Jaunes

Répression en BFC : deux cas récents

Une militante relaxée à Châlon pour l’affaire de la caricature du commissaire. Un militant bisontin menacé de licenciement par son employeur pour son engagement politique...

Articles de la même thématique : Violences policières

Le Préfet ment comme il respire pour justifier les violences de sa police !

« Le Préfet accuse donc les défenseurs des Jardins de l’Engrenage de violenter les forces de l’ordre, et même d’user des cocktails molotov ! [...] Aucun cocktail molotov n’a été utilisé ni préparé. Aucun policier n’a été blessé, même très légèrement.[...] Le Préfet ment comme il respire.[...] À l’Engrenage, la violence est policière et institutionnelle. »

Manifestive acte 2 : Décrétons l’état d’urgence culturel

Acharnement judiciaire contre la fête libre, chars censurés dans de nombreuses villes, manifestations interdites, répression policière… L’arsenal judiciaire bat son plein pour étouffer toute mobilisation autour de la fête libre. Nous répondrons avec nos basses et nos caissons pour une nouvelle manifestation samedi 6 mars !