[GJ Acte XX] Violences policières à Dijon et à Besançon

Débarquement musclé au Boeuf Blanc à Dijon, matraquage complètement gratuit à Besançon,... Les flics n’ont plus aucune retenue en Bourgogne Franche-Comté.

À Dijon

C’est après la dispersion de la manifestation que les CRS sont entrés violemment dans le Boeuf Blanc. Ce restaurant sert depuis des mois de centre de premiers secours. Dans une grande confusion ils ont arrêté une personne et blessé plusieurs autres. Les vidéos ont eu un énorme impact sur les réseaux sociaux mais ont également été remise en question par les médias dominants.

JPEG - 2 Mo
JPEG - 2.1 Mo
Au fond à gauche, le commissaire Di Bartolo qui gère ses troupes.
JPEG - 2.1 Mo
JPEG - 2.1 Mo
JPEG - 2.2 Mo

À Besançon

C’est media 25 qui a filmé ces images au cours de la manifestation de l’acte XX.

A lire sur Twitter
https://www.youtube.com/watch?time_continue=11&v=IsuKQHs5tJY

Un récit de ce qui s’est passé par Radio Bip

https://www.youtube.com/watch?v=fuyb7-i35Zs&app=desktop

Des plaintes ont été déposées. Ne craignez rien, il y a fort à parier que la police des polices sera intransigeante avec les différents responsables de ces agressions... Surtout quand on connaît la rareté avec laquelle les policiers se retrouvent inquiétés.



Proposer un complément d'info

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Se connecter
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Lien hypertexte

(Si votre message se réfère à un article publié sur le Web, ou à une page fournissant plus d’informations, vous pouvez indiquer ci-après le titre de la page et son adresse.)

Ajouter un document

Articles de la même thématique : Gilets Jaunes

Répression en BFC : deux cas récents

Une militante relaxée à Châlon pour l’affaire de la caricature du commissaire. Un militant bisontin menacé de licenciement par son employeur pour son engagement politique...

Articles de la même thématique : Violences policières

Le Préfet ment comme il respire pour justifier les violences de sa police !

« Le Préfet accuse donc les défenseurs des Jardins de l’Engrenage de violenter les forces de l’ordre, et même d’user des cocktails molotov ! [...] Aucun cocktail molotov n’a été utilisé ni préparé. Aucun policier n’a été blessé, même très légèrement.[...] Le Préfet ment comme il respire.[...] À l’Engrenage, la violence est policière et institutionnelle. »

Manifestive acte 2 : Décrétons l’état d’urgence culturel

Acharnement judiciaire contre la fête libre, chars censurés dans de nombreuses villes, manifestations interdites, répression policière… L’arsenal judiciaire bat son plein pour étouffer toute mobilisation autour de la fête libre. Nous répondrons avec nos basses et nos caissons pour une nouvelle manifestation samedi 6 mars !